Avalanche dans la Face N de la Pointe de Vouasson
{{ '2013-05-27' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: avalanche

elevation: 3100

nb_participants: 5

nb_impacted: 4

rescue: yes

severity: 4d_to_1m

author: Frédéric Bunoz

quality: medium

participants

Location

Licence

description

Départ à 6h du matin du parking, la face est bien visible pendant la montée, le sommet est déjà au soleil et on discute de quelle sera la meilleure option de montée: rive gauche (déjà au soleil mais plus accueillant) ou rive droite (encore à l'ombre mais où la glace semble plus proche)
A 7h, on met les skis aux pieds près de Remointse de Méribé, il fait assez froid. Quelques passages sans neige et on arrive sous le goulet où une trace de montée (de la veille?) nous attend. Le goulet passe bien avec quelques boules qui se contournent sans trop de soucis et sans avoir à porter. La trace s'arrête au pied de la face, sans raison apparente vu que cette dernière semble complétement en bonne neige. Encore quelques discussions par où passer avec quelques confusions entre "à droite" et "par la rive droite" (donc à notre gauche), on remet la décision à plus tard et on trace, très bonnes conditions jusque sous la première barre de séracs vers 3000m.
Là, la neige repose sur un fond très dur et on met les couteaux mais assez vite on a l'impression que ça ira plus vite en portant. On se déporte donc rive gauche de la face dans un petit couloir avec de la neige plus meuble où il sera facile de passer des skis aux crampons et la montée sera plus aisée par là. La zone de bonne neige est peu large et on se regroupe, il est 9h30. Crampons aux pieds, le sac prêt à être mis sur le dos, je remets une couche de crème solaire et sans avertissement je me fais pousser dans la face. Je mets quelques secondes à comprendre ce qui se passe, et j'essaie de mettre les mains devant les voies respiratoires. Ensuite je me rappelle qu'il y a une petite barre quelque part en bas de la rive gauche et que ce serait une bonne idée d'essayer de m'arrêter. Moins facile à mettre en pratique quand on a l'impression d'être emporté par un torrent, que tout bouge et sans piolet. Je ne comprends pas comment mais je m'arrête, environ 100-150mètres sous le point de départ.
Sans lunettes (vive les myopes!), difficile de voir ce qui se passe chez les copains. Je compte 3 autres points noirs plus haut (oui, je suis vraiment myope...) alors qu'on était 5. Petit instant de panique, surtout que les autres n'ont pas l'air de s'affoler et qu'on est trop loin pour bien s'entendre parler. Finalement un des points se dédouble, on est tous là. 4 personnes sur 5 se sont fait emportés et la 5ème, plus au bord de l’avalanche, a de justesse réussi à ne pas être emporté. Je comprends qu'on a un blessé et j'appelle le 1414, qui me renvoie sur le 144 pour le Valais. Je suis déjà le 3e à les appeler... Quelqu'un m'appelle depuis en bas, il monte je descends pour qu'on puisse se comprendre, je lui confirme qu'on est tous hors de la neige et on va s'abriter si d'autres coulées venaient à partir. La suite est facile: héliportage du blessé (épaule déboitée), sortie hors de la face au plus vite en ramassant au passage tout ce qu'on trouve et retour au parking, guidés comme des enfants par les deux personnes qui montaient 1/2 heure derrière nous. Merci à eux!

conditions study

On aurait pu partir 10 minutes plus tard, voir passer la purge et redescendre sans souci.

On aurait pu partir 10 minutes plus tôt et recevoir la purge alors qu'on était en file indienne avec piolet et crampons aux pieds et là ça aurait fait vraiment mal.

Fin mai, ça peut encore être l'hiver en montagne. C'était d'ailleurs noté en gras sur le site du SLF.

La face avait été skiée quelques jours avant et il avait peu neigé depuis... même si 50 personnes étaient passées la veille, ça n'aurait rien changé, la coulée n'est pas partie dans la zone skiable à mon avis.

On a mis les crampons dans une ancienne coulée, donc ça avait déjà purgé une fois, mais une 2e purge peut toujours venir d'ailleurs et être canalisée au même endroit.

Malgré le soleil, la neige dans la face était encore dure même dans les zones ensoleillées depuis le matin. La coulée est partie d'une facette orientée est. Jusque là, on avait vu aucun signe avant-coureur.

modifications

Ne pas trop se regrouper en pente raide, que ce soit en progression ou pendant une pause. On aurait pu mettre les crampons 1 par 1, le premier avait la trace à faire ça ne nous aurait pas pris plus de temps pour arriver au sommet.

+1 pour le casque en pente raide, aussi à la montée. On a vite fait de se ramasser un ski, un piolet, un ami ou un bloc de neige dans la figure.

other_comments

Une avalanche, ça fout un sacré bordel... avec la distance on ne s'entendait pas et si quelqu'un avait été sous la neige mon sac (et ma pelle) se trouvait encore 100m plus bas que moi.
Après s'être fait prendre, on met quelques temps avant d'être de nouveau là à 100% et de réagir comme il faut (s'abriter, appeler les secours,...)
On est toujours beaucoup plus intelligent après l'accident!!!

En espérant que ça serve à d'autres!

Associated routes

Associated articles

Associated outings

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de