Rosablanche : Haute Route Arolla >> Verbier - Petite Patrouille des Glaciers
{{ '2018-04-21' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Rosablanche : Haute Route Arolla >> Verbier - Petite Patrouille des Glaciers
{{ '2018-04-21' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Elevation profile

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: overcrowded

condition_rating: excellent

quality: fine

Download track as

Rating

2.3
PD+

heights

elevation min/max : 1454 m / 3155 m

elevation_access: 1960 m

height_diff: +1990 m / -2520 m

Access

access_condition: cleared

lift_status: open

snow

elevation_up_snow: 1960 m

elevation_down_snow: 1522 m

snow_quantity: excellent

snow_quality: good

glacier_rating: easy

avalanche_signs: recent_avalanche

participants

participant_count: 3

Céline Stern-Kiener, Nouille74, bibotte, un peu près 800 patrouilles sur les deux courses

weather and conditions


Beau, chaud, tous les départs ont été avancés d'une heure.


Excellentes conditions de course.
Neige dure au départ d'Arolla, ça passait encore juste sans les couteaux (selon l'état des peaux et la confiance).
Couloirs de Tsena Refien très bien, avec cordes fixes, sortie à droite (mercredi ça sortait dru haut).
Descente derrière en neige dure, encore en très bon état en dessous des balises, bosselé en dessus.
Long du lac en flanc de coteau, quelques coulées a traverser dont une assez grande juste avant la Barmaz.
Remontée à la Rosablanche en bonnes conditions, couloir à double voie, marches pas trop hautes même pour les petits gabarits! On a bien apprécié!
Descente sur le Col de Momin, trace très haute, un petit peu a pousser, mais ça passe bien. Descente sur le Lac de la Chaux, champ de bosses, encore des zones plus lisses et skiable dans les bords.
Remontée sur le Col de la Chaux, bonne trace, portage dru haut pour la pente finale, neige commençant à ramollir, mais marches encore dures.
Descente sur Verbier, pistes... Par contre skating obligatoire entre La Chaux et Les Ruinettes! Neige jusqu'à Médran.

avalanches

Coulées de fond sous Tsena Refien, sous la Rosablanche, datant de jeudi ou vendredi.

timing

8h24, départ à 3h00

access_comment

Service de bus et navettes pour véhiculer les participants (et les spectateurs) entre les différents lieux du Val d'Hérens, tip-top!
A Verbier, gros boxon (comme d'hab on a envie de dire...). Quelle idée d'organiser un combat de reines au Chable le jour de la PDG!!! En tout cas l'esprit de clocher a encore de beaux jours devant lui dans certains coins du vieux canton!

hut_comment

Logement au centre alpin à Arolla, vieillot et bruyant, mais lits confortables!
Repas sous la cantine tant à Arolla qu'à Verbier, bien.

personal comments

Céline
Suite d'une série de superbes rencontres "made by c2c", aventure humaine, collective et joli défi personnel, voilà en résumé "ma" PDG 2018!

L'été passé, notre Nouille lance cette idée typiquement valaisanne (ce qu'elle rêve de devenir, même si elle a échangé son Impreza contre un modèle plus chic, et qu'elle n'a toujours pas sa queue de renard au rétro)... et si on faisait la Patrouille?
Je lui dis pourquoi pas (en pensant au fond de moi que je ne prenais aucun risque, vu le nombre de patrouilles recalées au tirage au sort...), on trouve une 4ème puis une 3ème belettes pour ce truc de collantes-pipelettes...
Fin novembre, soirée tranquille et là un mail tombe:
"Chère Madame, cher Monsieur,
Vous vous êtes inscrits pour la PDG 2018.
Nous avons le plaisir de vous annoncer que votre patrouille a été tirée au sort et qu’elle dispose d’une place de départ."
La tuile... il va falloir s'entraîner... alors qu'on s'était offert des Magic Pass pour aller dévaler les pistes en famille...

Et tout d'un coup, la neige tombe, l'escalade ne se résume plus qu'à une séance de bloc par semaine, et les skis retrouvent du service... De magnifiques sorties "d'entraînement", l'entraînement n'étant qu'un prétexte pour envoyer les zoulous jouer aux Playmobils chez les grands-parents... qu'un prétexte pour refaire de la montagne "en couple", et avec des amis de longue date parfois un peu perdus de vue, refaire des grandes classiques, découvrir de nouveaux coins. Au final une jolie saison avec juste... 13000m de D+ comme préparation (heureusement que j'ai pas fait le calcul avant le départ...)!

Et vendredi matin, tout s’accélère, on se retrouve dans le train, puis à la gare de Sion, où notre coach-taxi-skiman arrive avec le fourgon. On charge le matos, et départ pour Evolène. Là plus moyen de reculer, présentation des papiers d'identité, contrôle du matériel, tout y passe...
Il y a des scènes assez amusantes... cordes trop courtes (là notre coach a eu fin nez, dimanche la notre, la sienne aussi en fait, ne faisait que 28m... suspension dans la cage d'escalier lestée de 40kg, 2.5m d'allongement en 2 jours... et comme le plomb de la course de mercredi était encore là, pas besoin de la repasser au contrôle complet... héhé); montage et démêlage de sondes...
Attribution du logement: Centre alpin d'Arolla. Donc notre Vincent-à-tout-faire nous y amène, on nous y attribue le premier dortoir (donc tout en haut, tout au fond) vu qu'on est les premières arrivées... et direction Hôtel du glacier pour un steak-frites-cheesecake revigorant, nous ferons également un briefing complet sur le parcours et une franche partie de rigolade qui nous donnera la clé de motivation pour Nouille...
Sieste, préparation du matériel et de la subsistance de course. Chacune y va de sa potion magique, jus de risotto, thé citron, yogi tee... l'essentiel sera de boire! On part léger, et Vincent fera le porteur du lourd (y compris de Pépette, notre fervente supportrice) jusqu'à Tsena Refien.
Briefing technique, mêlé de religiosité peu empreinte d'ouverture, et pâtes-poulet-carottes au menu... Petit tour en shuttle-Duro pour remonter au Centre alpin, le rêve suprême de Sandrine... un tour en camion militaire!
Nuit courte, très courte, réveil... 01:00... 30 min après (sans shuttle cette fois-ci), on se retrouve devant notre petit déj. On a enfin l'impression d'être au cirque, et vu le prix d'entrée on en a eu pour notre argent... On a failli mourir embrochées par des piolets au moins 3 fois, on a vu des gladiateurs mangeant des bananes avec un casque sur la tête, on a visité des Toitoi penchant tel un bateau par force 8, et... on a même retrouvé notre coach avant le départ. Derniers conseils de sa part avant qu'il parte au téléski, pour nous ce sera puces, tracker, téléphone de secours, contrôle DVA et aire de départ!
Et le compte à rebours commence, les belettes rigolent toujours pour oublier où elles sont... et tout d'un coup bam... départ! Et ça part vite, raide, gros coup de flip pour moi, sans couteaux (car j'ai voulu faire la maline...) surtout quand le gars d'à côté se gauffre... On suit la stratégie, gauche jusqu'en haut du premier télé, puis droite, 2ème reck, enlever les couteaux au début du half-pipe. Sandrine a le feu aux fesses on dirait... 1h20 plus tard on est à l'échangeur A2-Z2, Vincent nous y attend avec les boissons, mais pas vu trace de Pépette... elle a pas voulu sortir du sac la coquine!
5 minutes plus tard, skis déjà dépeautés sur le sac, on part pour remonter le couloir, à un rythme plan-plan... on a le temps de papoter et surtout d'admirer le paysage (même si il fait tout nuit...), avec le serpent lumineux qui nous suit, le ruban vers Bertol et même les lumières de Tête Blanche, magique!
Fin du couloir, le haut est bien raide et les commentaires de certaines personnes sont édifiants...
On chausse les skis, on se suit et on se retrouve au Pas du Chat (ou je me fais gronder par un guidos car mes co-équipières sont trop loin de moi... pas de ma faute si j'aime le skating et pas elles!), et on va voir à quoi ressemble la fameuse descente raide. J'ai pas trouvé très impressionnant, juste un peu bondé.
Peautage, le jour se lève, on fait du flanc de coteau face aux barrages de la Dixence (on voit le vieux aussi), le soleil arrive sur les sommets, La Barmaz est en vue. Un point au kikonéki et une petite batoillée avec Guillaume qui vient de Zermatt.
Ravitaillement de la Barmaz, très bien, de bonnes choses à manger... et une distribution de crème solaire comprise dans le service, top classe!
On monte en direction des Ecoulaies, j'arrive a perdre un gant en faisant des photos, quelle saucisse... du coup petit tour en arrière pour le récupérer. Dès que le soleil arrive, baisse du rythme... Mais on s'y attendait! De nouveau des points au kikonéki vu que Fred et ses co-équipiers nous dépassent. Montée du couloir de la Rosablanche à un rythme agréable, merci Nouille, tu es une vraie machine à couloir (surtout avec la clé à blaireaux magique...)! Au sommet, la foule énorme, beaucoup d’encouragements, impossible d'y répondre... j'avais les larmes aux yeux! Un coup de flip, Pal va t'il nous retrouver? On a besoin de liquide... et je ne trouve plus ma 2ème gourde (qui est restée dans le sac de Vincent à Tsena Refien car je lui avais dit que j'en aurais pas besoin...), tant pis. Et oui, il nous retrouve, un peu de viande séchée, de l'eau et hop on file direction Momin, Lac de la Chaux. Dernier portage, Pauline repique du vif pour 30m...
Gros boxon au sommet du col, des gros malins arrivent encordés... On commence a sentir la bière, mais il faudra encore du schuss, du skating, des flatteries puis des menaces pour arriver à Médran. Une partie de notre fan's club nous y attend, on accélère, tentons un footing, marche, on récupère les putois, re-footing car on pense arriver... et non l'arrivée c'est plus loin... et cette fois c'est la bonne, c'est écrit: "Arrivée" sur la banderole, on court, on dépasse encore une patrouille et ceux qui nous précèdent on droit à "Dépêchez vous, il y a des filles qui arrivent..."!
Et on y est arrivées! 8h24 après être parties d'Arolla, après des années d'amitié avec Pauline, puis plus récemment avec Sandrine. Après de grosses parties de rigolade, parfois de doutes, de belles sorties en montagne, des milliers de messages échangés sur tout et rien... la vie, les amies, j'ai qu'une seule chose à vous dire: MERCI!
Et... non je dis pas... rdv...à... en 2020...
Encore un immense merci à Vincent pour le matériel, les conseils, le coaching, le soutien logistique et surtout... d'avoir supporté nos bavardages incessants... Merci à Pal pour le ravitaillement à la Rosablanche, au genou d'Elisabeth et à Jakob, à Andrée et Jean-Jacques pour avoir pris soin de leurs petits-fils pendant qu'on filait en montagne. A Marialynn pour la condition physique de base (j'ai encore mal aux cuisses rien que d'y penser... mais zéro courbatures post-PDG), à tous nos "followers" pour leurs encouragements!

bibotte
J'ai consigné mes impressions ici: La PDG pour les nuls: Episode 1, Episode 2, Epilogue

Je n'aurai jamais cru dire ça, mais j'ai eu un plaisir immense à participer à cette aventure. Etant un peu la "pièce rapportée" de l'équipe, je remercie de tout mon coeur Céline et Nouille qui m'ont accueillie au sein de leur team. D'autant plus que lors de notre toute première sortie ensemble, en février 2017, elles ont dû me tirer en haut pour que j'arrive au sommet de ... l'Arpille. Autant dire que je partais de loin !

2020 ? J'en sais rien... mais une chose est sure ... je ne dirai plus jamais "jamais" :-D

Nouille
Patrouille 3075 dit « Les Belettes », finisher du parcours A2 2018 en ce Samedi ensoleillé du 21 Avril 2018. Ainsi soit l’esprit de la patrouille. Et c’est ce que je retiens de cette aventure.

J’avoue ne plus trop savoir quand et pourquoi l’idée m’a traversée l’esprit de faire la Patrouille. Moi, la néo-montagnarde de 35 ans, exilée en Valais, dont l’aptitude au ski n’est pas innée (et toujours en cours d’acquisition). Un jour pourtant, je me suis dit : « et pourquoi pas ? ».

Ndlr : Il va falloir que je me méfie de cette propension au « et pourquoi pas ? » en vieillissant]

Néanmoins c’était l’évidence que dans mon groupe d’amies montagnardes affectueusement surnommées Les Belettes, je trouverais les partenaires idéales. Il ne me restait plus qu’à les motiver et les convaincre. Non pas que je sois une Girl only - chienne de garde, mais pour cette occasion, faire une équipe 100% féminine me plaisait. Autre critère : avoir des coéquipières aussi néophytes que moi en matière de ski-alpinisme « course ». Pas question de se mettre la pression pour un chrono.

Mais de toute façon, c’est un tirage au sort, au mieux on n’est pas pris, au pire on est engagé sur un départ ! Vous avez souvent de la chance au Loto vous ?

Céline a été la plus facile à convaincre ; suivre son mari sur plusieurs éditions lui a sans doute donné une petite envie de goûter à ces émotions. C’est de loin la plus expérimentée de la troupe avec son bagage alpin, même si la vie de famille intense l’a un peu éloignée de ce qu’on pourrait appeler un entrainement régulier. Ensuite, j’ai demandé à Sophie, une autre Belette excellente skieuse, avec qui j’ai eu l’immense plaisir de fouler le toit de l’Europe (entre autres aventures et rigolades). Malheureusement, Sophie se verra obligée de décliner car les dates de la Patrouille tombent pendant les vacances scolaires. Elle acceptera donc d’être le 4ème nom sur la liste. Merci à elle ! La prochaine sur la liste est une nouvelle venue dans le giron des Belettes mais qui ne démérite pas sa place, tant son énergie est communicative : Sandrine, la valaisanne tout sourire de la troupe. Au moment des inscriptions, elle s’éclatait à découvrir la Corse, elle allait donc être sous de bons auspices pour acquiescer à cette folle proposition. Bingo ! L’équipe est faite… Et, j’avoue, j’étais assez fière de moi. Une énorme partie du job...
Céline et Sandrine, Merci de votre confiance !

Septembre 2017, postulation faite pour les Belettes. Il s’en suit une longue attente pour connaître le résultat du tirage au sort. Léger cri strident quand, début Décembre, vers 23h, nous recevons le même mail indiquant que nous allons participer à la course Arolla-Verbier du samedi 21 Avril.

Alea jacta est

Maintenant il va falloir y aller. Maintenant il va falloir aussi s’alléger question matériel. « Comment je vais skier avec des skis Carbone ??? » Dans la foulée, Sandrine nous inscrit à l’Alpiniski aux Marécottes, histoire qu’on se frotte au monde du ski-alpinisme au moins une fois avant le grand rendez-vous. Une très jolie première qui nous laissera un excellent souvenir (en plus du prix souvenir : le casque) ! L’équipe fonctionne bien. L’hiver s’écoule avec une neige abondante, nous nous entraînons, plus ou moins, dès que possible ensemble, mais sans se mettre la pression. Toujours dans la rigolade. Le Maître-mot ! Nous faisons surtout fumer les téléphones à mesure que la date approche. Les maris de mes copines doivent gentiment s’agacer. Merci Vincent et Pal pour votre patience et votre présence. Promis ! La prochaine, je lance un appel d’offres pour un 3ème ravitailleur. Pas certaine que Tinder Surprise soit la meilleure source.

Jour J

C’est parti pour la grande cavalcade qui débute vendredi 20 avril 9h00 par la récupération des skis fraîchement fartés pour se terminer samedi 21 avril vers 11h25 dans la joie et quelques larmes sous une bannière Arrivée, dans une rue très ensoleillée de Verbier.

Force et Honneur

Ma joyeuse patrouille a très bien résumé ces heures passées ensemble, du contrôle matériel au buffet Patrouille de Verbier en passant par la Rosablanche. J’ajouterais une chose : même si cela peut paraître présomptueux, à partir du moment où la météo était favorable, je n’ai jamais douté sur le fait que nous passerions cette ligne. Pleine confiance dans ces deux femmes. Elles ont eu l’audace de me suivre dans cette aventure alors que je suis de loin la moins à l’aise dans l’exercice de style skiesque. Leur soutien a été sans faille. Et nous avons passé la ligne avec la certitude que cela n’a pu être possible que parce que c’était nous trois, notre patrouille.

Céline et Sandrine Love You les Belettes !

  • Un grand Merci à Vincent pour l’accompagnement et pour le côté Nounou sur Evolène-Arolla… Ton aide a été plus que précieuse.
  • Un grand Merci à Pal pour la viande séchée et le thé à la Rosablanche. Toi, amateur de solitude, tu as du prendre sur toi pour venir nous voir là-haut. On va grimper maintenant ?
  • Merci aux amis et à la famille, pour les encouragements : Sophie, le clan Spécia, le clan Riou-Pietri, Pierre, Jean-Christophe, Naïma et Bjorn, Ludivine, Cécile, Sylvie et Bernard, Cécile, B&B, Elise, Christelle, Jan, Marie, mes parents, ma frangine, mes collègues…. Et tous les gens qui nous ont encouragées sur le parcours !!!! L’ambiance était géniale !!!

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • es
  • eu
  • it
  • ca
  • de
  • en