Mont Blanc : Par les Grands Mulets - Arête N du Dôme
20 - {{ '2017-05-21' | amDateFormat:"Do MMMM YYYY" }}

Mont Blanc : Par les Grands Mulets - Arête N du Dôme
20 - {{ '2017-05-21' | amDateFormat:"Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: overcrowded

condition_rating: excellent

quality: great

Rating

3.2
AD

heights

elevation min/max : 2310 m / 4810 m

height_diff: +3106 m / -3091 m

Access

access_condition: snowy

lift_status: open

hut_status: open_guarded

snow

elevation_up_snow: 2300 m

elevation_down_snow: 2300 m

snow_quantity: excellent

snow_quality: excellent

glacier_rating: possible

avalanche_signs: recent_avalanche, natural_avalanche

participants

participant_count: 8

Carcharoth, FredBlabla, BP13, el_celtico_de_la_pampa, Olivier Morisot, le cousin de la Maurienne, Nico le traceur, Philippe

weather and conditions


1er jour, montée au refuge des Grands Mulets : relativement bouché malgré au peu de soleil, très chaud, ambiance "hammam" dans ces nuages!
2ème jour, sommet : tempête de ciel bleu et seulement un court passage un peu trop venté au niveau de Vallot. Pas de vent au sommet sinon.


Conditions physiques puisqu'il a fallu faire la trace sur toute la montée à l'exception de l'arête des Bosses. Ça doit certainement expliquer le temps de parcours assez important...!
Une descente formidable en revanche puisque sur une neige assez incroyable sur le haut, qui se dégradait ensuite, plus on est descendus, sous l'effet de la chaleur.

location | altitude | orientations soft snow total snow comment
Nord 4000-4800 30 cm Poudre 4 étoiles
Nord 3000-4000 30 cm Fraîche alourdie
Nord 2300-3000 10 cm Printemps

avalanches

Coulées de neige lourde sur toute la face Nord de l'Aiguille du midi, qui ont traversé la longue traversée de montée vers les Grands Mulets, avec des volumes parfois impressionnants.

timing

4h du Plan de l'Aiguille au refuge des Grands Mulets.
10h15 du refuge des Grands Mulets au sommet.
3h45 du sommet au Plan de l'Aiguille.

hut_comment

Très bien, bon accueil, bon service, rien à redire.

personal comments

https://vimeo.com/218685394

Un sacré beau hold-up!
Une sortie planifiée de longue date qui avait potentiellement peu de chances de se réaliser le jour dit qui se transforme en un coup de poker parfaitement réussi!
Premier Mont Blanc pour moi, j'en garderai forcément un excellent souvenir. Nous sommes 4 à être monté là-haut, il est probable que les conditions difficiles de la montée aient prématurément fatigué les organismes. Ceci étant, je suis personnellement monté là-haut plus à la force du mental que des jambes! Et particulièrement sur l'arête des Bosses où nous avons passé 3h!!!

:el celtico de la pampa :
Super groupe, costaud et solidaire, et conditions de neige fabuleuses bien que très éprouvantes
Génial : mon frère est allé au sommet, l'objectif est atteint...
A mon avis, les summiters peuvent chaleureusement remercier notre traceur fou, alias Nico (dont la réputation de machine d'endurance à toute épreuve n'a pas failli !!!! Quel phénomène ce Nico...) ainsi que son assistant Philippe.
Les ascensions se suivent et ne se ressemblent jamais : avec Jérémie, nous avons vécu un parcours très très différent de celui de 2014, où nous avions été au sommet. Pour ma part, ces moments passés dans la face Nord du Dôme, et particulièrement sur l'arête, furent magiques. Aucune trace, les pentes et l'arête vierges, tous seuls à l'avant à tracer, avec l'image de Nico et Tecnic'Ol à la manœuvre devant, au lever du soleil, dans les spindriffs, resteront gravés dans ma mémoire. Superbe !
Pour la descente du Dôme, faite de bonne heure par nous autres non summiters, ce fut un délice...pratiquement aucune trace et une neige fraîche absolument délicieuse. Et quel environnement : visuellement c'est complètement spectaculaire, envoutant !!!
Mais attention hein : le retour ensuite, du refuge au plan de l'aiguille, n'est pas négligeable en terme d'efforts. Finalement, pour moi, le mieux est de prévoir de redormir au refuge, si besoin...On fera comme ça la prochaine fois, qu'on soit plus emmerdé, et mieux libres de nos décisions.
Un périple à faire et à refaire, mythique et très marquant : c'est un autre monde là-haut...Rendez-vous l'année prochaine ! Je suis aux anges car Bernard est motivé : sans genou en convalescence et en étant entraîné, ce sera mieux ^___^
Viva El Monte Bianco

Merci à Artimuse pour son montage : comme d'habitude, c'est si bon de revivre ces moments grâce à lui !

Bruno
Tout d'abord, il me faut dire un grand merci à tous. Et surtout à Jérémie et à sa famille qui ont supportés à différents niveaux mon accablement du week-end. Notez que je m'en remet à peine, la semaine ayant suivie étant pénible aussi et surtout passée sans l'once d'une récupération.
Ensuite, je crois que je peux remercier le Mont Blanc, car c'est une drôle d'aventure qu'il m'a fait vivre. Je ne sais pas si ça vient de lui, de l'altitude, de la compagnie exceptionnelle, de mon état de forme ou de tous ces ingrédients mélangés mais le fait est que, l'expérience a été spéciale.
Je ne vais pas parodier Daudet, mais peut être que si... ça a été avant tout une cime intérieure. Sommet, pas sommet, j'ai produit un effort conséquent dans ce week end. A plat dés le vendredi soir, vidé après avoir vomi samedi matin, la montée en refuge fut un espèce de calvaire. Le mot est par trop chrétien mais il ne m'en vient pas d'autre. Les traversées, par temps chaud, en raquette et dans le brouillard, on fait mieux comme promenade de santé... déjà une entrée dans le royaume de l'introspection... Le lendemain, après une très courte nuit, un réveil affreux, la journée a été longue. Très longue... embrumé dans la nuit, je suis juste la corde devant moi, en essayant de garder un rythme qui me permette d'avancer... nous sommes juste devant avec Jérémie qui fait la trace ; avant d'être relayé par nos fusées Nicolas et Philippe. Cela ne change rien pour moi... je poursuis sur mon petit nuage, ou plutôt dans mon nuage, dans mon monde où l'on a du mal à respirer et à lever les jambes... Aucune possibilité de changer de rythme, pas moyen de penser à autre chose qu'aux raquettes à lever, qu'au piolet à planter... Bien que parfois l'esprit s'évade complètement ailleurs, dans un autre monde, à tel point que je me demande comment j'ai avancé à certains moments !
Enfin... petit à petit les maigres forces disparaissent et à la fin de l'arête, lorsque le soleil sort de sa tanière, il n'y a plus rien, plus rien que l'envie, et l'envie elle tire depuis déjà un long moment !
Jusqu'au col sous Vallot je force, je serre les dents, mais là, tout craque, la machine fait de l'huile, elle prend l'eau, c'est fini... les batteries sont à plat, le sommet est très loin, le bout est atteint ; mon sommet à moi, mon effort à moi, ma cime intérieure... faut penser à la descente :)

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • en
  • ca
  • eu
  • es
  • it