Chute en crevasse au glacier Blanc
{{ '2017-05-25' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: crevasse_fall

elevation: 2900

nb_participants: 2

nb_impacted: 2

rescue: yes

severity: 4d_to_1m

author: Bechetoille

quality: fine

participants

Location

Licence

description

En descendant de Roche Faurio encordée , sur la trace de descente du Glacier Blanc, je suis passée au travers d'un pont de neige au niveau de la Pointe Cézanne, j'ai chuté dans une crevasse.

Les conditions météo étaient excellentes depuis quelques jours, bien que la température soit assez élévée. Les infos prises au refuge donnaient les pentes sud en bonnes conditions.
Montées au refuge des Ecrins la veille, le jeudi 25 mai, sous un soleil exceptionnel et dans une neige très molle, nous avons opté pour le sommet de Roche Faurio le lendemain.
Départ vers 6h du refuge des Ecrins, il fait dejà très bon mais la neige porte bien sur le glacier, c'est dans les pentes au pied de la pointe Xavier Blanc que nous commençons à nous enfoncer alors que l'itinéraire prend déjà le soleil.
La montée est assez pénible et laborieuse dans ces conditions et nous ralentissons encore dans la pente sous le sommet rocheux dans des grosses épaisseurs de neige.
A la vue de l'arête rocheuse, une centaine de mètres avant le sommet, nous décidons de faire demi-tour vu la chaleur qui s'installe et l'état de la neige qui se dégrade.
La descente jusqu'au glacier est très rapide en glissant dans les pentes, puis vient ensuite la longue traversée du glacier blanc que nous abordons en raquettes.
Beaucoup de skieurs nous dépassent depuis plus d'une heure qui descendent nombreux de la barre ou du dôme des écrins notamment et qui filent bien plus vite que nous qui sommes à pieds.
Vers 12h nous arrivons presque au bout du glacier et nous apercevons le virage ou le chemin reprend pied sur la moraine à quelques centaines de mètres devant nous. On aperçoit des petites crevasses ouvertes sur le rebord de la rive gauche du glacier, et nous passons au large de ces trous en restant sur la trace.
Dans une petite descente, je sens que mon pied s'enfonce plus profondément et en moins d'une seconde tout mon corps le suit et je me retrouve suspendue à la corde.
J'ai les pieds qui pendent dans le vide au dessus d'un grand trou d'environ 7 ou 8 mètres. Mes bâtons sont plantés à la surface et j'arrive tout juste à tirer dessus pour arriver à voir au dessus de la neige. Mais je ne peux absolument pas bouger plus, coincée par mon sac à dos et ne pouvant atteindre les rebords de la crevasse (plus large que le trou) avec mes pieds.
A l'autre bout de la corde, Béatrice a bien stoppé la chute. Elle s'assoit sur le chemin et me maintient suspendue tout en appellant à l'aide (cris et sifflements) un skieur qui est en train de monter vers nous depuis le refuge du glacier blanc.
Celui-ci fait demi-tour après nous avoir fait des signes. Il est allé prévenir les secours même si nous ne le comprenons pas sur le moment.... s'il se reconnait je l'en remercie même si ce mot est encore bien trop faible pour exprimer ma gratitude...
Pendant ce moment nous pouvons nous parler d'un bout à l'autre de la corde et nous nous mettons d'accord pour que Béa essaye de me hisser avec un mouflage après m'avoir bloquée sur un corps mort.
La tension de la situation rend bien évidemment tout cela plus compliqué à faire que cela n'apparait dans ce récit même si nous nous sommes souvent entrainées à réagir à ces situations, c'est la première fois que nous sommes confrontées à un sauvetage en crevasse réel. Les gestes sont donc fébriles et moins efficaces.
Béa plante du mieux qu'elle peut son piolet dans une neige cependant peu compacte. Elle y pose une sangle et y transfère mon poids. Elle y installe la poulie et s'éloigne du point pour me hisser.
Elle commence à tirer mais au bout de quelques à coups, le piolet saute et je dégringole au fond de la crevasse en chutant d'environ 6 ou 7 mètres.
J'encaisse plusieurs chocs en tapant sur les deux parois de la crevasse jusqu'à me retrouver stoppée au fond (et sur mes pieds). Je constate avec stupéfaction que je ne suis pas blessée et j'arrive en me contorsionnant entre ces deux murs de glace étroits à retirer mon sac pour me rééquiper pour être capable de réagir. Je me couvre, j'enlève les raquettes, remets mes crampons et récupère mon piolet attaché au sac, je défais mes anneaux de corde pour avoir plus de marge de manœuvre.
Béatrice m'entend moins bien mais j'arrive à lui dire que je vais bien, même s'il est désormais plus difficile de communiquer. Malgré l'angoisse et la sidération, elle replante son piolet en corps mort encore plus profondément et tente de m'envoyer l'autre bout de la corde pour que je puisse l'aider à me hisser. Les essais de lancer sont infructueux. La corde se coince dans la neige au sommet de la crevasse et semble trop courte pour que je l'attrape. Elle relance à plusieurs reprises mais ça ne fonctionne pas et je me fais surtout doucher par les chutes de neige du sommet de la crevasse que cela engendre.
J'entreprends alors de remonter le long des murs de glace puisque je suis en état de grimper, et je demande à Béa de ravaler la corde au fur et à mesure.
Je m'aide des deux parois de la crevasse pour m'élever ce qui est facile au début mais plus compliqué rapidement quand l'écart s'élargit. Avec un seul piolet je me fais rapidement peur et je compense en plantant mes deux broches l'une après l'autre pour me vacher à chaque pas mais les manips sont laborieuses et couteuses en énergie et je ralentis largement dans ma progression.
Pendant ce temps là un skieur est passé sur le glacier et s'arrête à la hauteur de Béatrice qui l'appelle à l'aide. C'est une aide psychologique et un soulagement pour Béa de pouvoir être épaulée. D'autant qu'une minute plus tard, nous entendons le (doux) bruit d'un hélico en approche qui vient d'abord survoler la zone puis y dépose deux CRS sauveteurs en montagne.
Ils poseront finalement un corps mort plus solide avec les skis du dernier arrivé (Merci à lui aussi!) pour me hisser hors de la crevasse.
Je réalise à ce moment là que j'ai froid et mal au genou. Je tremble et n'arrive pas à me réchauffer. Je suis finalement transférée vers l’hôpital de Briançon en légère hypothermie et avec une légère entorse au genou.
Tout cela a duré environ une heure entre la chute et le départ en hélicoptère, et j'ai du passer trois quarts d'heure dans la crevasse.

place

Trace de descente du Glacier Blanc, sous la pointe Cézanne

route_study

Avec les conseils des gardiens du refuge des Ecrins et la carte IGN ainsi que les topos C2C nous avons opté pour Roche Faurio plutot que le Dôme des Ecrins aux vues de la quantité de neige et de nos envies à ce moment la.

conditions study

Météo excellente.
Grande quantité de neige couplé à la chaleur importante qui faisait justement penser au risque de chute en crevasse, nous avons essayé de compenser en réalisant la course assez tôt et en descendant rapidement.

training

Je pratique l'apinisme et la montagne régulièrement dans l'année, et me sent prête à mener ce genre de courses facile. Béatrice est moins expérimentée en montagne mais connais les manips de secours que nous avions revues ensemble avant le départ et c'est une marcheuse aguerrie qui sait faire face à ce type d'effort et de contexte.
Nous étions peu acclimatées. Arrivées de Marseille l'avant veille, nous avons passé une nuit au pré de Mme Carle avant la montée au refuge des Ecrins histoire de ne pas cumuler tout le dénivelé en même temps.

motivations

Les courses au printemps dans les Ecrins sont toujours de belles sources de motivation pour moi. J'avais quatre jours de congés pour le pont de l'Ascension et les conditions météo et de fréquentations étaient tout à fait attractives. Beaucoup d'annulations de sortie dans l'année écoulée pour cause de mauvaise météo ont accentué mon avis de partir en montagne à ce moment là et sous ce temps radieux.

group_management

Nous faisons très régulièrement de la montagne ensemble, surtout en rando en montagne, moins en alpinisme. Nous avons choisi cet objectif ensemble qui correspondait à nos envies. Encadrante Alpi au CAF de Marseille, c'est moi qui gère la course et les choix de progression et Béa me fait confiance là- dessus.

risk

Nous avons fait demi-tour avant le sommet à cause des conditions de neige et de chaleur.
Niveau d'attention constant du début à la fin.
La trace nous semblait rassurante sur le glacier mais nous n'avons pour autant pas considéré qu'elle était sans risque (encordement et vigilance sur toute la longueur du glacier).

time_management

Sommet prévu à 9h, nous avons atteint le bas de l'arête rocheuse avec du retard et avons entamé la descente sans faire le sommet.

safety

Encordement à 15 mètres sur glacier et encordement court dans les pentes sommitales.
Corps morts et mouflage pour la sortie de crevasse même si ceux-ci n'ont pas été suffisamment opérationnels notamment encordées à 2.

increase_impact

Mauvais choix d'avoir choisi le hissage par mouflage. A deux il aurait été préférable de choisir la remontée sur corde. L'autre restant assis sur le corps mort par sécurité surtout dans cette neige très molle.

reduce_impact

L'encordement sans hésitation m'a sans doute énormément préservé. Ainsi que le port de casque et d'équipement adapté (manche longues, gants, sac clippé...)
Mon expérience et ma connaissance des technique de sécurité et de sauvetage.
L'entente, la communication et la confiance entre nous.
L'alerte donnée et l'arrivée des secours qui a abrégé nos tentatives d'auto-sauvetage.

modifications

Cet événement m'apporte une réflexion sur les choix à faire lors de ce type de sauvetage. Il me permet de peser très concrètement les avantages et les inconvénients des différentes techniques en réelle situation.
Il me conforte également sur l'importance de suivre à la lettre les règles de sécurité sur glacier.

other_comments

Entorse au genou qui m'a conduit à annuler d'autres sortie alpi cette saison. Bien remis après 2 mois d’atèle et de rééducation.
Je connaissais ces risques et avait accepté l'idée d'y être éventuellement confrontée.

Associated routes

Associated articles

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca