Pointe Jean Santé : La SE classique

Pointe Jean Santé : La SE classique

{{detailsCtrl.documentService.document.associations.images[0].locales[0].title}}

Application mobile

View off-line all information from this route on the Camptocamp mobile application.

Associated waypoints

View in other lang en - de - es - it

Map

  • IGN - 1647OT - Vignemale - Ossau - Arrens - Cauterets - Parc National des Pyrénées
  • IGN - 1547OT - Ossau - Vallée d'Aspe - Parc National des Pyrénées

Licence

General

route_types: loop
activities:
durations: 2 day(s)
configuration: face

quality: fine

Rating

TD  
5c > 5c

    II    P3 

heights

elevation min/max : 2032 m / 2480 m

height_diff: +450 m / -450 m

height_diff_difficulties: 430 m

difficulties_height: 2050 m

orientations

E W S N

route_history

Ouverture : 7 et 8 mai 1953 - André Armengaud, Jean Ravier.

3e ascension : 30 août 1953 - Marcel Bernos, M. Cazenave, Louis Franchéo, Marcel Jolly.

description

Cet itinéraire est l’une des plus belles escalades de la chaîne pyrénéenne.

Approche 30 min

Le refuge de Pombie est bâti au pied du versant S et constitue le meilleur point de départ pour les escalades du massif.
Depuis le refuge, suivre le sentier du col de Suzon et remonter la Grande Raillère jusqu'au pied de la voie.

Voie 4 à 6 h

L’attaque est située une vingtaine de m. à gauche de la verticale abaissée du système de cheminées de la voie Jolly et légèrement à droite du surplomb en forme de "A", 50 m plus haut, où passe la voie "Eliminator", dans un dièdre au fond herbeux ouvert vers le S et incliné vers la droite.

L1 IV+ 40 m Gravir ce dièdre barré par un petit genévrier (IV) qui mène à une terrasse. Descendre la dalle inclinée qui fait suite vers l’E, et après un enjambement délicat (IV+), remonter un système fissuré dans la même direction (III+). Relai à monter dans des blocs.
L2 IV+ 45 m Remonter en diagonale à droite en direction d'une dépression (IV), la traverser horizontalement pour contourner un éperon sous un surplomb (pas de IV+) et faire relai 5 m plus loin sur une terrasse. 2 spits et 1 p. (relai de "Passagers clandestins"). Attention à bien gérer le tirage.
L3 IV 50 m Traverser le vaste cirque au plus facile en empruntant les vires herbeuses plus ou moins horizontalement (II/III), pour aller chercher une fissure dans des dalles grises (arbuste au milieu, IV). Relai à monter derrière une grande écaille décollée, dans des blocs.
L4 V+ 40 m Franchir la "dalle en VI" (le passage-clef des années "en grosses", 1p.) et remonter les "escaliers gris", IV+, un pas de V. Relai en place au pied d'un dièdre vertical.
L5 V+ 35 m Franchir le superbe dièdre qui domine (V+, 2 p. dans l'ancien passage d'A1, puis dülfer sur friends), prendre pied sur la terrasse à gauche (relai possible) et poursuivre par une belle fissure (V) dans le pan gauche du dièdre (plusieurs p.). Relai (1p. à compléter) au milieu du dièdre qui fait suite (IV) sur une petite terrasse. Il est possible d'éviter le passage en dülfer en suivant le parcours originel de la voie : après les deux pitons de départ, passer par des marches d'abord à droite, puis tout droit (1 p.) pour revenir à gauche à la terrasse intermédiaire du dièdre. Ensemble de IV+/V-.
L6 IV 25 m Finir le dièdre et accéder à une très vaste terrasse où le relai suivant (commun avec la face E. directe) se trouve tout en haut à droite (3 p.). S'enchaîne parfaitement avec la longueur précédente, avec une corde de 60 m. Avec une 50 m, il faudra choisir de faire relai sur la terrasse après le V+ de L5 ou comme il est décrit ci-dessus..
L7 V 45 m Éviter la cheminée qui domine le relai par la droite (IV) et poursuivre par le système évident de fissures et dièdres. Relai sur une marche au-dessus d'un dièdre (pas de V) où se trouve un coin de bois avec une sangle blanche.
L8 IV+ 45 m Remonter les fissures à droite (plusieurs p., ensemble de IV avec quelques pas isolés plus durs), puis un dièdre vertical (IV+) qu'il faut quitter par une traversée horizontale dans son pan gauche (III+) sur une vire qui donne accès à un système de terrasses inclinées où on trouve le relai au bout à gauche (2 p.). Le haut du dièdre se transforme en une fissure large en 6b et mène à une impasse.
L9 IV+ 25 m Monter tout droit (IV) sur quelques m. puis obliquer à gauche en direction d'une étroiture formée par un bloc coincé, la franchir (pas de V, passage de "la châtière" ou "pas du châtré", un p. avec anneau en sortie) et faire relai (2 p.) sur la terrasse. On est alors juste en dessous et à gauche d'un toit rectangulaire sous lequel une traînée de lichen fait une tâche jaune. Ce motif remarquable sert de repère pour la fameuse traversée suivante.
L10 V 40 m Remonter le dièdre fermé (V-) jusqu'au-dessus du toit de droite et emprunter une vire horizontale qui file à droite (IV, 2 p.) et franchir l'angle de l'éperon (V) pour prendre pied dans le couloir de sortie. Relai possible dès la fin de la traversée, mais en le faisant 10 m. plus haut dans des blocs, le couloir de sortie pourra se franchir en deux longueurs seulement.
L11 V 45 m Continuer tout droit dans la cheminée (IV, un pas de V à son étranglement, puis IV) pour faire relai dans des blocs au pied d'une nouvelle étroiture de la cheminée.
L12 IV 45 m Franchir la cheminée (IV) puis remonter son arête de gauche jusqu'au sommet de l'aiguillette Jolly (IV-). Relai à monter (fissures, friends) au sommet même.
L13 V 25 m Remonter le mur vertical qui fait suite en commençant par "l'enjambement" (V), qui donne accès à une vire à gauche (facile) qu'il faut suivre pour trouver le dernier relai, qui est aussi le premier rappel de la descente (25 m).
L13bis IV+ Du sommet de l'aiguillette Jolly, il est possible de rappeler ou de désescalader à gauche. Puis soit remonter un dièdre en IV+ à gauche de l'enjambement, soit accéder par une traversée horizontale à gauche (exposée) au Cirque du Pentagone, à l'endroit où aboutit le rappel de l'enjambement. Ces variantes sont moins rapides, moins simples et surtout moins jolies que l'enjambement.

La voie n'aboutit pas à un sommet proprement dit, puisqu'elle s'achève dans le "Cirque du Pentagone", du nom de l'aiguille caractéristique, de couleur noire et blanche et en forme de mitre d'évêque, visible une centaine de m. plus haut sur la crête qui relie l'aiguillette Jolly à la pointe Jean Santé, via le "second sommet".

Descentes 1 h 30 à 2 h

De R13, descendre dans le Cirque du Pentagone par un rappel de 25 m.
Puis 3 possibilités :

À pied par la "voie des vires"

Depuis 2011, à l'initiative des guides locaux, ce cheminement a été considérablement amélioré par la pose de pitons et de sangles pour baliser l'itinéraire. Il est décrit sur la photo.
C'est la solution communément suivie. Si elle ne présente pas de grandes difficultés, elle est néanmoins aérienne et engagée, et elle nécessitera de la part de la corde une vigilance de tous les instants.

Nouvel éboulement en juin 2017 : la voie des vires a du coup été un peu rééquipée et passe au même endroit. Par contre, la jonction entre les Vires et les Virettes (au niveau de la voie Mailly) a été déséquipée pour des questions de sécurité. Cf. site de Rémi Thivel (actu du mois de juin 2017)

Par les rappels du "cirque gris" et de la "voie des Surplombs"

Un système de rappels emprunte ces 2 itinéraires. Sans renseignement actuel sur leur état, cette descente n'est pas décrite. Se renseigner au refuge.

Par le couloir Pombie-Peyreget

Il faut d'abord remonter à la brèche entre la Pointe Jean Santé et la Pointe d'Aragon :
Du rappel de 25 m, monter au Pentagone par des pentes herbeuses faciles (2 longueurs de corde avec passages de III). Puis 2 possibilités selon que l'on souhaite ou non passer à la pointe Jean Santé :

  • Le contourner par l'W en franchissant un mur en IV qui donne accès à une vire de blocs puis d'herbe où un cheminement pédestre (toujours au plus facile) amène au sommet de la pointe Jean Santé (2 longueurs de corde également). Cet itinéraire est la fin de la "voie de vires", première voie ouverte à la pointe Jean Santé. Un cheminement cairné (II) descend du sommet à la brèche Santé/Aragon.
  • Le contourner par l'E et suivre une bonne vire versant N. qui file à la brèche Santé/Aragon. La vire est facile sauf au niveau d'une interruption.

De cette brèche, ne pas descendre dans le large couloir évident à l'W, mais accéder à un autre couloir à la droite orographique en franchissant une petite crête déchiquetée, 15 m à l'W de la brèche. Y descendre à pied pour trouver rapidement le début des rappels du couloir Pombie-Peyreget. 4 ou 5 rappels selon les relais choisis. Le 1er est court (20 m), les suivants entre 50 et 35 m. Ils sont toujours décalés de l'axe du couloir, extrêmement propice aux chutes de pierres (très grande vigilance à avoir si des cordées suivent ou précèdent) et se trouvent facilement. Du dernier rappel, une évidente descente pédestre conduit à la Grande Raillère.

remarks

  • Peu de pitons dans la voie. Les relais sont équipés. Avec une corde de 60 m, on peut souvent rallonger des longueurs et faire ses relais ici ou là.

  • La SE, comme son nom l'indique voit le soleil dès le matin.
    L'itinéraire se déroule sur 500 m de développé et reste soutenu dans le V.

  • Si l'ascension est très facilement réalisable dans la journée en aller-retour, il est bon de rester quelques jours pour grimper à l'Ossau. La beauté du rocher, le contraste entre les versants N et S de la montagne et la qualité des itinéraires que l'on peut y rencontrer en sont les principales raisons.

Sensitive areas
There are sensitive areas on this route. Please refer to the map.

gear

  • jeu de coinceurs
  • jeu de friends complet, les très petits sont utiles (doubler les tailles moyennes si l'on prévoit de longues longueurs)

external_resources

Pour l'option de descente par le couloir de Pombie-Peyreget : flojac-pyrenees.blogspot.si/2009/08/

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • ca
  • eu