Pointe de la Torche

Pointe de la Torche

5 m

Application mobile

View off-line all information from this waypoint on the Camptocamp mobile application.

Associated waypoints

Map

  • IGN - 0519OT - Pont-l'Abbé - Pointe de Penmarc'h

Licence

General

elevation: 5 m

waypoint_type: climbing_outdoor

rock_types: granit
climbing_outdoor_types: bloc

rain_proof: exposed

Download waypoint as

quality: medium

heights

elevation: 5 m

height_max: 10 m

description

Un rocher unique d'une dizaine de mètres, coloré, aux formes insolites, dans une ambiance marine prenante. Le rocher n'est pas équipé mais solide.

Cote terre: un accès en escalade facile jusqu'à l'échancrure puis au sommet.
Cote mer: plusieurs voies plus difficiles et exposées, le grimpeur pouvant être assuré depuis le haut.

Un peu de grimpette possible un peu partout sur les rochers de la pointe, en particulier près du saut du Moine (faille proche du rocher).

Attention/Diwall: même par temps calme, on peut être surpris par une vague plus forte que les autres.

Descente des voies

par le versant facile, en désescalade

Remarques

Qu'on se le dise tout de suite, on ne vient pas a la Pointe de la Torche pour grimper, on grimpe en venant a la Pointe de la Torche.

Qu'est ce que la Pointe de la Torche?

Son nom tout d'abord, "Beg an Dorchenn", parce qu'ici les noms sont bretons bien sur. D'après G. Le Scouezec ("Bretagne mystérieuse"), Dorchenn désigne la butte sur laquelle on trouve un dolmen, sous laquelle un blockhaus. Ce serait donc la Pointe de la Butte, un nom pas très inspiré pour un tel lieu. D'après une bigouden de confiance, "Dorchenn" ne désignerait pas la butte mais viendrait du verbe "torchan" (avec un ~ au dessus du n, nasalisation oblige…) qui signifie essuyer. Et là tout fait sens, les vagues, la mer qui viennent essuyer inlassablement la pointe rouge, et sur lesquelles se dressent les nombreux surfeurs.

Le pays Bigouden est un endroit étrange peuplé de gens bizarres. À moins que ce ne soit le contraire. Ici, un homme vouvoie sa femme, sa fille et sa jument quand il tutoie son médecin et le curé, sans que l'on puisse préjuger des relations exactes qui unissent ces personnes. Parmi les rares bigoudens célèbres, mentionnons Per Jakez Helias et Jérôme Kerviel. Le premier a légué à la postérité une œuvre littéraire magnifique, aussi bien en breton qu'en français; le second nous léguera une technique ultraperformante de perçage de trous en tous genres, directement inspirée de l'activisme des lapins des dunes et polders locaux.

Le rocher de la Torche fait aussi une apparition remarquée dans le tome 2 des "Compagnons du crépuscule" de François Bourgeon (encore un François…): "Les yeux d'étain de la ville glauque". Mariotte échappe chanceusement à la vindicte des gens du cru et s'enfuit en direction du rocher qu'elle escalade. La haut, protégée, elle assiste au déferlement d'une vague plus haute que les autres qui emporte la meute, hommes et chiens, lancée à sa poursuite. Au même endroit, au même instant, mais des siècles plus tôt au moment de l'invasion romaine, un druide juché sur le rocher enseigne son disciple:

                                         Le Druide

         Tout beau, bel enfant du Druide; réponds-moi; tout beau, que veux-tu que je chante ?

                                         L'enfant

           Chante-moi la série du nombre un, jusqu'à ce que je l'apprenne aujourd'hui.

                                         Le Druide

Pas de série pour le nombre un : la Nécessité unique, le Trépas, père de la Douleur; rien avant, rien de plus.
Tout beau, bel enfant du Druide; réponds-moi; que veux-tu que je chante ?

                                         L'enfant
           Chante-moi la série du nombre deux, jusqu'à ce que je l'apprenne aujourd'hui.

                                         Le Druide

Deux bœufs attelés à une coque; ils tirent, ils vont expirer; voyez la merveille !
Pas de série pour le nombre un : la Nécessité unique, le Trépas, père de la Douleur; rien avant, rien de plus.
Tout beau, bel enfant du Druide; que te chanterais-je ?

etc…

C'est le chant des Séries -Ar Rannou- une douzaine poétique mêlant l'histoire de Bretagne à sa mythologie cosmogonique,
le chant ouvrant le Barzaz Breiz, et qui est récité au fur et à mesure que se déroule les histoires de Mariotte, Yuna, du chevalier et du druide.

Déboucher à l'échancrure du rocher et découvrir ainsi le large, c'est donc beaucoup plus qu'une grimpette de vacances!
Pour en savoir un peu plus:
Ar Rannou (brezhoneg) le texte en breton
Ar Rannou (Galleg) la traduction française
et puis la version chantée par Denez Prigent au festival des Vieilles Charrues 1999
partie 1 & partie 2.

La pointe de la Torche, c'est comme dans Ar Rannou, des époques qui se mêlent et se répondent: le blockhaus surmonté d'un dolmen néolithique, alors que sur le flanc nord, on trouvera les poubelles de cuisine de populations plus anciennes encore: coquilles d'huîtres et de palourdes amoncelées, vieilles de 7000ans (seih mil, seih kant, seih ha seih ugent?).

Un dernier détail: la Torche abrite une colonie de Guêpier d'Europe.

Bibliographie et webographie

Gwennc'hlan Le Scouezec, "Guide de la Bretagne mystérieuse", eds Tchou

François Bourgeon, "Les compagnons du crépuscule" Tome 2 "Les yeux d'étain de la ville glauque" Eds Casterman

pedestrian access

Suivre le sentier indique depuis le parking, contourner le blockhaus et voir…

Associated waypoint_children

Associated routes

Associated articles

Associated books

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • es
  • de
  • ca
  • eu
  • en
  • it