Olan : Chauve qui peut !

Olan : Chauve qui peut !

{{detailsCtrl.documentService.document.associations.images[0].locales[0].title}}

Application mobile

View off-line all information from this route on the Camptocamp mobile application.

Associated waypoints

Map

  • IGN - 3336ET - Les Deux Alpes - Olan - Muzelle - Parc national des Écrins

Licence

General

route_types: loop
activities:
durations: 1 day(s)
configuration: face

quality: great

Location

Rating

ED  
7a > 6c+

  A1    IV  X2    P3  E5 

heights

elevation min/max : 2169 m / 3564 m

height_diff: +1400 m / -1400 m

height_diff_difficulties: 1030 m

difficulties_height: 2530 m

orientations

E W S N

route_history

Ouverture : 30 et 31 août 2011 - Pierre Labbre, Mathieu Détrie.

description

La voie la plus dure de la face NW de l'Olan. Une ligne directe, soutenue et très peu équipée. 400 mètres de longueurs raides magnifiques où l'ambiance est au rendez-vous !

Approche 2 à 4h du refuge à la fin du socle (début des difficultés)

Partir du refuge de Font Turbat en prenant la petite sente au niveau de la terrasse. Atteindre le fond du vallon, ponctué de gros blocs. De là, remonter le même vallon vers le NW en aval des barres du Lac des Pissoux. Virer à droite en remontant le mini-vallon le plus au N du Glacier de la Maye. Serrer à droite de la neige pour évoluer facilement, puis atteindre le début du socle, caractérisé par un cône pyramidal du glacier s'élevant le plus haut, juste à côté du "r" de "glacier de la Maye" sur la carte IGN (facilement visible et repérable du refuge la veille).

Atteindre le début du socle en passant la roture parfois très large, en prenant pied sur des dalles moutonnées.

Première partie, le socle

Remonter les dalles raides au plus facile jusqu'à une sorte de vire plus facile. Remonter un couloir herbeux sur la gauche jusqu'à une brèche caractéristique très visible. Laisser à droite une corde fixe (itinéraire plus difficile et expo). Atteindre la brèche. De là, traverser vers la gauche sur une vire d'herbes facile puis remonter le plan incliné à gauche du pilier au plus facile, jusqu'à revenir légèrement vers la droite pour atteindre le sommet du pilier en butant contre un ressaut compact et raide (terrasse et gros becquet). Passer ce ressaut (10 m en 3, soutenu) et continuer tout droit plus facilement sur une quarantaine de mètres pour trouver un relais sur 2 pitons.

De là, traverser à droite en suivant une vire suspendue. On traverse alors un premier couloir, puis un pilier, et on continue à traverser jusqu'à arriver à un second couloir (entonnoir blanc sous la grande coulée noire). Atteindre ce couloir en remontant de 2 mètres depuis la vire puis en traversant sur une rampe inclinée. Remonter ce même couloir facilement jusqu'à être sous la coulée noire, puis en ascendance droite pour atteindre la grande et large vire herbeuse, horizontale.

Traverser cette vire sur une centaine de mètres, la quitter en son milieu pour escalader des gradins blancs faciles sur sa gauche. Continuer en ascendance droite. On distingue un pilier barrant l’accès à la rive droite du Grand Couloir. Ne pas aller chercher directement le couloir en suivant la courbe de niveau, mais continuer dans des gradins en ascendance droite sur une quarantaine de mètres en direction d'une brèche sur fil du pilier.(un piton avec cordelette blanche à gauche, mal placé). Déséscalader le couloir de l'autre côté sur une vingtaine de mètres et prendre pied sur une vire caillouteuse. Remonter la rive droite du Grand Couloir au mieux, d'abord en suivant une vire, puis en ascendance droite au plus facile, en direction d'une "tête ronde". Rester en dessous, et du pied de cette tête ronde, prendre à droite par des gradins faciles. On distingue la fin du socle et le début des difficultés. Se diriger vers la "grotte" (pas vraiment une grotte mais un renfoncement, passages de 3+ max). La passer par la droite (grimpant) ou par la gauche et trouver, sur une bonne vire, un relais (R0) avec un vieux spit et un piton. Environ 3100 m.

Deuxième partie, "Chauve qui peut !" 8 à 12h

Topo de "Chauve qui peut !"
Topo de "Chauve qui peut !"
300597
300598
Topo de "Chauve qui peut !" avec détails
Topo de "Chauve qui peut !" avec détails
L1 5c Bien traverser à droite en visant la base du dièdre noir, puis revenir franchement à gauche (un peu expo, peu de protections), pour faire relais sur friend dans la fissure d'un dièdre caractéristique, sur une bonne vire. Relais de descente visible quelques mètres en dessous, ne pas le prendre.
L2 6a Reprendre la vire vers la droite, et grimper une belle petite écaille qui prend forme 1 mètre au-dessus de la vire (bonne réglette à gauche). Puis grimper en ascendance droite. Relais au mieux sur une vire.
L3 6a Départ dans les beaux/belles dièdres/fissures droit, puis vers la gauche en visant le pilier (bonnes fissures), revenir vers la droite en haut. Relais sur 2 pitons.
L4 6b+ Tout droit dans le magnifique système de fissures en bon rocher sur environ 25 mètres. Sortir à droite ou à gauche par une large fissure au bloc coincé. Basculer de l'autre côté du pilier à gauche. Un piton présent au niveau relais.
L5 6a+ Aller chercher un beau dièdre sur la gauche, le grimper, puis escalader en ascendance droite une rampe déversée sous le toit de couleur rouille, qui mène jusqu'à l'angle droit de ce toit. Relais sur un large becquet solide au pied d'une fissure en arc de cercle.
L6 7a Grimper la fissure bouchée (un piton de renvoi au début) en arc de cercle (technique et fin, protections délicates à placer sur une quinzaine de mètres). La suivre intégralement et basculer vers la droite, vers le gros dièdre à la coulée noire. On trouve le spit de réchappe. Continuer tout droit (encore soutenu). Relais à une quarantaine de mètres du départ, dans le dièdre.
L7 6b Courte longueur de 20 m. Tout droit dans le dièdre, puis en sortir par la gauche dans une fissure raide. Relais sur une terrasse inclinée sur friend et piton.
L8 6c+ Tout droit au-dessus du relais, un piton de renvoi, au-dessus une écaille peu rassurante, puis un bombé fissuré à passer dans l'axe, un pas difficile. Après avoir fait ce passage, traverser à l'horizontale à gauche vers la base du dièdre (rocher compact, expo mais plus facile? 6B+). Relais sur une terrasse (un piton laissé).
L9 6b/b+ Viser une rampe en amont, dans l'axe. L'atteindre par une escalade délicate peu protégeable. Puis traverser vers la gauche (on se retrouve dans l'itinéraire de la directe de gauche, piton présent). Relais sur l'une des petites terrasses, avant le plus facile.
L10 5c Monter au-dessus pour retrouver les vires faciles communes avec la Couzy. Relais sur deux pitons sous un toit.
L11 4c Effectuer une large virgule vers la gauche (commun avec Couzy et directe de gauche), puis traverser franchement à droite, en passant sous des ressauts raides, et en allant chercher vers le gros dièdre de la face, vers la droite.
L12 4c Grimper un dièdre (piton), s'en échapper vers la droite, remonter des gradins faciles remplis d'éboulis, et grimper un second dièdre fracturé. Laisser à droite la Couzy et faire relais à gauche au pied de la belle rampe de la Pyramide avant la célèbre fissure de la directe de gauche.
L13 5a Remonter cette très belle rampe fissurée. Relais au sommet de la pyramide, sur une petite vire, un piton présent.
L14 6c+ et A1 Démarrer par la célèbre fissure de la directe de gauche. Puis, au deuxième piton, suivre tout droit une fine fissure raide (un pas de déséquilibre difficile). Grimper sur environ 5 mètres jusqu'à une très très fine fissure encore plus raide (bons pieds). À partir de là, c'est très dur (7b sur 3 mètres). Artifer avec 4 friends ou plus (avec 4 friends : alien noir, BD C4 0,4, BD X4 0,1, alien vert, sinon fissure propice au lost arrow mais facultatif), pour arriver à un bon bac (très bonne fissure horizontale cachée) depuis lequel on repart en libre (6b+) tout droit puis vers la gauche en visant le pied d'un dièdre. Relais dans le dièdre.
L15 6c Tout droit, escalader le dièdre, puis très légèrement à droite, passer un ressaut raide et compliqué (blocs instables, un piton et un câblé coincé). Remonter une rampe lisse vers la droite, puis revenir franchement à gauche pour récupérer l'itinéraire de la directe (vire). Relais sur une vire.
L16 4 Monter puis traverser la grande rampe inclinée jusqu'à son bord droit. Relais au pied du pilier sommital.
L17 6a+ Remonter le raide fil du pilier (blocs instables), puis, soit traverser vers la gauche (pitons), soit continuer sur le fil du pilier. Relais au mieux à la sortie.

Atteindre le sommet par une escalade facile, d'abord droit dans des gradins (4 max), puis sur le fil de l'arête horizontale, jusqu'au sommet N.

Descente 2 à 4h jusqu'au refuge

  1. Du sommet revenir en arrière et s'engager dans la descente de l'arête N. On la désescalade au plus facile, toujours sur son flanc droit (en descendant) ou parfois quelques passages sur son fil (belles vues sur la face NW) en suivant les fragilités du rocher (couloirs, rampes, max 3+). Nombreux anneaux à demeure sur becquets et nombreux rappels possibles (à éviter de préférence, vu le terrain pourri et la désescalade facile). Atteindre alors une brèche au pied de l'arête N (fin du raide).
  2. Poursuivre sur le fil de l'arête (très beau). Descente un peu plus raide toujours sur le fil, puis on arrive à un col duquel on peut poursuivre sur l'arête pour grimper la pointe 3228. Ne justement pas continuer vers cette pointe, mais prendre depuis le col une rampe blanche pour récupérer des vires en dessous (une dizaine de mètres en contrebas). Poursuivre sur ces vires en traversant vers la droite sans trop descendre. Traverser un long dièdre raide au plus facile, à l'horizontale, et passer le fil du pilier (cairn). Zone la plus paumatoire. Aller chercher une brèche de laquelle (2 pitons reliés) on redescend légèrement vers la droite pour désescalader une cheminée en amont du névé carré. On se trouve juste au-dessus du névé et des gros surplombs. Traverser bien à droite, presque à l'horizontale, en suivant les nombreux cairns. On dépasse la zone raide qui se trouvait en contrebas, et on atteint une zone plus facile à droite du névé. Déséscalader alors droit, au plus facile, pour atteindre le début de la célèbre "diaclase" (grosse rainure qui fend les gradins en diagonale, nombreux cailloux dans cette diaclase).
  3. Suivre cette diaclase très facile dans son intégralité, puis lorsqu'elle se termine, remonter vers la droite pour emprunter une rampe facile amenant à la "brèche carrée" (très caractéristique et visible de loin, formée sur le fil de l'arête par un gendarme pointu).
  4. De la brèche, suivre des vires faciles très cairnées jusqu'à prendre pied sur la très large terrasse encombrée de pierriers. Suivre cette terrasse à l'horizontale vers la droite pour se retrouver en aval de la brèche de l'Olan. Traverser le couloir NW de la brèche (en sa base supérieure (petit passage plus difficile, mais plus rapide), ou bien en remontant au-dessus, et en redescendant). Ne pas s'engager dans le couloir, pourri. Se diriger encore vers la droite pour arriver sur une large terrasse plate en rive droite du couloir (bien visible sur la carte).
  5. En dessous se trouvent des barres, traverser alors encore vers la droite pour récupérer une petite sente. La suivre (elle descend des gradins faciles en lacets). Atteindre depuis ces gradins le grand pierrier W au-dessus du lac des Pissoux (sous la pointe 3084 m). Aller chercher vers la droite un entonnoir facile (à droite se trouve une grande barre rocheuse, à gauche des petites barres (sente peu repérable, mais trace présente, descente pénible dans des gros blocs). Atteindre le lacs de Pissoux.
  6. De là, soit remonter vers le N une cinquantaine de mètres de dénivelé pour récupérer le bon sentier, soit passer la barre à l'W du lac par des vires faciles vers la droite, à droite du torrent du lac, pour prendre pied dans un pierrier, duquel on traverse à l'horizontale pour récupérer le bon sentier. Le suivre jusqu'au refuge (cairns et peinture orange).

remarks

De superbes longueurs en très bon rocher, d'autres avec des blocs fracturés demandant de l'attention. Globalement, on peut dire que le rocher est correct.

Dans l'ensemble, l'escalade se protège plutôt bien, avec de bonnes fissures. Des sections sont cependant très compactes et à moins de pitonner en tête, l'exposition est non-négligeable.

Les futures répétitions assainiront certains passages.

5 pitons et 2 spits présents dans la voie en tout, sans compter ceux de la directe (seulement 2 longueurs avec protections en place : L6 avec 1 piton et un spit, L8 avec un piton).

Nombreux relais à construire (sauf R0, R3, R5 (à renforcer) et sur la vire de la Couzy).

Crampons facultatifs selon l'état du glacier, inutiles pour la descente sauf conditions hivernales !

Sensitive areas
There are sensitive areas on this route. Please refer to the map.

gear

  • 2 jeux de camalots C4 du 0,5 au 1
  • En plus les camalots C4 tailles 2,3 et 4
  • 2 jeux d'aliens
  • Un petit jeu de stopers
  • 7 pitons (4 lames, une petite cornière, 1 universel, 1 lost arrow (lame épaisse))
  • Corde de 50 mètres suffisante (à double conseillé)
  • Sangles, dégaines

external_resources

Associated routes

Associated articles

Associated books

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de