Chute (stoppée) à ski à la montée, Finsteraarhorn
{{ '2017-04-01' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: person_fall

severity: severity_no

author: hugov

quality: fine

participants

Location

Licence

description

Chute à ski sur pente de neige après avoir glissé en passant sur un rocher à la montée. Glissade enrayée, sans conséquences physiques.

Montée dans les pentes raides au-dessus de la Finsteraarhornhütte, neige dure recouverte d'un saupoudrage de neige fraîche, trace peu marquée. Mis les couteaux dès le départ, appuis principalement sur les carres/couteaux ce qui a probalement contribué à la chute.
Aucun problème au départ, puis la trace passe sur un caillou (gros d'environ 1m), je me dis qu'il faut faire attention et que ça craint un peu vu la pente dessous, et malgré ça j'ai déconné: au lieu de mettre mes skis à plat et donc d'appuyer avec les peaux sur le rocher, j'ai continué sur les cares/couteaux. Mon ski amont tenait avec l'avant sur le caillou et l'arrière sur la neige, au moment d'avancer le ski aval, j'ai perdu l'appui amont et comme j'avais l'autre pied légèrement levé, c'est parti ...
Je pars donc en glissade face à la pente (>35°), je gueule pour alerter mon partenaire, et prends très rapidement de la vitesse. Je me redresse pour enfoncer mes poings dans la neige sans grand effet, ma fixation gauche déclenche ce qui me permet d'appuyer avec un pied et de me freiner, puis m'arrêter. Difficile d'évaluer la distance parcourue, il faisait nuit et au retour pas de visibilité, probablement 20-30m.
Avec l'adrénaline j'imagine, aucune peur sur le moment mais bien conscient de la connerie que j'ai fait et des conséquences que ça aurait pu avoir (la pente finit sur des gros rochers et des barres raides, pas énormes mais suffisantes pour entraîner des blessures graves ou la mort, surtout sans casque). J'ai rechaussé, tracé dans la pente pour rejoindre mon point de chute. Pour repasser le rocher, j'ai déchaussé et même sorti le piolet! J'ai rejoint mon partenaire qui a pris un coup au moral en me voyant partir (et possiblement partir pour de bon), mais on a décidé de continuer, je me sentais bien, concentré, et surtout déterminé à poursuivre. La suite s'est déroulée sans souci (mis à part la météo qui nous a mis une raclée!), à aucun moment je ne me suis senti en difficulté malgré des conditions pas évidentes.

Les points négatifs
- Probablement pas assez d'expérience à la montée en neige dure.
- Je suis toujours un peu dans le vague la première demi-heure d'une course, que ce soit au niveau physique ou mental, je n'étais donc sûrement pas assez attentif/éveillé au passage du rocher, j'aurais du réfléchir plus et éventuellement déchausser, parce que javais le sentiment qu'il y allait avoir un problème.
- Le casque sur le sac à dos comme souvent à la montée.

Les points positifs
- M'être entraîné à enrayer une chute sans piolet, ce qui m'a permis de me mettre en position d'arêt immédiatement, sans réfléchir. Cela dit, si j'étais tombé dos à la pente, avec les skis au pieds, je ne suis pas sûr que j'aurais pu me retourner.
- Une grosse dose de chance: une fixation qui a déclenché et m'a permis "d'enfoncer" un pied dans la neige, le saupoudrage de neige fraîche qui a probablement contribué à freiner la chute, et être tombé directement face à la pente les pieds en bas.

Conséquences
- Aucune conséquence physique.
- Niveau moral, grosse perte de confiance, dont je me suis déjà rendu compte sur quelques passages raides/exposés en descendant le Fieschergletscher. Le bon côté c'est que j'étais beaucoup plus concentré et précautionneux. La peur est arrivée le lendemain matin au réveil.
- Perte de confiance au niveau de la cordée, si on avait été encordés la probabilité qu'on se soit arrêtés dans la pente était très faible.

La suite
- Tenir compte du fait d'être "mal réveillé" et donc être beaucoup plus attentif au départ des courses même sur du terrain a priori facile.
- Prendre en considération la possibilité d'une chute et ses conséquences à tout moment de la course, et se protéger en conséquence (port du casque par exemple).
- S'entraîner beaucoup plus à monter sur neige dure/gelée.
- Que ça ne se reproduise jamais!

Pour conclure, ce n'était pas une énorme chute mais les conséquences auraient pu être grave. Des bons réflexes et pas mal de chance. Il suffit d'une seconde d'inatention, d'un tout petit faux pas, et ça part ... et le sentiment d'impuissance quand ça part n'est vraiment pas agréable!

Associated routes

Associated articles

Associated outings

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de