Vignemale - Pique Longue : Face N classique

Vignemale - Pique Longue : Face N classique

{{detailsCtrl.documentService.document.associations.images[0].locales[0].title}}

Application mobile

View off-line all information from this route on the Camptocamp mobile application.

Associated waypoints

View in other lang de - en - es - it

Map

  • IGN - 1647OT - Vignemale - Ossau - Arrens - Cauterets - Parc National des Pyrénées

Licence

General

route_types: loop_hut
activities:
durations: 2 day(s)
rock_types: calcaire
configuration: face

quality: medium

Rating

D+  
5b
    IV    P2 

heights

elevation min/max : 2150 m / 3298 m

height_diff_up: 1150 m

height_diff_difficulties: 800 m

difficulties_height: 2500 m

gear

glacier_gear: glacier_crampons

Access

height_diff_access: 350 m

orientations

E W S N

route_history

  • Ouverture : 8 août 1933 - Henri Barrio, Robert Bellocq. Aucun piton ne fut utilisé.
  • 1re intégrale (sortie directe) : 30 juillet 1967 - François Gohier, Jean et Pierre Ravier.
  • 1re hivernale : 27 février 1949 - Bernard Clos, Marcel Jolly.
  • 1re solitaire hivernal : 6 mars 1976 - Frédéric Ribeyrol.

description

La course reine des Pyrénées dans ce niveau de difficulté. Incontournable !

Approche 1h30 du refuge

Depuis le refuge des Oulettes, rejoindre le glacier des Oulettes que l’on remonte par la droite jusqu’au niveau d’un filon vert caractéristique situé en contrebas de la rimaye du couloir de Gaube.

Face N 5-6h pour la sortie originale, 6-7h pour la sortie directe

Attaque

L'attaque classique emprunte le filon d'ophite (vert) qui raye la face (1 spit marque l'attaque sous le niveau du névé - un autre 5 à 6 m plus haut) :
Remonter le filon puis, après un premier relais, obliquer à droite vers une courte cheminée. En sortir à droite à l’aide d’une nervure aux prises déversées et la suivre jusqu’à une bonne plate-forme. Ensemble de V, 1 à 2 longueurs selon la hauteur du glacier.

Attaque par les vires

Si l'attaque classique s’avère impraticable à cause de la rimaye, emprunter 100 m en contrebas un système de vires déversées à droite qui permet d’atteindre un dièdre raide ramenant à gauche vers la plate-forme précitée (V, 2 longueurs, plusieurs attaques possibles).

Autre attaque

25 m à droite de l'attaque classique : monter 15 m en III (1 piton), puis traverser 25 m vers la gauche sur un filon vert (5a mal protégeable), et rejoindre la voie facile.

Voie

Depuis la plate-forme, traverser légèrement en ascendance à gauche (IV-) pour rejoindre le filon d’ophite que l’on suit sur à peu près 100 m (III+).

De là, 2 itinéraires semblent possibles pour atteindre l'arête intermédiaire :

  • itinéraire classique : Lorsque le filon semble se perdre légèrement (il reprend de la consistance à peine plus haut) remarquer sur la gauche une vire ascendante que l'on emprunte, la vire se situe juste avant le premier gendarme.
    Cette vire prend fin au niveau d'un court ressaut (III+) que l'on franchit pour atteindre une cuvette moins raide que l'on remonte en direction d'un filon vert (en fait 2 filons parallèles). Gravir le flanc de l'arête intermédiaire le long de ce filon pour prendre pied sur son fil (III).

  • variante : Atteindre le pied du gendarme jaune en remontant la face en ascendance à gauche pour arriver directement au pied du gendarme que l'on contourne alors par la gauche pour retrouver l'itinéraire classique au niveau de la cuvette moins raide.
    On arrive alors également sur le fil de l'arête intermédiaire via les filons parallèles d'ophite.
    Prendre garde cependant à ne pas remonter trop haut en direction de la cheminée des autrichiens (à droite de l'arête intermédiaire) car la traversée vers l'arête intermédiaire devient alors plus délicate.

Suivre alors le fil de l’arête jusqu’à la base d’un gendarme vertical. De là, 2 possibilités :

  • itinéraire classique : Descendre à gauche de 3 m afin de remonter une cheminée en rocher avec lichen ocre qui borde l’arête (IV–).
  • variante : Suivre la fissure droit dans le gendarme (6a ou A0, 1 piton).

Pour franchir le troisième et dernier ressaut de l'arête intermédiaire, 2 possibilités :

  • itinéraire classique : D'abord tout droit, puis par le système de fissures de droite : 2 courts surplombs (IV+, pitons) amènent à une bonne terrasse pourvue d’une lame détachée.
  • variante : Du pied du ressaut, emprunter le système fissuré de gauche (V+), faire relais puis franchir un surplomb (3 pitons 6b ou A0) et rejoindre la terrasse.

Du relais sur la lame détachée, partir 2 m à gauche puis tout droit.
Continuer plus facilement sur le fil de l'arête intermédiaire dont l’inclinaison diminue (IV- puis III). Elle se termine dans un petit dièdre que l’on franchit par son pan de très franc et beau (IV).

Du sommet de l’arête intermédiaire, traverser franchement à gauche au niveau puis légèrement au-dessus d'un filon ocre horizontal (facile mais exposé) vers la base d’un éperon bien marqué dans les schistes rouges de la partie sommitale (III+). 2 pitons en fin de traversée.

Sortie

Sortie originale

Monter tout droit le long de cet éperon. On arrive sous un mur un peu plus raide d’une trentaine de mètres qu’il faut gravir au mieux (IV, d'abord tout droit, puis en légère ascendance à droite) afin d’atteindre la vire diagonale à droite qui mène à l’arête de Gaube (IV, 2 mauvais pitons + R sur 2 pitons).

Le fronton terminal de celle-ci se gravit d'abord par des fissures et dièdres légèrement sur la gauche jusque sous un mur raide sous un surplomb (environ 30 à 40 m).

La dernière section du fronton peut se gravir de 4 façons :

  • Itinéraire classique : Traverser ensuite à droite (30 à 40 m) la vire qui permet de déboucher dans des couloirs plus faciles qui mènent au sommet (III+, pas de IV).
  • Variantes : Contourner le toit par un dièdre sur sa droite. On remonte au mieux jusqu'à trouver un relai au début d'une seconde vire (2 pitons dont un peint en vert difficile à voir). Puis 3 possibilités :
    1. Remarquer légèrement à gauche une large cheminée assez esthétique précédée d'une dalle assez franche (V, un coinceur à la base de la cheminée).
    2. Remarquer 15 ou 20 m sur la droite un petit surplomb défendu par une dalle que l'on gravit (Vb un piton).
    3. Traverser à droite la vire jusqu'à tomber sur les couloirs faciles orientés à l'W qui mènent au sommet.

Les variantes aboutissent proche du sommet.

Sortie directe

Cette variante est d'un ton nettement au-dessus de la sortie classique.
De la base de l’éperon de schistes rouges, virer franchement à gauche puis poursuivre au mieux en direction de la cheminée évidente issue du sommet (III+). La remonter sur 3 longueurs entrecoupées de petits bombements (IV+ et V). Traverser à droite sur 6 m au niveau d’un surplomb (V) afin de gagner un couloir profond qui prolonge la cheminée jusqu’au sommet.

Descente 1h30 jusqu'à Bayssellance, 2h30 jusqu'aux Oulettes

Du sommet, rejoindre en contrebas le glacier d’Ossoue par un vague sentier escarpé. Suivre le glacier au SE en effectuant un crochet rive droite pour éviter les crevasses. Sous celui-ci, revenir à gauche vers les contreforts S du Petit Vignemale où l’on atteint la moraine principale.
Ici, 2 possibilités :

  • Suivre la moraine jusqu’à Bayssellance, d’où l’on remonte à la Hourquette d’Ossoue pour basculer versant Oulettes.
  • S’élever à gauche dans du terrain à isard de manière à franchir directement la crête du Petit Vignemale au niveau du point coté 2731 m. On débouche ainsi à la hauteur de la Hourquette d’Ossoue. Cette solution permet de gagner 30min.

remarks

  • C'est une face N très ensoleillée. L'itinéraire reste toutefois engagé et à faire par temps sûr.
  • Prévoir suffisamment d'eau...
  • Le Vignemale est constitué de calcaires et de schistes fracturés où les écailles sont nombreuses. Le rocher est généralement sain dans les voies classiques mais nécessite toujours une certaine vigilance. L’équipement n’est jamais abondant. Le pitonnage est parfois difficile, les lames souples sont très utiles. Piolet et crampons sont utiles pour toutes les approches.

Sensitive areas
There are sensitive areas on this route. Please refer to the map.

gear

  • 1 jeu de coinceurs et de friends
  • Pitons (2 lames extra plat)

external_resources


  • Récit de l'ouverture et tracé - Henri Barrio, Robert Bellocq - La Montagne - CAF - juin 1934

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • eu
  • ca