Rocher Blanc :chute sur les restes du Glacier de l'Amiante
{{ '2016-10-29' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: person_fall

elevation: 2750

nb_participants: 1

nb_impacted: 1

severity: severity_no

author: Lesquif

quality: fine

participants

Location

Licence

description

Jour 1 : Départ depuis la cascade des Sept Laux et bivouac au bord d'un lac sans nom à proximité du Lac Blanc
Jour 2 : Départ à 7h du matin depuis le Lac Blanc en direction du col de l'Amiante, pour atteindre l’arrête sud et le Rocher Blanc

Après avoir passé une nuit fraîche, mais agréable au bord d'un lac, je décide de monter sur le Rocher Blanc en passant par le col de l'Amiante. Ayant dormi à proximité j'ai eu le temps de faire du repérage la veille, j'ai donc une bonne idée visuelle du chemin à prendre. Je sais qu'il y aura de la neige (le topo en parle et je l'ai vu depuis le lac) et je décide donc de monter tout en gardant à l'esprit qu'il faudra faire demi-tour s'il est trop dangereux de monter sur le névé.

La montée se passe sans problème et j'arrive rapidement au pied des restes du glacier de l'Amiante, qui ne s'apparente plus qu'à un vaste névé. La pente est raide (autour de 43°) et la neige est totalement congelée, mais il y a déjà des traces qui vont dans le sens de la montée (aucune en sens inverse) et les précédents randonneurs n'ont pas l'air d'avoir chaussé les crampons. Je passe le névé en plantant bien mes pointes des pieds dans le sol et j'arrive sans soucis au col puis au sommet. Après une bonne heure à prendre le soleil au sommet, j'entame la descente.

Jusqu'au col, tout se passe sans problèmes. Seulement, je sais que je vais devoir être extrêmement vigilant sur le névé. J'entame la descente du névé en plantant les talons dans la neige lorsque je glisse une première fois sur moins d'un mètre. Constatant que la descente est plus dangereuse que ce que j'imaginais, mais n'ayant pas de piolet avec moi, je décide de garder mon opinel dans la main au cas ou je glisserai à nouveau.

Je continue de descendre lentement en effectuant des pauses régulières afin de garder l'esprit clair. Puis, sur un pas tout à fait anodin, un morceau de neige se détache ce qui me fait tomber sur le dos puis glisser dans la pente. Dans ma chute, j'ai eu le temps de planter mon couteau dans la neige et je serre le manche pour ne pas le lâcher. Je prends rapidement beaucoup de vitesse et j'essaie désespérément de planter mes talons dans le sol pour me ralentir, sans succès.

Je vois arriver à pleine vitesse un premier rocher qui dépasse la neige que j'arrive à esquiver grâce à mes pieds. Un deuxième rocher se présente en face de moi que je n'arrive pas à esquiver cette fois-ci. Je serre donc les muscles de ma cuisse et de mes fesses pour essayer de me faire le moins mal possible. Je frappe le rocher au niveau de la fesse droite, ce qui déchire mon pantalon, mais ne me blesse pas, fort heureusement.

Arrivé au bas de la pente, je commence à ralentir et je finis ma course tranquillement sur un replat peu avant la base du névé. Ma main droite qui tenait le couteau est ensanglantée, mais c'est plus impressionnant qu'autre chose, il s'agit de petites coupures dues à la glace. Je passe quelques secondes allongé sur le sol pour reprendre ma respiration puis je me relève sans problème.

J'ai pu ensuite terminer la descente et récupérer ma tente avant de rentrer tranquillement chez moi. Cette histoire, sans gravité, m'a appris à être nettement plus vigilant. Aussi j'ai eu beaucoup de chance que ce névé donne sur une combe et non sur du vide ou autre.

place

Col de l'Amiante, sur le chemin du Rocher Blanc depuis les Sept Laux

route_study

Bonne étude de l'itinéraire préalable. Ayant passé la soirée à proximité, j'ai eu le temps de prendre connaissance du chemin à suivre.

training

Bonne préparation. Légère fatigue dû à la journée de marche précédente sous le soleil.

motivations

Très motivé à l'idée de gravir ce sommet.

risk

Peut être un manque d'attention par rapport à la montée.

time_management

Sans problème, j'avais encore une bonne demi-journée de marge.

increase_impact

Absence de crampons et d'un piolet. Manque de discernement quant aux risques potentiels.

reduce_impact

Le frottement de mon sac sur la neige et mon couteau planté dans la neige m'ont permis de ralentir. Absence de vide en fin de glissade.

modifications

J'ai prévu d'investir dans des crampons et un piolet et je serais nettement plus prudent désormais.

Associated routes

Associated articles

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca