Rochers du Parquet - Peyre Rouge : Face E - Paroi de l'Aube : Hasta Siempre

Rochers du Parquet - Peyre Rouge : Face E - Paroi de l'Aube : Hasta Siempre

{{detailsCtrl.documentService.document.associations.images[0].locales[0].title}}

Application mobile

View off-line all information from this route on the Camptocamp mobile application.

Associated waypoints

View in other lang es

Map

  • IGN - 3237OT - Glandasse - Col de la Croix-Haute - PNR du Vercors
  • IGN - 3236OT - Villard-de-Lans - Mont Aiguille - PNR du Vercors

Licence

General

route_types: traverse
activities:
durations: 1 day(s)
rock_types: calcaire

climbing_outdoor_type: multi

configuration: face

quality: medium

Location

Rating

TD+  
5c > 6a

  A2    III    P2 

heights

elevation min/max : 1450 m / 1694 m

height_diff_up: 250 m

orientations

E W S N

route_history

Première ascension : Richard Cailler, Jacques Domer, Régis Roy, en 4 jours après préparation les 26, 27, 28 et 29 novembre 2002 ; avec une sortie à droite par un couloir herbeux.
Par la sortie directe : R.Cailler, J.Domer, Alban Maillard les 28 et 29 Août 2006.

description

Approche

À partir de la Richardiére, remonter la rive gauche du ruisseau de la Donnière par le chemin carrossable jusqu'à son terminus. Laisser la voiture au parking du monument érigé à la mémoire des résistants du maquis du Vercors.
Prendre le sentier qui conduit au Pas de l’Aiguille. Au bout de 10 à 15 minutes de marche, dans un lacet à gauche, un rocher marqué d’un chiffre 7 gravé dans la pierre et peint en blanc borde le sentier. Quitter ce dernier en surmontant le talus à droite (N), et par une traversée en sous bois à droite et en légère ascendance, gagner le pierrier(traces au sol, cairns).
Les traces devenues sentier, descendent un peu avant de prendre la courbe ; à ce moment là, on se trouve juste sous l’immense surplomb que l’on aura pris soin de repérer du parking.
On remarque à 15 mètres du pierrier un surplomb fait de blocs fracturés avec un pin planté en pleine paroi ; il est bordé à droite par une sorte de dièdre-cheminée incurvé à droite et se terminant par une petite grotte humide. Le départ se trouve ici ; le nom de la voie est inscrit en rouge.

Itinéraire

Gravir la dalle formant la partie droite du dièdre jusqu’à la petite grotte humide (IV), traverser à droite (V-) puis un bouquet d’arbres.(4 pitons). R1.

Droit au-dessus, remonter une belle « Dülfer » en excellent rocher (IV, 2 pitons, 1 anneau). Franchir le petit surplomb (A0 ou VIa, un pas.) une dalle, puis le dièdre qui fait suite (ensemble de V+ soutenu, nombreux pitons).
On arrive à la première vire ; la remonter sur une quinzaine de mètres en tirant un peu sur la gauche. R2 sous une petite barrière de surplombs jaunes.

Prendre la petite rampe à droite (III) et traverser facilement au ras du rocher sur quarante mètres (pitons, bouquet d’arbres). R3 très confortable sur une bonne terrasse.

Droit au-dessus du relais, une fissure pénible (V+) permet d’accéder à une série de petits bombements raides, jamais commodes (1 pas de V, IV, peu de pitons) puis à un petit dièdre couché, facile, sur la gauche (III) jusqu’à une petite marche étroite (1er bivouac sur hamacs des premiers ascensionnistes) R4.

Du relais, on peut voir sur la gauche une immense dalle grise limitée à droite par un bouclier de dalles jaunes pâle, verticales et compactes. Gravir à gauche du relais successivement : un court dièdre, un surplomb et une large fissure inclinée (V+, IVa) et remonter la dalle sur son bord droit à la limite du bouclier. (IV, 5 pitons). R5 sur une bonne marche.

Remonter par une très belle escalade la dalle qui fait suite, (IV-, IV / V ,4 pitons.) un dièdre vertical (V+, 1 piton) et par une courte traversée à droite atteindre le relais à l’abri d’un gros surplomb. R6 aérien et étroit.

Traverser à droite sur la dalle, franchir l’angle du surplomb et s’engager dans le dièdre-cheminée (VIa ou A0, 1 goujon) puis le remonter (IV, V, 5 pitons). R7 confortable sur une marche spacieuse sous l’immense surplomb.

Par une courte dalle à gauche du relais gagner la longue vire qui marque la base du surplomb (IV–, 1 piton) et la suivre jusqu’à son extrémité gauche (facile). R8 grand confort. (2e, 3e et 4e bivouac des premiers ascensionnistes).

Descendre un peu (facile), passer un petit surplomb (Ao), on arrive sur une petite vire avec un pin ; franchir deux petits dièdres (IV puis V+) pour venir buter contre une ligne de surplombs. Traverser à droite en pleine dalle jusqu’à une petite marche étroite (V, 2 goujons.) R9. On se trouve au bord de la lèvre supérieure du grand surplomb ; grosse ambiance !

Par une montée en écharpe à droite (A2, 6 pitons) gagner une sorte de vire, continuer à traverser à droite, passer un arbre mort blanchi et qui pend puis faire relais au-dessus (IV). R10 aérien et étroit.

  • Si l’on veut gagner l’échappatoire, traverser sous l’arbre mort jusqu’au bout de la vire, faire relais en contrebas et remonter un raide couloir herbeux coupé de barres rocheuses et de petites pentes terreuses… En quatre longueurs équipées on gagne le plateau à une épaule en contrebas du sommet. À éviter après une pluie ou par conditions humides !!

Grimper le mur raide qui fait suite (V, V+, V, 1 goujon et quelques pitons, 30 m). R11 sur une marche à côté d’un petit pin tordu.

Traverser à droite de quelques mètres sur une dalle (III) et remonter une pente herbeuse entrecoupée de petites barres rocheuses avec quelques arbres et pins (1 pas de IV). Relais très confortable au pied d’un magnifique dièdre légèrement couché qui se redresse au bout d’une dizaine de mètres et fermé par un surplomb. R12.

Par une très belle escalade, gravir d’abord le petit pilier arrondi de gauche, puis le dièdre et forcer le surplomb(IV+ ,V+, 3 pitons). La dalle compacte qui fait suite se traverse vers la droite en artif.(A0, le dernier piton est caché derrière une cannelure…). Gagner un petit promontoire par une autre dalle raide et lisse(VIa obligatoire). R13 aérien.

Par un court mur moussu (IV, 1 piton) atteindre les premiers pins, remonter la crête boisée jusqu’à un petit collu (traces de chamois) et gagner le sommet par une barre rocheuse facile.

Descente

Du sommet, prendre la direction SW et, par des séries de petits vallonnements, gagner au mieux le bon sentier des crêtes qui rejoint celui qui, orienté N-S, vous amènera au refuge (alt.1669 m). De-là, descendre plein N par le sentier du Pas de l’Aiguille jusqu’au parking (2h00).

remarks

Très belle voie « à l’ancienne » au parcours naturel, calcaire très bon, mériterait de devenir classique.
Elle se situe dans un cadre de toute beauté (le Mont-Aiguille tout proche, est superbe).
Attendre 1 jour ou 2 après une pluie sinon la douzième longueur herbeuse risque d'être glissante et la dalle en 6a de la treizième, bien lisse…
Tous les relais sont sur goujons inox et la majorité des pitons est en place.
Période : Fin août et tout l’automne. (nidification de faucons au printemps).
Renseignements et croquis : J.Domer.

Sensitive areas
There are sensitive areas on this route. Please refer to the map.

gear

Rappel de 100 m, un jeu de coinceurs câblés, un jeu de friends, 8 pitons variés (universels, cornières, plats) et un marteau pour taper dessus…Nombreuses sangles et étriers.

Associated routes

Associated articles

Associated books

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • eu
  • ca
  • de
  • it
  • en