La Meije - Grand Pic : Arête du Promontoire (voie normale) puis traversée des arêtes

Information

General

General

route_types: traverse
activities
durations: 2 day(s)
rock_types: gneiss, granit
configuration: edge

quality: great

Download track as

Location

Location

heights

heights

elevation min/max : 3092 m / 3983 m

height_diff_up: 1000 m

route_length: 2.852 km

height_diff_difficulties: 890 m

difficulties_height: 3092 m

slope: 70° (cables)

Rating

Rating

D-  
4a > 3c

    IV    P2 

gear

gear

glacier_gear: glacier_crampons

Access

Access

lift_access : yes

orientations

orientations

E W S N

Maps

Maps

  • IGN - 3436ET - Meije - Pelvoux - Parc national des Écrins

Licence

Licence

description


La voie normale, ouverte en 1877, est un magnifique itinéraire à résonance historique qui est toujours d'actualité. Avec la traversée des arêtes, il s'agit d'une longue course en altitude, de difficulté technique modérée mais nécessitant de savoir progresser et "maniper" rapidement dans un terrain variable. La course est un enchainement de 2 courses cotées AD. La cotation D- tient compte de la via ferrata (remise en état en 2007) permettant de contourner la dent Zsigmondy.

Arête du Promontoire # 4 à 6h

Itinéraires 11 et 12 : Arête du promontoire et traversée des arêtes
Itinéraires 11 et 12 : Arête du promontoire et traversée des arêtes

Le profil de la Meije face S avec lklzzwxh:0000arête du Promontoire
Le profil de la Meije face S avec l'arête du Promontoire

Arête du Promontoire
Arête du Promontoire

La description ci-dessous commence depuis le refuge du Promontoire, atteint depuis La Bérarde et le Vallon des Étançons ou depuis La Grave et la montée des Enfetchores (le plus pratique).

Du refuge à la Pyramide Duhamel

Du refuge, monter à la brèche du Crapaud par des gradins entre le refuge et les toilettes. À la brèche, ne pas suivre les câbles qui partent à droite (E) mais aller à gauche (W) pour buter contre un court bombé déversant, le Pas du Crapaud. Le franchir (1 pas de 3b, piton + friend coincé) pour gagner le fil de l'arête à gauche. Suivre l'arête au plus facile (2, quelques pas de 3a dans des cannelures) jusqu'à buter sous un grand ressaut raide (cairns). C'est le campement des demoiselles.

Partir alors en ascendance à gauche (W), par des dalles (2-3), vers la rive gauche du couloir Duhamel (viser le grand gendarme caractéristique en bas de la rive droite du couloir - ici on en voit 2 - viser celui du bas, qui se détache bien sur la crête). Ne pas descendre dans le couloir mais remonter les rampes et cheminées (2 cheminées en 3a, parfois verglacées, équipées de pitons) en rive gauche du couloir (nombreux pitons) jusqu'à venir buter contre un ressaut plus raide. Traverser alors à gauche, vers le couloir (rampe, pitons) et y prendre pied (neige et glace).

Remonter le couloir Duhamel, soit coté rive droite, sur des dalles, soit par le fond, par des gradins (attention aux chutes de pierres). Sorti du couloir, on laisse sur la droite la Pyramide Duhamel (3460m) pour atteindre en ascendance à gauche une grande terrasse parfois enneigée (bivouac possible). Depuis ce point, on voit au loin les lumières de l'Alpe d'Huez, et il est possible de se faire une idée de la météo (perturbation venant du NW).

Muraille Castelnau, de la Pyramide Duhamel au glacier Carré

De la terrasse, remonter au plus simple, légèrement vers la droite (NE) en direction de la grande face rocheuse raide et sombre, à l'aplomb du Glacier Carré - la Muraille Castelnau -. Arriver sur une large dalle, peu inclinée : la Dalle Castelnau.
Remonter la dalle vers la droite jusqu'à venir buter contre un ressaut raide (pitons). Longer celui-ci vers la droite sur ~4m puis descendre un pas vers la droite (pitons) pour prendre pied sur une large vire. Continuer vers la droite, jusqu'à arriver au pied d'un petit mur de 3-4m de haut : le mur Castelnau (3b, piton noir récent au pied). Une fois franchi le mur (relais), continuer vers la droite par des vires peu inclinées (quelques pitons) qui mènent jusqu'à l'aplomb du glacier Carré (vires souvent humides ou verglacées, chutes de glace).

Monter un peu sur 5-10m à gauche puis repartir en ascendance vers la gauche, en passant au plus facile en direction du fil de l'arête (vires peu marquées et ressauts en 3a-b, des pitons et relais sur sangle un peu partout). Plusieurs passages sont possibles jusqu'à être directement au dessus de la dalle Castelnau. Continuer alors vers la gauche pour atteindre l'arête et franchir un court bombé - le Dos d'Ane (1 pas de 3b) - ou gravir un ressaut vertical sur ~7m (cannelures, 3c), pour déboucher sur un petit replat sur l'arête qui se prolonge en vire à droite (la vire aux encoches).

Traverser à droite sur la vire (éboulement récent) puis franchir une courte cheminée athlétique (un pas de 3c, 1 piton au pied) pour atteindre une plateforme avec un relais au pied d'une dalle fermée à droite par un dièdre-cheminée déversant. C'est la dalle des Autrichiens. Gravir la cheminée puis le dièdre jusqu'à rejoindre le haut de la dalle (4a, 3 pitons) qu'on traverse ensuite vers la gauche (3a) sous un surplomb jusqu'à une plateforme avec un relais de rappel (maillon triangulaire - 30m), au pied d'une petite arête de rochers blancs.

Remonter la petite arête sur 5-10m (3a raide) puis contourner un bloc de l'arête par la gauche pour accéder à une terrasse sur le flanc W de l'arête principale. C'est le pas du chat (1 pas de 3b aérien). A partir d'ici le rocher change du granite au gneiss. Remonter une large cheminée en rochers brisés, dépasser par la droite un bel emplacement de bivouac, franchir une dalle raide grise et prisue pour basculer sur le versant S, aller à droite, puis redescendre 5m sur une dalle inclinée pour atteindre les vires du Glacier Carré.

Du Glacier Carré au sommet du Grand Pic

Si le Glacier Carré est en bonnes conditions, il est possible de le traverser en diagonale mais il est préférable de longer les rochers de la rive droite (35°) jusque sous le Pic du Glacier Carré puis jusqu'à la brèche du Glacier Carré (traversée horizontale puis couloir à 40°).

Les dalles de la face W s'abordent en commençant proche du fil de l'arête W, puis en restant sensiblement à droite sous l'arête (on croisera peut-être les relais sur chaînes de la descente en rappel, quelques pitons selon où l'on passe) jusqu'à déboucher dans une zone moins raide. Viser alors une petite dalle de rocher rouge qui se découpe sur le ciel : le Cheval Rouge (un bon piton au pied, puis relais 2 pitons). Le gravir (3c) pour passer versant N (un piton en sortie). Juste au dessus, en versant N, franchir un petit surplomb pourvu de bonnes prises, le Chapeau du Capucin (1 pas de 3c). Suivre ensuite facilement l'arête qui mène au sommet du Grand Pic de la Meije (3983m).

Traversée des Arêtes # 4 à 6h du Grand Pic au refuge de l’Aigle

Il est possible de redescendre l'Arête du Promontoire mais la traversée des Arêtes est l’enchaînement classique de la monté au Grand Pic par l'Arête du Promontoire. Les difficultés sont concentrées dans le contournement de la Dent Zsigmondy versant N mais celle-ci est équipée d'un câble (via ferrata d'altitude).

Du Grand Pic au Doigt de Dieu

Du Grand Pic, descendre 20m versant NE, pour rejoindre une ligne de rappel permettant d’atteindre la Brèche Zsigmondy (relais sur chaînes : 40m, 40m, 30m). Le premier relais de rappel se trouve ~5m sous un relais sur sangles bien visible du sommet, au fond d'un goulet. Selon les conditions, il peut être utile de chausser les crampons dès le départ des rappels.

De la brèche, traverser l’arête effilée (3 pitons, un friend coincé) jusqu’au pied de la Dent Zsigmondy et le départ des câbles qui permettent de la contourner en versant N (goujons et scellement). Suivre les câbles : descente, traversée horizontale (60m) puis remontée d'un couloir–goulotte raide (70°, sortie en cheminée mixte) jusqu'à la brèche entre la Dent Zsigmondy et la 2ème dent.

Suivre l’arête en passant au mieux sur le fil ou légèrement en contrebas versant N. Descendre 15m versant N (3c ou rappel) pour atteindre la brèche avant la 3ème dent. Atteindre la brèche séparant la 4ème dent du Doigt de Dieu en descendant une pente de neige recouvrant des dalles lisses ou en faisant un rappel de 45m. Gravir le Doigt de Dieu par l'arête (2).

Descente du Doigt de Dieu

Descendre 30m versant N dans des bons rochers (il n'est pas intéressant de faire un rappel depuis le sommet) et traverser 5m vers l’E pour rejoindre un rappel (chaîne, 35m) permettant d'atteindre une large brèche au pied du Doigt de Dieu. Il est possible de désescalader la totalité du Doigt de Dieu (4a, pitons).

Suivre l'arête vers l'E sur ~30m jusqu’au pied d’une large tour et un relais sur chaîne très visible versant N. Afin de passer la rimaye et d’atteindre le Glacier du Tabuchet, faire un premier rappel de 25m pour rejoindre un second rappel de 45-50m (chaines) sur un des derniers rochers avant les pentes du glacier (légèrement sur la droite). Rejoindre le piton rocheux du Refuge de l’Aigle en descendant au NE les pentes du Glacier du Tabuchet. Variante : de la large brèche, il est possible de tirer des rappels tout droit, selon l'état de la rimaye. Corde de 2x60m préférable.

Descente du refuge de l'Aigle # 3h

Pour rejoindre la Grave, descendre rive droite du Glacier du Tabuchet, le long de l'arête du Bec de l'Homme. Rejoindre à droite la vire Amieux (câble). Suivre cette vire en remontant légèrement jusqu’au petit glacier-névé du Bec. Descendre sur le névé puis en prenant au mieux dans le flanc E de l’arête N du Bec de l’Homme pour atteindre une sente plus ou moins bien tracée permettant de rejoindre vers 2500m le bon sentier menant au Pont des Brebis (Pied du Col), à quelques kilomètres de route de la Grave.

En début de saison, il est possible de rejoindre la Bérarde en descendant le couloir du Serret du Savon (lorsqu'il est enneigé) et en repassant versant Étançons par la Brèche de la Meije.

Il est aussi possible d'arriver directement à la Grave en descendant toute la rive droite du glacier du Tabuchet (suivant l'itinéraire skieur) puis en rejoignant au mieux une petite arête herbeuse (schistes) qui plonge vers la Grave. Peu commode en été.

remarks

  • La traversée se passant à 4000m d'altitude, une acclimatation peut s'avérer utile.
  • L’orage étant redoutable sur les arêtes, il est indispensable d’avoir des bonnes conditions météos, de tenir l’horaire et de savoir renoncer en cas de doutes avant de trop s’engager.
  • De multiples emplacements de bivouac tout au long de l'itinéraire : campement des Demoiselles, Pyramide Duhamel, vire du Glacier Carré, sommet du Grand Pic de la Meije (4 places), brèche entre la 2ème et la 3ème dent.

gear

  • Corde 2x50m pour les rappels du Grand Pic et du Doigt de Dieu
  • Dégaines longues
  • Cablés et friends petits et moyens
  • Sangles

route_history

Voie normale

  • Ouverture : 16 août 1877 - Emmanuel Boileau de Castelnau, Pierre Gaspard (père et fils).
  • 1ère ascension hivernale : 16 mars 1926 - D. Armand-Delille, P. Dalloz.
  • 1ère ascension hivernale solitaire : 31 janvier 1959 - Pierre Girod.

Traversée des arêtes

  • 1ère traversée des arêtes E > W : 26 juillet 1885 - Ludwig Purtscheller, Emil et Otto Zsigmondy.
  • 1ère traversée des arêtes W > E : 13 juillet 1891 - JH Gibson, U. Almer, F. Boss.
  • 1ère traversée des arêtes W > E en hivernale : 18 mars 1929 - I. Delachat, Arthur Ravanel, P. Turc.
  • 1ère traversée des arêtes E > W en hivernale : 18 mars 1929 - Pierre Pùaquet père, Casimir Rodier.
  • Écroulement de la Brèche Zsigmondy : 15 mai 1964 - La brèche fut abaissée de 25m. Photos.
  • 1ère traversée des arêtes W > E depuis l'écroulement : 22 juillet 1964 - André Bertrand, Mireille Marks, C. Mouroux.
  • 1ère traversée des arêtes E > W depuis l'écroulement : 5 août 1970 - Jérome Biju-Duval, A. Pécher.
  • 1ère traversée des arêtes W > E en solitaire : 17 août 1971 - R. Chanut.

external_resources

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

  • it
  • eu
  • ca