Traversée des Écrins par le versant S de la Barre
{{ '2017-08-02' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: stone_fall, roped_fall, person_fall

elevation: 3650

nb_participants: 3

nb_impacted: 1

rescue: yes

severity: 4d_to_1m

author: louprad

quality: great

participants

Location

Licence

description

le premier de cordée a fait tomber une pierre de 60cm en tirant sur une prise de main. La pierre a percuté le 3eme de cordée à la tête et l'a assommé.

On est partis à minuit du parking de la Bérarde (1700m), arrivée au pied de la voie (3600m) après 6h de marche en foret, pierrier puis glacier. Il reste 600m de grimpe en mixte. Après réflexion collective, on s'est engagé en se disant qu'on allait faire deux longueurs pour voir. Un guide s'engageait avec son client devant nous. On avait déjà constaté des chutes de pierres vers 3000m.

Vers 8h30, à 3650m, en tirant sur une bonne prise à main droite, je fais partir un gros bloc de pierre, environ 60cm, que le 2nd (JB) et leader de la sortie évite, et qui percute le 3eme (Michel) et l'éjecte. Je le vois glisser inconscient avec l'avalanche de cailloux, la corde se tend, je tiens bon sur mes deux prises de pied et main gauche. JB installe un relais temporaire, on transfere la tension sur celui ci, Michel se réveille et commence à gémir (c'est très dur à entendre). On sécurise mieux, Michel arrive à bouger et à remonter lentement, on le tracte.

Vers 10h30, on est sécurisé par nos ancrages, et assis sur une pierre inconfortable, adossé à la paroi et donc protégé d'éventuelles chutes ; mais au milieu des cailloux qui nous semblent tous instables. JB qui est médecin fait un check, lui panse le crâne, puis le bras droit. Michel est à ce moment amnésique et délirant, mais pas d'urgence vitale. On décide de descendre chercher du secours, mais JB refuse au bout de 10m : cailloux trop instables, et on ne peut pas faire de rappel sur relais. On remonte et décide d'attendre les secours : JB a prévenu une amie de nos horaires et doit appeler à 15h si on a pas donné signe de vie.

On décide qu'on attendrait jusqu'à 17h. Attente très éprouvante car au delà de l'état de santé de Michel, il répete en boucle "qu'est ce qui s'est passé" "allez, on avance" "on attend quoi" "aie j'ai mal", ou parfois "ca va?". On prie.
Vers 16h30, je décide de redescendre seul, même si le cailloux est instable et que cheminer en fin de journée sur un glacier est dangereux. Si on attend plus, il fera nuit quand j'arriverai en bas ; JB doit surveiller Michel qui se lève régulièrement avec l'envie de repartir.

Je désescalade très lentement (niveau 4) 5 longueurs. Je m'assure en mettant la corde à double dans des ancrages que je pose et abandonne au fur et à mesure ; il faut donc que j'économise mes coinceurs, friends et sangles.

Vers 19h15 je suis sur le glacier, rassuré. Je donne l'alerte au refuge à 19h30 environ. L'hélico arrive vers 20h, dépose une partie de l'équipage, pose un sauveteur, évacue Michel au refuge, etc...(beaucoup de rotations pour alléger l'hélico) et finit par déposer JB et moi à la bérarde, puis Michel à l'hopital. Les CRS Alpes nous ont très chaleureusement hébergés et nourris.

Verdict 3 jours plus tard : fractures aux membres et double fracture au crâne. L'amnésie semble limitée à la journée avant et après l'accident (on faisait nuit blanche).

Associated routes

Associated articles

Associated outings

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de