Barre des Écrins : Traversée des Écrins par le versant S de la Barre

Barre des Écrins : Traversée des Écrins par le versant S de la Barre

{{detailsCtrl.documentService.document.associations.images[0].locales[0].title}}

Application mobile

View off-line all information from this route on the Camptocamp mobile application.

Associated waypoints

View in other lang de - it

Map

  • IGN - 3436ET - Meije - Pelvoux - Parc national des Écrins

Licence

General

route_types: traverse
activities:
durations: 2 day(s)
rock_types: gneiss, migmatite
configuration: face

quality: fine

Location

Rating

AD  
4b
    IV    P3 

heights

elevation min/max : 2410 m / 4102 m

height_diff: +1690 m / -2400 m

height_diff_difficulties: 620 m

difficulties_height: 3500 m

slope: 45°

gear

glacier_gear: glacier_safety_gear

Access

height_diff_access: 1100 m

orientations

E W S N

route_history

  • Première ascension de la face S (avec retour par le même itinéraire) : 2 septembre 1880 - Henry Duhamel, Pierre Gaspard père et fils.
  • Première traversée (avec retour par le Col des Écrins) : 11 juillet 1881 - Christian Almer père et fils, William Augustus Brevoort Coolidge.
  • Première traversée hivernale (en portant les skis sur le sac) : 16 janvier 1928 - Casimir Rodier, Henri et Pierre Turc.

description

Les Écrins constituent la plus haute montagne du Dauphiné et la seule qui dépasse l'altitude de 4000 m. La crête sommitale comprend trois sommets : la Barre des Écrins (4102 m), le Pic Lory (4088 m) qui n'est qu'une antécime mais un nœud orographique important, et le Dôme de Neige des Écrins (4015 m).
La Traversée des Écrins par le versant S de la Barre est un itinéraire classique de belle envergure en terrain haute montagne. Des câbles en mauvais état équipent une remontée de dalle raide.

Approche 3 h

Du refuge Temple-Écrins, suivre le sentier du Col de la Temple, et le quitter avant qu’il ne traverse plein S (vers 2480 m), pour remonter le sentier rive gauche du vallon de la Pilatte. On rejoint la branche S du glacier du Vallon de la Pilatte, pour longer les contreforts du Pic Coolidge jusqu’à un replat (environ 3300 m). On remonte alors plein N pour contourner le Fifre par la gauche (W), et traverser à droite pour gagner le Col des Avalanches (3499 m).
Attaquer la face S des Écrins en haut du cône de neige qui s’élève le plus haut (le deuxième en partant de la droite depuis le Col des Avalanches).

Barre des Écrins - Face S
Barre des Écrins - Face S
Tracé itinéraire
Tracé itinéraire

Voie 4 h

Ligne générale

L'escalade démarre juste à gauche du Col des Avalanches que l'on atteint par un parcours glaciaire facile depuis le refuge Temple Écrins. L'itinéraire remonte une paroi rocheuse raide et complexe jusqu'au glacier suspendu nommé "Glacier des Écrins". De là, on monte en oblique à droite jusqu'au sommet, via un dernier ressaut rocheux.
Il existe au moins une variante importante dans la partie inférieure qui évite les câbles sans pour autant dépasser le 4b.

Partie inférieure

Un couloir en Y part du deuxième cône neigeux. On en remonte le fond sur une vingtaine de mètres (on peut aussi remonter une vague fissure de la droite vers la gauche pour prendre pied dans le couloir), puis une dalle (III) à droite permet de rejoindre la branche de droite que l’on suit jusqu'à une terrasse caillouteuse. Continuer en oblique à droite avant de remonter un couloir qui amène à une veine de quartz blanc (terrasse caillouteuse en rocher plus clair). De là, ne pas traverser trop à droite pour rejoindre un beau dièdre facile, mais monter légèrement vers la droite sans dépasser ce filon de quartz jusqu'à une petite arête d’où l’on voit les câbles (cf. 2e photo). Traverser le couloir qui fait suite pour atteindre les câbles et remonter les dalles équipées (III/IV en libre). Continuer par des dalles (III) jusqu’à une arête rocheuse qui domine rive droite un couloir encaissé (couloir Champeaux). Remonter l’éperon entre les deux branches du couloir (III), puis suivre un peu la branche de gauche avant de s’échapper par la droite par des rochers moutonnées mais faciles. On se trouve alors sur une terrasse d’où on voit les pentes de neige ; les éperons rocheux couchés qui remontent de la falaise s’entremêlent avec les couloirs de neige qui descendent du glacier. La suite de la course se parcourt généralement à corde tendue. En traversée ascendante vers la droite, rejoindre le début des pentes de neige de la face S.

Variante inférieure

Au niveau de la veine de quartz, monter en oblique quasiment jusqu'à toucher la veine (plus haut que l'itinéraire classique). Prendre une large fissure rouge oblique en très bon rocher (3) qui mène à l'arête de droite. Passer un couloir et relayer à une petite brèche avec un petit bloc coincé.
Remonter ensuite une cheminée raide sur 10 m en bon rocher (4/4+) avec des feuillets dans son pan gauche. Relais au sommet. Rejoindre le débouché d'un couloir/goulotte par une longue traversée à droite au-dessus de la zone raide (3, expo, traverser un vague dièdre). Remonter ce couloir et déboucher dans les pentes de neige.

Partie supérieure

De là, l'itinéraire classique consiste à remonter en oblique à droite le glacier puis gravir une courte paroi rocheuse toujours en oblique à droite pour sortir quelques dizaines de mètres à l'W du sommet. Cette facette rocheuse est en rocher brisé mais sans grosses difficultés (3 max). L'itinéraire exact dans cette zone est à choisir par le leader. Outre de sortir près du sommet, monter en oblique à droite évite au leader d'envoyer des pierres directement sur la tête de son second.
En fonction des conditions, il est aussi possible de remonter un couloir de neige (40°, parfois en glace) en haut à gauche du glacier. Ce couloir débouche sur l'arête faîtière juste à droite du Pic Lory. Suivre alors l’arête vers l'E jusqu’au sommet.

Variante supérieure

Quand on atteint les pentes de neige, on peut remonter en appuyant un peu à gauche (rive droite du glacier) vers l’arête SW du Pic Lory que l’on suit au mieux jusqu'au sommet. Suivre alors l’arête sommitale. Cette variante est intéressante quand les conditions de neige sur le glacier suspendu sont trop mauvaises.

Descente 4-6 h pour la Bérarde

Par la voie normale de la Barre des Écrins. Descendre en restant sur le fil jusqu'à la brèche avant le pic Lory, traverser en versant N du Pic Lory, puis par un rappel (25 m) franchir aisément la rimaye et prendre pied sur le glacier (une corde fixe peut être en place pour ce rappel). Puis descendre par la voie normale du Dôme jusqu'au Col des Écrins.
Basculer versant W du col, suivre des câbles en descente oblique à droite (quelques passages raides) puis descendre en tirant à droite des pentes de neige assez raides et exposées jusqu'au glacier de Bonnepierre. Rejoindre alors la moraine rive droite où on trouve un bon sentier qui descend jusqu'à la Bérarde.

remarks

  • La montée versant S, avec des pentes de neige supérieures, nécessite de tenir l'horaire.
  • Les difficultés rocheuses sont concentrées sur les 200 premiers mètres au-dessus du Col des Avalanches, et les difficultés neigeuses sur les 400 derniers mètres de dénivelée.

Sensitive areas
There are sensitive areas on this route. Please refer to the map.

gear

  • Un jeu réduit de coinceurs, 2 ou 3 friends moyens.
  • Corde à simple de 50 m.

external_resources

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • es
  • ca
  • en
  • eu