Avalanche au retour des Droites
{{ '2015-04-12' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: avalanche, person_fall

elevation: 2630

nb_participants: 2

nb_impacted: 2

rescue: yes

severity: 4d_to_1m

author: Martin Gerbaux

quality: medium

participants

Location

Licence

description

C'était certainement la sortie la plus longue (25h30 pour la trav!), la plus exigeante et la plus dure de ma carrière d'alpiniste amateur. Et pour mon coéquipier, il a escaladé plus de glace dans la FN des Droites que la somme de toutes ses sorties. :-)

Comme très précisément décrit par Elia et Thomas, la face n'est pas techniquement très dure, mais elle est très soutenue. Une fois passé la rimaye, le prochain point de repos est au sommet! La face se couche pratiquement à 50m du sommet...

Perso j'ai commis plusieurs erreurs, qui ont clairement impacté le timing. Le premier est que j'ai pris un Kamelbak de 2L pas complètement rempli et je n'ai pas fait attention à mon taux de consommation. Après 8 heures d'effort, le réservoir était vide et j'ai du tenir les restantes 17 heures d'effort avec env 3dl. Ca a été rude. La deuxième erreur a été de ne pas assez raccourcir la corde après les difficultés de la partie centrale. Il ne faut pas hésiter à monter avec 25-30m max entre coéquipiers (nous avons monté en dynamique), alors que nous avons gardé 50m. Ceci nous a fait perdre du temps précieux à chaque changement de matériel. Et 3ème erreur, j'avais pris trop de matériel technique. 3 friends petits à moyen font l'affaire. C'est bien d'avoir 1 piton selon les conditions, mais si la face est bien fournie, ça passe sans en avoir besoin. Une fois au sommet, nous avions l'option de nous arrêter et faire un bivouac (il y a une belle place pour 2-3 personnes sous une très grosse pierre, à l'attaque des rappels), mais c'était tout de même exposé au vent, et à 4000m la température chute rapidement. A contre cœur nous avons donc entamé les rappels, qu'on a terminé dans la nuit (encore une heure de perdue pour chercher les derniers). Nous avons par contre eu de la chance avec la suite, parce que la neige s'était à nouveau consolidée et le risque d'avalanche était moindre. Vers 3100m on pu finalement chausser les skis et traverser raisonnablement vite (et à la frontale naturellement) le glacier. Ensuite une dernière hésitation sur le point de départ (pas évident de nuit) pour la petite remontée (raide) au Couvercle nous a encore fait perdre du temps précieux. Je pense que raisonnablement on aurait pu facilement économiser 4 à 5 heures de temps, mais au total, il faudrait tout de même compter 16h à 20h pour la traversée de refuge à refuge....

Dernière (grosse) erreur c'était au J2. Après une "nuit" restauratrice au refuge du Couvercle, nous avons eu le malheur de mettre le réveil à midi. Trop tard pour entamer la descente (à 14h00). Les pentes sont très raides et entrecoupées par des barres et dès le premier virage dans la partie raide, une plaque de neige mouillée est partie. C'était une plaque de petite ampleur, mais suffisante pour nous faire sauter une barre d'env 15m et me luxer la hanche.

Avalanche d'env 40m de large et env. 20-30m devant et derrière nous. Épaisseur d'env. 20cm. Dès le déclenchement j'ai vite essayé de remonter l'avalanche en escalier (j'étais arrêté) afin de diminuer la masse de neige qui risquait de m’ensevelir. J'ai pu faire ceci sur env. 2m, ensuite la fragmentation m'a emporté et j'étais couché avec l'avalanche, qui a rapidement pris de la vitesse. En quelques secondes la pente est devenue verticale et j'ai fait un saut d'env 15m ou j'ai senti la paroi juste derrière moi. Ensuite l'arrêt soudain. Nous avons chuté d'env. 100m de dénivelé (2630- 2530m). Nous étions les deux à la surface de l'avalanche. Mon coéquipier s'en est tiré avec une éraflure au menton (et a perdu un ski), moi avec une luxation de la hanche (et perdu un bâton). Impossible de bouger. Réseau de 3 barrettes sur 5 lors de l'appel au 112.

Dommage pour ce final dans un hélico du PGHM (un grand merci aux sauveteurs, très sympa!). Mais ce fut tout de même une aventure extraordinaire que je conseille à tout alpiniste qui a envie de gravir les Droites par sa ligne la plus directe et logique au sommet (la Ginat se termine malheureusement au col, bien loin du sommet)

place

Geoeref approximatif

Associated routes

Associated articles

Associated outings

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca