Pic du Rognolet : Versant S par la Combe du Plan - depuis Celliers → Avalanche
{{ '2013-02-09' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: avalanche

elevation: 2350

nb_participants: 3

nb_impacted: 1

avalanche_level: level_2

avalanche_slope: slope_35_40

severity: severity_no

author: Martin Gerbaux

quality: medium

participants

Location

Licence

description

Après une montée sans histoire, sinon quelques tests du bâtons aux résultats contradictoires (ces derniers annonçant des hauteurs de neige meuble à la fois enviables et génératrices d'un certain état de vigilance), nous nous arrêtons avec les autres groupes au col de Montartier, et renonçons à la descente en versant W compte tenu des traces de transport de neige par le vent plutôt importantes dans ce versant et de la présence de rochers qui augmentent l'exposition, d'autant que le retour par le col des Paris Saint Jacques n'est pas très engageant : un grosse cassure raye également ce qu'on voit de la face SO de la pointe Saint Jacques.

Au retour, nous nous engageons à l'Est pour rejoindre l'épaule qui mène au Tchatcho. En tentant de rejoindre l'itinéraire classique de montée, nous empruntons une pente SE à environ 35° de moyenne avec un court passage à 40°. Compte tenu des accumulations observées, le groupe évolue 1 par 1. Le premier skieur franchit la pente sans encombre. Le second déclenche une plaque d'une dizaine de mètres mais qui s'élargit par la suite pour atteindre près de 40m de large. Il est emporté par la coulée qui ne l'ensevelira pas. Il peut se dégager seul et sortir du dépôt. Le troisième emprunte alors la trajectoire de la coulée qui a laissé apparente une vieille croute de regel. Cette configuration ne laisse pas présager de risque de sur-accident.

Une très bonne leçon sans frais de gestion de groupe et d'humilité en ce jour où tant de grosses pentes ont été rentrées (Paré de Joux, Grande Faille, Couloir NE de Combe Bronsin, etc...) certaines dans les orientations justement incriminées par le BRA (NE par exemple).

Le debriefing a montré une défaillance du leader qui, après avoir convaincu son groupe de renoncer à l'itinéraire envisagé au départ (traversée du Rognolet), au plan B (traversée en W) et même à un sommet habituellement très fréquenté, a renoncé à tort à jouer son rôle de "père castrateur systématique". Il s'est en outre laissé influencer par certains éléments du groupe dont l'envie de sortir malgré tout des sentiers battus était palpable.

A ce stade la communication jusqu'ici bien établie dans le groupe s'est un peu tarie et des indices de transport de neige par le vent n'ont pas été évoqués (sastrugis, cohésion caractéristique de la neige à la rupture de pente). Il est apparu que les autres skieurs n'avaient pas une conscience manifeste de ces éléments. A la décharge du leader, il est à noter que l'application stricte de la méthode de réduction de Münter n'aurait pas donné un résultat particulièrement convaincant pour cette pente (orientée SE, frisant les 40°, avec une petit groupe marquant des distances par risque 2...).

On peut d'ailleurs mettre au crédit du groupe que la vigilance exercée dans la progression, la discipline et le respect des consignes de distance, le choix d'un itinéraire évitant les dangers objectifs ont été des facteurs de minimisation des conséquences de l'incident (1 seule personne emportée, aucune conséquence ni humaine, ni matérielle).

à méditer amplement...

conditions study

Beaucoup d'activité avalancheuse plus ou mois récente observée à la montée en versant NE.
Les accumulations nous incitent à renoncer à notre projet de traverser le sommet du Rognolet pour aller skier sa pente NO puis son couloir N (cette course a été réalisée le même jour en AR).

Sous le sommet du Rognolet, vers 2600m., une plaque récente est partie et la cassure barre toute la combe SE qui donne accès au sommet. Ce dernier n'a d'ailleurs pas connu de visiteur ce jour, les observations étant bien décourageantes. Idem pour la pointe de la Balme, que nous sommes allés reconnaître ensuite : toutes les traces s'arrêtent à mi-pente.

Une plaque a d'ailleurs été déclenchée par notre groupe (1 emporté sur 50mètres, heureusement non enseveli) en tentant de rejoindre la combe des plans depuis l'épaule qui mène au Tchatcho (rupture de pente située vers 2350m, en SE). Cassure de 30 à 80cm. Environ 40mètre de large à son maximum, la configuration du terrain ayant heureusement limité la largeur de la plaque au point de déclenchement (une petite dizaine de mètres), près de 100mètres de dénivelée.

Associated routes

Associated articles

Associated outings

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca