Plaque de neige humide en versant S de la Grande Lance de Domène
{{ '2010-04-24' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: avalanche

elevation: 2660

nb_participants: 2

nb_impacted: 1

avalanche_level: level_3

avalanche_slope: slope_35_40

severity: severity_no

author: Frédéric Bunoz

quality: medium

participants

Location

Licence

description

Montée bucolique depuis Pré Long, puis bien jolie sur la croupe du Mont Saint Mury. Ensuite, je choisis de traverser à flanc en versant W de la Pointe de la Sitre : il aurait été préférable de monter au sommet par la crête, descendre le versant S jusqu'au lac de la Sitre, en moquette à cette heure là, et remonter.
Au pied de la Face NW de la Grande Lance, nous voyons bien que ça ne va pas skier (neige dure irrégulière), mais nous montons quand même en envisageant de descendre par le Pic du Loup. Le passage mixte est enneigé à droite : ça va le faire. mais c'est en croute sur neige sans cohésion, j'en chie pour monter, et je ne peux plus descendre. FX abandonne en me voyant, et redescend la face (à pied) pour m'attendre au pied. Je retrouve de la neige plus portante, puis il faut choisir la sortie : autant sortir direct au sommet. Erreur, de nouveau de la neige qui s'effondre dans du 50°... J'y arrive mais c'est long.
Au sommet, je trouve 2 gars et une fille qui boivent des bières, ah ben ouais :-)

Du sommet, je descends pour traverser sous l'arête vers le Pic du Loup, je remonte sur l'arête : elle est tracée, mais sur la corniche qui se trouve complètement en face N, le fil de l'arête n'est pas enneigée... Ouais là, vu l'heure je ne touche pas à la corniche, et en versant S c'est raide à moitié déneigé : trop dangereux.
Je descends 100m en versant S pour espérer trouver une banquette qui me mène dans la face S du Pic du Loup. Je traverse, c'est bien mou, attention aux coulées. J'entends un bruit de coulée : c'est une petite boule qui a déclenché un coulée de 1m de large 50m plus haut. Bon, ça tombe tout seul, je me casse. Je vais me retourner...
Wlaaaf !
Ah tient, je reconnais ce bruit, ce n'est pas comme d'autres fois où je met 15mn à comprendre d'où vient un bruit (souvent un animal). C'est un effondrement de plaque.
Quel est le boulet qui a réussi à déclencher une plaque ? Oh p.... c'est moi ! Euh bon, je vais essayer d'en sortir par la droite, suffit de continuer à traverser... au bout de 3m je me rend compte que la plaque va loin et que je risque de sauter des barres si j'en sort. Faut donc que je fasse un virage pour sortir à gauche, aïe ça commence à faire long, la plaque va se disloquer et je serai coincé ! Tentons quand même : ça porte encore, la plaque se fissure sans se séparer en blocs, j'en sors, ouf ! Vive les fats !
Bon là, la coulée va tomber sous le verrou des Doménon, espérons qu'il n'y ait personne... Au verrou, je rencontre une personne qui a vu la coulée, il n'y avait personne : les gens descendent en rive gauche.

C'était une plaque qui s'est formé par le redoux et l'humidification : plus ça transforme, plus la plaque est fragile, super ! La stabilisation par l'humidification, ça ne marche pas tout le temps.
Plus d'infos sur le forum.

route_study

Tentative de skier la face NW en AR, mais nous avions envisagé l'échappatoire par la face S en cas de trop mauvaises conditions dans la face NW (nous savions qu'elles n'était pas en top conditions, mais nous nous serions contentés de bonnes conditions).

training

Bonne préparation.

motivations

Itinéraire à la journée pas loin de Grenoble mais malgré tout loin de la foule, sauf pour le sommet, et qui aboutit à près de 2800m.

risk

Nous avons, puis j'ai réévalué les risques régulièrement.
Je ne savais pas si on pouvait rejoindre le Pic du Loup par le versant S sans descendre au fond du vallon, il me semblait que ça passait (après coup : peut être par bon enneigement et neige stable, en tout cas si ça passe c'est expo).
Vu l'état de la neige en versant S, j'ai rapidement abandonné de me mettre dans des pentes suspendues à 40-45°, mais je voulais quand même aller voir sur la croupe en rive droite de la combe, pour repérer pour une prochaine fois.
Je savais que c'était craignos à cette heure avancée, mais je n'envisageais que des coulées de lourde normales, qu'on déclenche sous les skis, ou qui parte naturellement sous des rochers sans trop s'étendre en largeur. Je n'ai pas du tout envisagé la possibilité de déclencher une plaque, vu que le manteau était transformé sur l'épaisseur (je sais qu'il peut y avoir des plaques de fond, mais le manteau n'était pas assez pourri et le sol trop caillouteux pour qu'une plaque de fond se déclenche).

time_management

Nous avons perdu du temps sur l'approche, mais pour une descente NW ça n'était pas encore critique, mais j'ai aussi perdu du temps dans le brassage en face NW, alors que je savais que je descendrai en versant S. Mais j'étais sûr de pouvoir descendre sans trop de risque par la descente au moins raide (versant S classique).

reduce_impact

Les skis larges m'ont permis de rester en surface, et de pouvoir skier sur la plaque qui était en train de glisser.

modifications

En avril 2004, j'ai découvert ce type de couche fragile, mais je pensais que c'était causé en partie par du givre.
L'année suivante, j'ai compris qu'elle se formait par la fonte et le regel, à partir de neige transfo. Mais je pensais que ça ne pouvait que se limiter à du plat, et que dans une pente elle se déclencherait dès le début de sa formation, la détruisant au fur et à mesure qu'elle s'étend dans une pente, ce qui l'empêcherait de se former sur une grande surface puis d'attendre qu'un skieur passe par là.
Ce jour là, j'ai compris que ce type de couche fragile pouvait se former et s'étendre dans une pente, et former un piège qui peut se maintenir (et s'agraver) plusieurs jours, au printemps, en versant S, 10 jours après la dernière chute.

J'ai donc complètement revu ma gestion du risque d'avalanche au printemps, en conservant la gestion du risque de plaque, alors qu'auparavant je l'éliminais dès que la neige était assez transfo. J'ai mis en application ces changements dès la sortie suivante, en adapant l'itinéraire (surtout en descente, quand on cherche les belles pentes assez enneigées et pas ravagées par les coulées).
Depuis, je soupçonne fortement que ce type de couche fragile soit à l'origine de certaines plaques inexpliquées.

Associated routes

Associated articles

Associated outings

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de