Pointe de Labby : Arête du soleil (accident au rappel)
{{ '2014-07-23' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: avalanche, stone_fall

elevation: 3480

nb_participants: 2

nb_impacted: 2

avalanche_level: level_na

avalanche_slope: slope_lt_30

severity: severity_no

author: jewok

quality: medium

participants

Location

Licence

description

Après quelques jours désastreux niveau météo (beaucoup de pluie de et nuages les jours précédents), nous profitons d'une matinée de beau temps pour monter au passage de Rosoire. Si la montée au col de Labby se fait dans les temps, nous perdons pas mal de temps ensuite, notamment sur le glacier a cause des conditions de neige. Constatant que nous ne tenons pas l'horaire, et face à la météo qui tourne de plus en plus, nous préférons ne pas nous engager dans la voie proprement dite, et préférons nous replier.

Il existait un rappel installé au pied de la première longueur, un grosse corde fixe autour d'un énorme becquet, et un maillon rapide. Nous checkons l'état de la corde et du maillon, tout semble impec. Mathieu descend le premier et prends pied sur le glacier. Plusieurs pierres se font la malle pendant sa descente. Je m'élance à mon tour, avec prudence de peur que d'autres pierres ne me suivent. J'ai le temps de descendre de quelques mètres lorsque l'accident se produit.

Dans un bruit de tonnerre, le becquet se détache de la paroi. Il s'agissait en fait d'un énorme rocher sur l'arrête, pris dans la neige. Je chute jusqu'au glacier où j’atterris sur le dos. J'ai probablement du faire une chute d'une 15aine de mètres. Heureusement la neige molle a amorti la réception. Par miracle, le rocher ne nous ai pas tombé dessus (pour rejoindre le glacier à son point le plus près, nous descendions le long d'un dièdre qui n'était pas pile poil à la vertical du point de rappel. Par contre, en tombant sur le glacier, il déclenche une coulée de neige, d'approximativement 10m de large. Nous sommes emportés par celle-ci. De plus, étant toujours encordés, et le rappel toujours accroché au rocher, celui-ci nous traine dans la neige jusqu'à ce que la corde fixe se rompe. Nous réussissons à nous maintenir à la surface de la coulée. Arrivée dans des pentes moins raide, celle-ci se stoppe d'elle même.

Nous avons pu nous replier par nos propres moyens. Plus de peur que de mal, nous avons eu énormément de chance. Nous nous en tirons avec une corde foutue, une petite entorse à la cheville et un joli mal de dos.

En repassant le col de Labby, nous avons été témoins d'une importante coulée, en face Est du dôme sud du Genepy. Là aussi, une partie des rochers de l'arrête se sont décrochés et ont emportés avec eux une grosse masse de neige jusqu'au glacier en contrebas.

Tentative d'analyse de l'accident:

Je pense que les conditions des jours précédents l'accident ( beaucoup de pluie, température fraîche mais pas négatives) ont fragilisé la roche sur les arrêtes. Le rappel nous a paru sain, une rapide inspection de celui-ci n'a pas soulevé le moindre doute. Peut être que nous aurions du nous méfier lorsque les premières pierres sont tombé. Mais j'ai interprété ça comme étant normal pour un rappel en terrain non purgé. Je ne comprends pas malgrès tout comment mon poid (avec le sac environs 70kg) a pu faire partir ce rocher qui dois lui bien faire dans les plusieurs tonnes, et qui ne bougeait pas du tout tout le temps où j'étais à coté de lui. Peut être que les pierres en tombant ont fragilisé son assise, pendant que la corde fixe qui l'enserrais a pu "scier" la base. En tout cas, la coulée dont nous avons étés témoins à peine 30mn plus tard du coté du dôme du Genepy me fait penser que c'est toute cette crête rocheuse entre le glacier de la Manure et le glacier du Genepy qui est fragilisé, soyez prudents.

place

Lors de l'approche de l'arrête du soleil, au niveau de l'attaque. Une réchappe (corde fixe sur becquet) permettait de tirer un rappel vers le glacier de la Mahure.

conditions study

La sortie se déroule à la fin au cours d'un mois du juillet très pluvieux. Nous étions montés pour 5 jours au refuge de la Dent Parrachée pour y faire des courses en étoile. Après 3 jours plus ou moins cloîtré au refuge à cause de la pluie, le temps se dégage enfin le matin de la course. Mais arrivé à l'attaque, des nuages menaçant se forment puis descendent vers nous. Ce qui nous a incité à renoncer à la course et nous lancer dans cette fameuse réchappe ... Dans l'après midi, retour de la pluie.

risk

A mon sens bonne réévaluation des risques, puisque c'est justement à cause de ces observations que nous décidons du repli. Je crois sincèrement qu'il étaient difficile d'anticiper un tel événement. Nous étions méfiant vis à vis de la neige fraîche, et des risques que la météo tourne mal. Mais pas spécialement inquiet (conscient?) des effets possibles d'autant de pluie dans les semaines précédent la course.

reduce_impact

Plusieurs événements ont permis d'éviter une issue dramatique à cet accident:

  • le rappels longeait un petit dièdre un peu en diagonale. Nous ne descendions donc pas à la vertical du relais, ce qui nous a sans doute évité de se prendre le bloc.
  • le manteau neigeux était frais et épais. ça a permis l'avalanche, mais ça a aussi amortis ma chute.
  • le relais était constitué d'une corde fixe. Celle ci a rompu dans l'avalanche, ce qui m'a libéré.
  • Et bien sur, l'accident a eu lieu alors que le dernier étaient dans le rappel. Si le bloc était parti alors que j'étais encore longé dessus, il est probable que les conséquences auraient été dramatiques, étant accroché au bloc.

other_comments

Une entorse à la cheville et une vertèbre déplacée pour moi, mon compagnon n'a rien eu.

Associated routes

Associated articles

Associated outings

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca