Tours du Ruitor : Tour du Ruitor en 3 jours
20 - {{ '2017-08-22' | amDateFormat:"Do MMMM YYYY" }}

Tours du Ruitor : Tour du Ruitor en 3 jours
20 - {{ '2017-08-22' | amDateFormat:"Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

condition_rating: excellent

quality: draft

Rating

T3 

Access

hut_status: open_guarded

participants

participant_count: 1

pasinvité

route_description

Itinéraire du topo.
Sauf au col de la Sassière où j'ai visé le mauvais col (celui du milieu). Plutôt que redescendre versant français j'ai voulu descendre par ce col versant italien. En réalité j'ai du effectuer une traversée qui m'a ramené vers le bon col dans du terrain à chamois relativement exposé et très instable. Je déconseille.

weather and conditions


Beau temps stable ces 3 jours. A peine quelques cumulus le second jour. Un peu frais le premier jour, se réchauffant les 2 autres jours.


Col de la Sassière : très peu de névés même coté italien (ancien glacier encore reporté sur certaines cartes) où j'ai traversé un seul petit névé en haut (et encore évitable). Pierriers instables des deux cotés.
Forclaz du Bré : sec. Pierrier raide et très instable coté lac de Saint Grat.
Col de Planaval : très sec, névés rares et évitables. Chaos rocheux sur glace sous-jacente, extrêmement instable à la montée. Délicat.
Col du Tachuy : RAS.

timing

Jour 1 : départ vers 7h00 (?), arrivée au refuge degli Angeli vers 17h15. Bien que facile j'ai peiné et beaucoup traîné dans la dernière montée vers le refuge : arrêts multiples et même une petite sieste.
Jour 2 : 7h-18 h environ. Dont une demi heure à tenter puis renoncer à une traversée directe depuis les lacs de Morion vers le col de Planaval.Sinon la descente demande bien 3h jusqu'à Planaval.(interminable)
Jour 3 : 8h15-13h40

hut_comment

Refuge degli Agneli : bon accueil, bonne cuisine (c'était week end funghi...) mais presqu'un peu trop et pas tellement une ambiance refuge (ou alors c'est parce qu'on était très peu nombreux) Dortoirs confortables.
Refuge Deffeyes : on retrouve plus le coté refuge de montagne traditionnel et la cuisine simple mais bonne des refuges italiens (polenta et compagnie). En contrepartie, dortoirs plus traditionnels aussi (mais ils étaient loin d'être pleins). Bon accueil aussi et pas avares de conseils d'itinéraires.

personal comments

Magnifique tour commençant par deux étapes "de la mort". Je n'avais pas de certitude sur la première étape : passage du col de la Sassière, montée au Forcla du Bré puis comment rejoindre le sentier du refuge degli Agneli sans faire un gros détour depuis le Forcla du Bré.
Surpris par l'absence de marquage, et le peu de sente et cairn dans la montée (et la descente) de la Sassière que j'imaginais un peu plus fréquenté.
Encore plus surpris de l'absence totale de toute sente , marquage ou cairn dans la montée du Forcla du Bré! (j'avais une carte qui indiquait un chemin dans ce versant : je la déconseille : c'est celle de l'Istituto Geografico centrale au 1/25 000 (mouais) "Valsavarenche, Val di Rhêmes, Valgrisenche"). Pour la suite j'ai acheté une escursionista, C'est nettement plus précis (et moins faux...), presque au niveau des 1/25 000 de l'IGN.
Pour rejoindre le sentier du refuge degli Angeli depuis la descente du Forcla du Bré j'ai choisi une option raisonnable, qui fait quand même redescendre vers 2450 m. Il y a peut-être moyen de traverser plus haut dans les lacets sous le col. J'ai remarqué une sente partant en traversée sur une vire (vers 2750 m environ). il semblait envisageable de rejoindre ensuite le sommet d'une moraine à peu près à niveau pour rejoindre le sentier du refuge. Mais je ne voyais pas tout le passage. Vu depuis le versant opposé, du sentier du refuge, passage effectivement peut-être possible mais exposé (barres rocheuses en dessous) dans du terrain à chamois. Gain de temps pas forcément énorme non plus.
Globalement rassuré d'arriver sur ce sentier relativement tôt finalement. Le passage de la Forclaz du Bré ne plaira pas à tout le monde c'est certain : il faut vraiment aimer le caillou!

Le second jour, surpris par la longueur de la descente sur Planaval. Elle sape un peu le moral sachant ce qui attend après. Surpris par la difficulté du col de Planaval (uniquement sur la fin, le reste est un enchantement). Les conditions très sèches m'ont épargné le dilemme des crampons (que je n'avais pas pris), mais était-ce plus simple pour autant? Dans le genre croulant c'est encore un cran au-dessus de Forcla du Bré et ce ne sont pas que de petits blocs qui bougent; tout croule, même les plus gros blocs. Relativement inquiétant.

Le troisième jour est vraiment plus simple mais offre de superbes vues sur le versant italien du Mont Blanc et la traversée du très sauvage vallon de Bellecombe. Petit bémol avec la présence d'un patou en fin d'étape, vers la chapelle Saint Pierre, qui selon plusieurs randonneurs croisés vers le refuge du Ruitor, les a plus ou moins attaqués, du moins poursuivis en aboyant. L'un à cause de ses bâtons, l'autre à cause de son chien,.... Etonant quand même, à proximité d'un sentier fréquenté et facile menant à un refuge. Alors oui, peut-être qu'il n'a jamais mordu et ne mordra jamais personne. Peut-être....

Pour le reste itinéraire étonnamment peu fréquenté. Enfin, pas étonnant pour le Forcla du Bré ou la Sassière, mais la descente vers Planaval en croisant juste un trailer, surprenant. Beaucoup de monde localement : au lac de Saint Grat (très familial), vers le refuge Deffeyes, puis coté français du Tachuy de plus en plus de monde au fur et à mesure de la descente.

Pour le niveau de difficulté, comme précisé dans le topo, j'ai mis T3 parce que le Tour du Ruitor en 6 jours qui passe par le col de Planaval indique T3, et que c'est quand même ce passage qui m'a paru le plus délicat. Mais pour moi c'est un T3 bien mûr, l'étape 1 n'est pas simple non plus et la plupart du temps hors sentier. L'enchaînement des étapes 1 et 2 mériterait sans doute un T4, surtout si on tient compte de leur longueur (ce ne sont pas des étapes classiques, par rapport au Tour du Ruitor en 6 jours par exemple il faut rajouter à l'étape de Planaval, déjà jugée comme la plus difficile, la longue descente vers Planaval depuis degli Angeli).
Avis aux amateurs avertis! Il reste à tenter la traversée directe depuis degli Angeli vers le col de Planaval sans passer par la case Planaval (qui ceci dit est un charmant village, avec un petit hôtel bienvenu pour boire un coup après cette épuisante descente)

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de