Mont Charvet : Face W - depuis les Troncs - avalanche
{{ '1998-03-15' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Information

activities
event_type: avalanche

elevation: 2200

nb_participants: 2

nb_impacted: 1

rescue: yes

avalanche_level: level_3

avalanche_slope: slope_35_40

severity: 4d_to_1m

author: Herve Sergeraert

quality: medium

participants

Location

Licence

description

Départ des Troncs vers 8h.
Montée sans problème dans la combe entre Chombas et Mont Charvet, 40cm de poudre légère saine. Je trace environ 15' devant mon collègue
Je bifurque pour aller chercher la pente NW vers 2100 - 2200m.
Au moment du changement d'orientation la neige change radicalement de consistance. Je décide de m'arrêter, je dépeaute.

Mon collègue arrive 15' après. Pause repas.
Il me convainc de repartir. Je cède.

Je pars en traçant de nouveau, lui 50m derrière moi.
Je fais 150m à l'horizontal, je sonde 5 fois. A la 5ème fois je sonde la plaque qui de détache au moment de la conversion.

La glissade dans l'avalanche a été longue, 1km environ, 400m de dénivelé.
J'ai sauté plusieurs dizaines de mètres de barre rocheuse (le bas du versant NW du Charvet).

place

Tracé du Charvet W, localisation de la plaque
Tracé du Charvet W, localisation de la plaque

Montée au Charvet par la combe entre Chombas et Mont Charvet.
A environ 2100m on vire N pour passer entre les barres rocheuses et prendre pied sur le versant NW du Mont Charvet.
On se trouve alors sous une rupture de pente. Pente aux alentours de 35° sous une pente plus raide (40° ?)

route_study

J'ai suivi l'itinéraire comme je l'avais imaginé au départ de la voiture.
Je n'avais pas choisi l'itinéraire, par conséquent pas préparé. J'ai découvert l'itinéraire choisi le matin même

conditions study

Il a neigé abondamment moins de 48h avant l'accident avec du vent.
Au départ 40cm de belle poudreuse non soufflée.
J'ai été vigilant sur tout l'itinéraire au point de m'arrêter 150m avant la plaque.
BRA à 4 la veille, à 3 le jour même (de mémoire)

training

J'ai largement le niveau pour la course.
Je suis très fatigué en fin de semaine suite à un séminaire professionnel éprouvant. J'ai délégué entièrement l'organisation de la course à un ami inexpérimenté, trop fatigué pour prendre le temps de préparer une sortie en adéquation.
Le jour en question je me sens bien.

motivations

Je n'ai pas choisi cette sortie.
J'ai été étonné du choix par mon ami mais n'ai pas su remettre en cause son choix, il débutait, il était fier que je lui ai laissé préparer la sortie.
J'ai uniquement émis une "surprise" au départ, et un doute sur le fait que nous pourrions aller en haut du fait des conditions.

group_management

Aucune communication durant toute la montée, je trace avec 10 à 15' d'avance, je suis heureux.
Quand mon collègue me rejoint, j'ai dépeauté. Il est surpris voire agacé par ma décision la jugeant prématurée, un peu comme un "abandon".
Il me convainc que les conditions de ski vont être excellentes, et qu'on s'arrètera si "ça craint".
Je suis resté sur un sentiment de danger, je n'ai pas su passer du sentiment au factuel (il a neigé depuis moins de 48h, il y avait du vent, la consistence de la neige a changé, il y a une rupture de pente devant nous), probablement à cause d'un manque d'assurance et certainement à cause de la fatigue de la semaine.

risk

J'étais très vigilant.
Entre le moment où j'ai perçu le danger et l'accident, j'ai parcouru 150m à l'horizontal et ai sondé 5 fois la neige.
A la 5ème fois, j'ai clairement sondé la plaque et me suis dit "tire toi vite". En faisant la conversion tout est parti.
J'ai vu le danger mais n'ai pas su renoncer à temps.

time_management

Temps magnifique, grand ciel bleu, pas de vent, froid mais raisonnable (-5°C ?)
Cela fait suite à des chutes de neige.
Conditions idéales... pour se faire piéger.

On est parti à 8h. Rythme en adéquation avec la course, le dénivelé.

safety

La neige a été sondée régulièrement. Sur les 150m j'ai sondé 5 fois bâton retourné.
Nous avions nos DVA et pelle, pas de sonde.

increase_impact

J'avais mes lanières de ski aux pieds, j'ai été ensevelli en 3 ou 4 secondes. Peut-être aurais-je pu passer par dessus la vague en nageant, pas sûr.
Là aucune chance, je fus entraîné la tête en bas.
Les lanières m'ont occasionné entorses aux genoux et chevilles.

L'itinéraire surmontait une barre rocheuse que je n'ai pu évider. Fracture ouverte suite au choc.

Pas de casque, traumatisme cranien du fait de la chute.

reduce_impact

La glissade dans l'avalanche a été longue, 1km environ, 400m de dénivelé.
J'ai sauté plusieurs dizaines de mètres de barre rocheuse (le bas du versant NW du Charvet).
J'était dans l'avalanche donc protégé durant le saut.

modifications

J'ai mis un an à retrouver une condition physique.
J'ai repris la rééducation en SAE au bout de 6 semaines dès que la fracture me le permettait.
Je refais du ski de rando.
Je sais abandonner.
Mon mental à depuis radicalement changé, j'étais toujours très sûr de moi avant.

other_comments

Dépression post traumatique

Associated routes

Associated articles

Associated outings

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca