Cheval Noir : Traversée Merbelay >> Cheval Noir - depuis Saint François Longchamp
{{ '2007-01-20' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Cheval Noir : Traversée Merbelay >> Cheval Noir - depuis Saint François Longchamp
{{ '2007-01-20' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

quality: medium

Rating

PD+

heights

height_diff_up: 2010 m

Access

access_condition: cleared

lift_status: open

snow

elevation_up_snow: 1600 m

elevation_down_snow: 1600 m

weather and conditions


Beau, des moutons d'altitude entre 12h et 13h, cachant le soleil mais ne compromettant pas le dégel déjà effectué.
Chaud.
Du vent d'W sensible (30km/h) le matin, plus faible à 15h : il fait chaud, il faut encore s'adapter.


[i][b]Itinéraire emprunté[/b][/i]
Montée au Merbelay : Lucio, Benoit et moi sommes passés par le couloir NW de la brèche N, les autres par le couloir N.
Face SE du Merbelay : descente rive droite.
A la descente du Cheval Noir, Delphine Sandra et Jérôme ont repeauté aux lacs. Lucio, Denis et moi avons poursuivi dans la combe S jusqu'à 2300m, Benoit jusqu'à 2200m.
En versant W du col, Benoit et moi avons traversé vers 2300m vers le S jusqu'au dessus du Lac Blanc, pour rattrapper la piste de la Lune Bleue depuis son sommet.

[i][b]Conditions de neige[/b][/i]
[u][i]Montée au Merbelay (W et N)[/i][/u]
Piste de la Lune Bleue enneigée grace aux canons (mais enneigement suffisant seulement sur une bande de 5-10m en rive droite).
Au dessus de la piste, 30 à 60cm en tout, transfo portante en surface (et peut être en profondeur, mais pas regardé). Très bon regel.
Dans les couloirs, croute de pluie cassante à pied, sur transfo ou poudre plus ou moins tassée. La partie étroite du couloir NW de la brèche N est en croute de pluie sur 30 à 60cm d'un mélange de faces planes et de gobelets : assez chiant à tracer, pour le premier et pour les suivants.
Nous n'avons pas atteint le sommet pile poil (rocheux), mais nous l'avons contourné par le N.

[u][i]Face SE du Merbelay (W et N)[/i][/u]
[i]Descente de 12h à 12h20.[/i]
Et soudain, c'est la moquette de rêve !
Fabuleuse moquette, de l'authentique moquette de rêve : croute revenue (mais toujours portante) sur poudre tassée. Cette neige est à la fois tolérante (aux erreurs de prise de carre) et dynamique (elle rebondie si on la carve).
Moquette de rêve, sur une pente parfaite pour le ski : 30° de moyenne sur 600m, sans interruption, assez large pour que chacun fasse sa trace, ce fut bien trop court !

[u][i]Combe S et Versant SW du Cheval Noir (S et SW)[/i][/u]
[i]Montée de 12h30 à 14h.[/i]
Moquette de rêve en rive droite et au fond de la combe S. Même chose en rive droite du versant SW, mais déjà un peu trafollé par les passages sur le haut.
Les 50 derniers mètres sont en billes de glace sur transfo. Oui oui, une couche de billes de glace de 6-10mm, roulant sous les skis, ce sont des choses qui arrivent. Les passages ont dégagé la transfo en rive droite.

[i]Descente de 15h à 15h15.[/i]
Descente au centre de la face : 50m de billes de glace commençant à être bien lubrifiée (bien skiable), puis moquette, puis moquette de rêve sur le bas du versant SW.
Dans la combe S, moquette de rêve enrive gauche.

[u][i]Versant W du Col du Cheval Noir (NW et W)[/i][/u]
Les 150m sous le col étaient en croute de pluie portante : ski bien tendu avec nos carres pas toujours bien affutés.
La pente W au dessus du Lac Blanc était en belle moquette.
Pistes en gros sel sur dur, bien skiable en cassant les bosses :-)

[i][b]Activité avalancheuse[/b][/i]
Pas de coulée observée.
Des traces de grosses plaques en versant WNW au dessus des lacs Bleu et Blanc : quasiment tout le versant. Une coulée est arrivé dans le lac Blanc. 50cm à la cassure environ.
Des traces similaires en versant NE du Merbelay.

timing

8h30 >> 17h

personal comments

Ce n'est pas le hold-up, mais ça en a l'odeur !
(Pour faire un vrai hold-up, il aurait fallu un peu plus de sauvagerie, et une 2ème partie moins classique et non tracée).

Le groupe s'étoffe vendredi soir. Je comptais bien allé en Belledonne N ou Lauzière S, en essayant de viser un bon regel la nuit et un bon dégel le lendemain malgré le vent sensible annoncé. Lucio souhaite aussi se joindre à nous, avec des propositions en basse Maurienne.
Bon, ça nous fait donc 2 participants au dos fragile, on va éviter 400m de portage (il n'est pas exclu qu'il y en ait pour remonter un couloir, si on peut éviter d'en ajouter dans l'approche).
Comme c'est prévu à la journée, si on pouvait éviter d'aller trop profond en Maurienne, c'est mieux.
Il y a des possibilités en belledonne N, mais si les pentes S visées sont mal enneigées, nous ne pourrons pas nous rabattre sur des versants N. Et nous commençons à connaitre : avec l'enneigement actuel, ce sera dur de sortir des classiques, que nous avons déjà parcourues avec de bien meilleures conditions.
Par contre c'est pas mal aussi vers le Cheval Noir. Il y a longtemps que nous envisageons de visiter ce coin, mais nous renonçons à cause de la proximité de la station (ambiance station sur le bas, et surtout peu de pentes vierges à espérer). Mais ce samedi, c'est assez creux : domaine skiable moribond, et changement de vacanciers (s'il y en a).
Et ça fait un accès à 1600m.

Plus qu'à trouver un itinéraire permettant de ne pas être en avance sur le dégel de la pente SW sous le sommet, et c'est bon (il s'est révélé que la rive droite, S à SSE, dégèle en matiné).
Par hasard, durant la semaine, mes pérégrinations dans le topoguide m'ont conduit à cette sortie d'une renarde, encore dauphinoise à l'époque.
Tient, mais ça fait un accès à la crête de difficulté comparable au versant W du Col du cheval Noir... Oulala, mais c'est bon ça ! Il y a bien une pente E à S derrière permettant de rejoindre la combe S du Cheval Noir... Yes, la face SE du Merbelay, un joli triangle à la pente bien régulière sur la carte. Bon, c'est préominant, c'est peut être tout soufflé et à moitié déneigé, mais soit ça passe quand même moyennant du grass-skiing, soit la combe S du Merbelay offre un repli sans mauvaise surprise. Ensuite, il suffit de remonter au sommet du Cheval Noir (à peine 900m), puis de redescendre aux lacs du Cheval Noir pour profiter du versant SW, et enfin de remonter 100m pour revenir versant W.
Lucio me fait remarquer que la combe S du Cheval Noir offre du bon ski, ce serait dommage de ne pas la descendre. OK, pas de problème, on descend 200-300m sous les lacs, en dessous ça risque d'être moyen (en fait c'était bon jusqu'à 1950m).
Ce sera tout ? De la pente raide ? Mais y aura l'embarra du choix : regarde, il suffit traverser là et hop! un petit couloir ! Et ici, pour descendre en W, ça a l'air de passer sur la carte, y aura bien moyen de se mettre taquet en neige dure expo au dessus de rochers, ne t'inquiète pas.
C'est tout ? Bon, alors... ça nous fait une petite journée à moins de 2500m... Emballé c'est torché, je passe te prendre à 6h15, n'oublie pas les crampons.

Samedi, 10h, au pied des couloirs du Merbelay.
Bon, nous avons 1/2h de retard sur le programme, mais l'iso est haut, ça ne regèlera pas si vite en ESE. Pas mal de pauses durant cette montée : pause adoration du Grand Pic, pause escargot, pause crampons, pause brassage dans les gobelets... Ah non, là nous sommes censés monter, mais bon, je bouge bien les jambes, mais ça ne monte pas ! Et pas possible de s'accrocher à ce rocher aussi solide que du pain d'épice (il en a d'ailleurs la couleur).
Au collet à 2500m, Benoit, Lucio et moi rejoignons le reste du groupe. P'tit Bouchon a eu une petite frayeur lors de la montée du couloir, elle ne souhaite pas continuer dans ce versant N. Delphine, peu motivée de faire un dénivellé aussi élevé que l'isotherme, descendra avec elle dans la combe S.

Sur la crête du Merbelay, j'ai un peu le trac : toutes nos réflexions et prévisions vont se confronter à la réalité...
Déjà, la crête passe bien. Ne pas s'en mettre une versant N en poudre vitrifiée, ni en S en cailloux herbus.
Des moutons cachent assez bien le soleil à présent, espérons que ça ne regèle pas en E... Je descends de 10m pour me mettre à l'abri du vent en attendant que tout le monde soit prêt.
Départ dur, un rocher à éviter, un virage en transfo revenue dans une contrepente SE, retour au centre. Tient, c'est souple ici. Croute revenue, c'est déjà ça. Mais est-ce que en dessous c'est assez portant ? Croute cassante sur transfo par la pluie non regelé (mauvais regel) ? Ou croute cassante sur poudre sans cohésion ? Ah non, ça porte. Même si on force sur la croute... Voyons voir ce qu'il y a dessous : mais, mais, mais, c'est de la poudre tassée !
Ouuuulalalala... Ca s'agite dans la tête, ne chantons pas victoire trop tôt, vérifions par un virage... Excellent ! Aller, encore un en appuyant bien : c'est tout bon !

  • Moquette de rêve !!! Attention c'est précieux, celui qui tombe ne monte pas au Cheval Noir :-)

600m d'excellent ski sur une belle pente continue à 30°, je n'en espérais pas tant !
Nous descendons jusqu'au chalet de la Platière, c'est bon jusqu'en bas. C'est déjà 12h30, il va falloir ne pas trainer si on veut descendre sous les lacs dans la combe S.

Benoit rattrappera les filles sous le sommet, les autres auront plus de retard, entre autre à cause de considérations glucidiques.

Seuls au sommet, tout le monde est descendu. Nous laissons les billes de glace prendre le soleil pour pouvoir profiter de toute la largeur du versant SW, le temps que certains sherpas se déchargent de leur surplu (gateaux, bouteilles, etc, ce sont des choses qui arrivent :-)
Il est 15h, il est temps de descendre. Lucio remet son bonnet, puis son casque. J'enlève mon bandeau... mais je garde les gants tout de même. Il va encore y avoir du contraste sur une pente ensoleillée :-)

Très bonne descente, malgré les billes mal dégelées sur les 20m du haut en rive gauche.
Après quelques hésitations, Benoit, Denis, Lucio et moi, nous nous laissons tentés par un bout de descente sous les lacs du Cheval Noir, sur des bouts de pentes menant à des replats. On s'arrête là ? Bon aller, encore une... Arrêt à 2300m, sauf pour Benoit qui s'offre 100m de plus.

Remontée au Col du Cheval Noir en essayant d'échapper à l'ombre qui commence à envahir le vallon.
La descente versant W (en fait WNW) est bien glacée et exposé au dessus de rochers : ça me refroidit un peu, je remets mon bandeau. Je remarquai la veille que les carres de mes "gros" skis, qui font aussi office de skis semi-cailloux, étaient bien émoussés. Je vais pouvoir juger sur pièce ! Ca tient quand même, mais les dérapages s'allongent après les virages. Je traverse pour chercher une zone orientée 2° de plus vers le S, mais ça ne suffit pas, ça reste glacé (étonnant ! :-). Par contre une zone présente de légère rigolles dues à la pluie, permettant une meilleure accroche des carres sur les "croupes" ainsi formées. Mais bon on ne se lache pas non plus !
De retour sur une pente moins raide, ça va mieux, et on trouve même qq contrepentes moquettisées entre les rochers. Benoit tente une traversée pour atteindre les pentes W au dessus du Lac Blanc : je ne le revois plus, ça doit passer :-) En effet, une traversée d'une croupe béton mène à qq hectares de belle moquette.
Sous le lac, c'est assez plat, et tout ce qui n'est pas WSW a déjà regelé (à 16h45). Nos visons le sommet de la piste remontée le matin, encore ensoleillée et à l'enneigement connu. La piste est encore skiable, pas trop de terre en restant sous les canons. Nous retrovons les autres qui ont préféré visiter d'autres pistes (pas facile, je ne suis plus habitué à chercher qqun parmi 50 skieurs), puis nous finissons la descente avec les derniers skieurs et les derniers rayons du soleil.

Suberbe journée, beau cadeau du Cheval Noir. Je craignais que sa cohabitation avec la Lauzière soit dommageable à la qualité de la neige du Grand Pic, mais finalement c'est elle qui a su lui apprendre les bonne manières, pour offrir de belles descentes aux visiteurs sachant se glisser entre le soleil et la neige :-)

Pour un enneigement miséreux dans de nombreuses vallées, après les pluies de l'avant veille et les nuages avec un iso stratosphérique de la veille, je ne m'attendais pas à de si bonnes descentes ! J'espérais bien de la moquette ou assimilée (en tout cas au moins que la croute de pluie dégèle), mais je n'avais pas pensé à de la moquette de rêve. 1100m de super moquette, + 700m de bon ski (dont la moitié sur piste il est vrai), ça va encore pour ce début de saison interminable.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de