Massacre à la perforatrice
{{ '2006-07-30' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: roped_fall, person_fall

elevation: 1700

nb_participants: 5

nb_impacted: 1

severity: 4d_to_1m

author: Martin Gerbaux

quality: medium

participants

Location

Licence

description

Sortie en "spéléo d'extérieur", dans l'objectif d'atteindre des porches en face NE du Moucherotte.
Après une grimpette réussie (et un porche qui ne donne rien), on vise un nouveau porche à 20m de haut, dans une face plutôt raide.
J'attaque l'escalade en artif, en installant une "échelle à goujons". le départ est das un chaos de blocs, plutôt contondants.
Le rocher est globalement mauvais. À 6-7m de hauteur, en expansant le goujon de 8mm (avec le couple que je mets habituellement), la roche se fissure autour. Je monte dessus, place le suivant, mais du coup je mets moins de couple au serrage pour réaliser l'expansion. Je monte me vacher sur ce nouveau goujon avec un mousqueton au niveau du baudrier (baudrier spéléo → point d'encordement bas). Le terrain présente un petit bombé, pour placer le goujon suivant, je suis dressé sur mon étrier, je fais travailler le point en traction avec mon mousqueton au baudrier. Alors que je fore ce point suivant, le goujon sur lequel je suis vaché s'arrache. J'ai le temps de penser que le goujon qui a fissuré le rocher en dessous va s'arracher, et que je vais faire un retour au sol à plat dos dans les blocs pointus. Mais non, il tient bon !
La corde m'arrête, mais le perforateur (hilti TE6 NiCd, soit pas loin de 4kg) que je tiens toujours à bout de bras, en crispant la gâchette, vient se planter dans ma cuisse droite, la mèche de 8mm toujours en train de tourner.

On me mouline au pied de la paroi. La plaie ne saigne pas du tout, mais ma jambe est complètement tétanisé
La décharge d'adrénaline me booste, et j'arrive à remonter au col des Forges puis redescendre les 600m de déniv sur une jambe, appuyé sur mes compagnons, pour regagner les urgences.

place

falaises NE du Moucherotte, au dessus du vallon des forges

safety

Assurage sur un seul brin de corde à double, sur descendeur spéléo

increase_impact

Le fait de grimper sur des petits goujons simple expansion.
Être habillé avec un pantalon d'étoffe très légère.

reduce_impact

Le fait de grimper sur un seul brin de corde à double, qui a du limiter la force de choc sur le goujon douteux

modifications

Je fais beaucoup moins confiance de manière générale aux monopoints (un goujoun, ça peut finalement s'arracher facilement), et n'hésite pas à utiliser des bons goujons quand il le faut.

other_comments

Au final, la plaie a été très nette (vive les forêts hilti à tête en X). Ce qui a été assez incroyable, c'est que tout le derme et l'hypoderme ont été traversés (on voyait très nettement les fibres musculaires à travers le trou), mais que ces fibres musculaires n'ont pas du tout été touchées (et heureusement, car sinon, il parait que le muscle se défibre en s'enroulant autour de la mèche).
J'ai l'impression que le muscle s'est contracté sous le choc à l'intérieur de la cuisse, se désolidarisant de l'hypoderme. Ce qui pourrait expliquer les contractures atroces que j'ai eu pendant plusieurs jours. La plaie ne peut pas être recousue (il manque de la matière), le trou se rebouchera tout seul

Associated routes

Associated articles

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca