Mont Galgan : Voie de la Miche (Chute et réchappe)
{{ '2012-09-16' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: physical_failure, roped_fall, person_fall

elevation: 925

nb_participants: 1

nb_impacted: 1

severity: 1m_to_3m

author: mick_heul

quality: medium

participants

Location

Licence

description

Nous étions déjà parvenus à faire les deux premières longueurs, puis à descendre, faute de temps. Ce jour, nous avons décidé d'y retourner pour finir cette voie qui nous avait l'air plutôt sympa.

Aucun souci jusqu'à L3, où mon camarade bute, et bute encore, un peu au dessus du relais de départ.

J'y vais, je bute un peu, puis je traverse la petite dalle un peu craignos qui promet une jolie chute en cas de zippette. Je continue jusqu'à R3, que je loupe comme un débile... Persuadé que la sortie est juste en haut du mur suivant, je m'y engage.
La lucidité revient un peu tard, alors que j'arrive en haut du mur. Je sens que je suis presque en bout de corde, mal à l'aise, un peu trop dans le gaz.

Oui... mais c'est trop tard. Le temps que je comprenne ça, mes doigts sont en train de s'ouvrir, et les prises ne semblent plus vouloir tenir.

Je me dépêche de redescendre au plus près du point précédent, juste avant que ne survienne l'inéluctable chute.
Je "sais" voler, là n'est pas le problème. Non, ce qui m'inquiète dans cette très longue seconde qui va précéder ma chute, ce sont les gros blocs posés au bas du mur, et l'élasticité des plus de 40mètres de corde à double, ainsi que l'impossibilité de communiquer avec mon second.

Alors que je tiens encore une prise main gauche et que mon corps commence à se détacher de la paroi, attiré par cette fichue gravité, je vois cette même main gauche quitter le rocher à retardement... légèrement déséquilibré, je sens ma main passer pile entre les deux cordes qui viennent alors de croiser, et qui frottent durant ces 15mètres de chute sur deux de mes doigts.

J'ai à peine le temps de retirer ma main de ce piège douloureux, que les cordes forment maintenant un ciseau vicieux à hauteur de mon pontet...heureux d'avoir enlevé ma main de là à temps !

Arrêté au dessous des blocs, je hurle un bon coup pour soulager les premières douleurs : les deux doigts qui ont touché les cordes sont brûlés en profondeur à la base de la seconde phalange ; J'évalue les dégâts à "plutôt sérieux" sur l'échelle des nombreuses blessures débiles contractées dans ma vie.

Le fond de la plaie est blanc, je peux encore légèrement bouger le bout des doigts, mais je n'ai plus aucune sensation ni douleur en touchant directement les plaies...pas très bon signe.

Pour couronner le tout, mon binôme se trouve de l'autre côté de deux ressauts de la paroi, hors de voix et de vue. Avec le bruit de la route et parfois du train en contrebas, impossible de communiquer.

Je suis vaché à un point, c'est déjà ça. Par la magie du téléphone portable qui fonctionne à peine, j'arriverais à sécuriser la corde (et moi même) puis à faire remonter péniblement mon binôme jusqu'à moi.

Il s'occupe de m'installer sur la corde pour la descente, et me mouline doucement de relais en relais avant de me rejoindre en rappel.

Fin de la sortie.

6 semaines plus tard, le médecin m'annonce l'éventualité de perdre l'usage de mes deux doigts. Je n'ai pas voulu non plus de chirurgie de la main pour regreffer de la peau de fesse sur mes doigts dégoûtants. Deux semaines plus tard, je fais un doigts d'honneur à mon médecin : la peau se refait elle même, malgré la brûlure quasi jusqu'à l'os et en pleine jonction des phalanges. Et finalement, je récupère intégralement l'usage et la force de mes doigts... Happy End.

place

Falaise de Mont Galgan, Voie de la miche, L3 / L4

training

Fatigue et manque de lucidité après l'enchaînement d'une longueur et demi, chute prévisible et volontairement amorcée depuis un point d'assurage proche (au niveau des pieds) avec environ 45m de corde à double entre l'assureur et moi.

motivations

Retour sur la falaise après un premier repérage. Bien entendue, une nouvelle tentative sera effectuée dès que possible, pour ne pas rester sur une chute stupide !

group_management

Changement de leader pour L3, en raison d'un pas difficile dans la longueur.

risk

Légère euphorie une fois passé le pas délicat de L3, puis enchaînement trop rapide des difficultés suivantes ; Manque de lucidité quant à la présence d'un relais intermédiaire avant le point de chute. Retour à un état normal juste avant la chute, qui a permis de minimiser la hauteur de chute et d'éviter de frapper durement les blocs situés au bas du ressaut.

safety

Assurage conventionnel depuis le relais, équipement relativement rapproché, pas de pose de protections supplémentaires.

increase_impact

Déséquilibre au moment de la chute elle même, ayant entraîné la main gauche entre les cordes vrillées.

reduce_impact

Le fait d'être redescendu en désescalade quelques mètres a permis d'éviter un retour sur une vire brisée qui aurait alors été bien plus brutal pour les membres inférieurs.

modifications

Plusieurs mois ont été nécessaire avant de retrouver le plein usage des doigts en escalade. L'accident a laissé une peur relative quant aux chutes en tête, m'empêchant par moment de pratiquer l'escalade conventionnelle autrement qu'en moulinette ou en second.

other_comments

Brûlures profondes au majeur et annulaire gauche, à la jonction de la seconde phalange. 2 mois nécessaires à reconstruire les tissus, 2 mois supplémentaires pour retrouver un fonctionnement normal.

Associated routes

Associated articles

Associated outings

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca