Gorges du Nan : Pastrou
{{ '2016-06-26' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Gorges du Nan : Pastrou
{{ '2016-06-26' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: quiet

condition_rating: excellent

quality: fine

Location

Rating

D+  
5c
    P2 

heights

elevation_max: 900 m

height_diff: +226 m / -279 m

participants

Renaud LAPIERRE, Thibault

weather and conditions


Nuageux.


Le rocher est bon à très bon, parfois très abrasif (picots). Attention cependant, certaines prises restent dans les mains.
Les pitons nous ont paru solides et judicieusement disposés (ni trop, ni trop peu), parfois difficiles à trouver. L'équipement m'a paru judicieux : aéré dans le 3 et le 4, resserré dans le 5 mais seulement quand la pose de protection est difficile. J'ai bien complété avec des friends et autres nuts.

timing

[u]Approche[/u] : 30 minutes (départ à 10h)
[u]Difficultés[/u] : 3h50 (attaque à 11h)
[u]Descente[/u] : 40m (début à 15h)
[u]Voiture - voiture[/u] : 5h45

personal comments

Gorges du Nan
Gorges du Nan

Bien sympathique journée d'escalade avec Thibault qui n'avait pas grimpé depuis une dizaine d'années. Nous cherchions une petite voie tranquille et pas trop longue pour démarrer la saison en douceur, ... autant dire que nous avons été agréablement surpris car tout nous a plu ... il a fallu un peu de détermination pour sortir la voie par le haut ! On n'est pas grand'chose.

C'est Thibault qui a trouvé le chemin du début, quasiment invisible de la route. La suite est à la fois courte et très physique. Il faut d'abord suivre la trouée dans la végétation, puis les marques rouges. C'est vraiment sauvage, on n'est pas vraiment sur un sentier. Il n'y a personne, pourtant il doit y avoir pas mal de passage dans le coin. La progression est assez lente vu la configuration accidentée des lieux. Arrivé au pied de la voie, spectacle ! Belle ambiance que cette arche. On passe un certain temps à s'équiper, et moi encore plus à définir par où j'attaque.

L1 : en fait il faut bien grimper au-dessus du nom de la voie, c'est là que sont les (deux premiers) clous. Je sors à la lumière, passe un peu de temps à chercher la suite. Il y a un beau mur orange pleins de prises à droite d'un spit après 2 pitons, j'opte pour cette solution qui ne permet pas de sortir. Empêché de retraverser à gauche, je désescalade et repasse au bon endroit pour enfin rejoindre R1. Je me suis bien employé pour du 4c. La suite risque de ne pas être fluide. Des nuages sombres passent au-dessus, petite baisse de moral...
L2 : mais que c'est raide ! Herbu, aussi. Je trouve le relais de rappel et pars à droite sur la vire. J'ajoute un coinceur dans la montée puis un friend dans la traversée pour Thibault. La vire de R2 est très confortable, je fais relais sur l'arbre à quelque mètre à gauche de l'écaille. La suite a l'air bien fracturée, ça devrait le faire.
L3 : je passe un peu de temps à poser mon nut dans la grosse fissure de l'écaille (il faut bien s'amuser / s'entraîner un peu !) et c'est parti. Le début est joli, assez fin. Je rejoins l'arbre au dessus de R2. Là, c'est bien corsé, je fais 2 pauses en tension avant de passer le surplomb. Le piton tient, mais qu'il est vieux ! Je sors, mais le passage m'a bien entamé. La suite est toujours raide, et je ne vois aucun point : court passage à vide. Finalement, je trouve un clou, et ça repart. C'est vraiment joli, ça grimpe bien. Je place un autre nut pour diminuer l'écart entre 2 pitons, et je parviens à R3, content ! Là, c'est vraiment plein gaz, mais confortable. La longueur est bien verticale. Thibault me rejoint.
L4 : une traversée très jolie, bien fine. Pas trop difficile, mais quel gaz là encore ! Je pose un câblé au départ, puis une sangle, sur une écaille géante. Je rate un piton, continue à l'horizontale, lentement. Un petit passage fin en descente, je vois que mon dernier point est bien, loin, le suivant invisible.. "M....!" au aucune fissure à proximité. Re-passage à vide. Juste au moment où je me désespère, je me rends compte que le piton est pile devant moi. Ca repart après une belle écaille géante (encore) sur laquelle je me refuse à tirer trop fort, je rejoint le relais. Comme le précédent, il est bien gazeux, la plateforme en moins. Thibault effectue la traversée à son tour.
L5 : encore une jolie longueur, la dernière qui grimpe. Maintenant on est plus légers, on sait que ça va passer ! C'est que du plaisir.
L6 : un joli boyaux bien raide mais facile, un dernier passage sympa.

Le topo C2C nous a semblé bon, j'ai rajouté quelques précisions tout au plus. Les difficultés et la longueur modestes de la voie nous ont un peu joué des tours. En réalité, ça grimpe bien tout du long. Bref, à ne pas prendre à la légère. Quelle verticalité pour une difficulté modeste. Nous avons grimpé assez lentement : manœuvres au relais, recherche de l'itinéraire et pitons et pose de protections !

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • es
  • eu
  • it
  • ca
  • de
  • en