Dôme de Neige des Écrins : Versant NE - depuis la Bérarde
{{ '2004-05-16' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Dôme de Neige des Écrins : Versant NE - depuis la Bérarde
{{ '2004-05-16' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

quality: medium

Rating

4.3
D+

heights

height_diff_up: 2300 m

Access

access_condition: cleared

snow

elevation_up_snow: 2000 m

elevation_down_snow: 2000 m

glacier_rating: easy

participants

Frédéric Bunoz, P'tit Bouchon, Olivier Bernard, Jerome Nebon, foudeforet, Jean-Pierre, Denis, Christian

weather and conditions


Grand beau les 2 jours


Nous avons campé au Col des Ecrins.

Vallon de Bonnepierre :
Chaussage à 2000m sur un culot d'avanlanche, là où le sentier se rapproche du torrent.
Croute de 5-8cm sur pourrie (neige fraiche pas encore bien tassée).
Croute portante jusqu'à 3-5cm de revenue, cassante si plus revenue.
Belle moquette de 3000m à 2600m, collante en dessous.
Ca a purgé dans toutes les pentes, même plein N, mais il en reste. A noté, une grosse plaque de 2m d'épaisseur et 70m de large est partie 20m au dessus de la rimaye (dans le bas des pentes raides) sous des rochers entre le Col de Bonnepierre et le Col du Flambeau.

Col des Ecrins versant W :
3-4 goulottes de purges à traverser, pas profondes mais croute béton: pointes avant et piolet lame.
Sinon croute cassante à pied sur pourrie regelée peu tassée et avec peu de cohésion: on enfonce le pied, parfois plus, mais les marches ne supportent pas beaucoup de passages.
Sortie: goulotte peu enneigée (moins d'1m de large), 20cm sur glace ou rocher, rocher apparent, 3m de glace au milieu.
Nous avons rejoint le cable avant la partie en glace, puis sortie par le cable.
Le cable est entièrement découvert dans la partie goulotte, mais au départ il s'atteint par 3m de rocher.
Descente par le cable sur 10m puis un rappel de 30m.

Dôme des Ecrins :
Montée par le passage au centre du glacier. Ca passe aussi à droite des séracs du bas, mais expo au séracs du haut (pas de trace ce jour). La face N du Dôme est à moitié en glace (toute la partie la plus raide).
Poudre tassée/frittée au dessus de la rimaye.
La rimaye passait bien, mais ça se dégradait à vue d'oeil avec les passages...
30cm de poudre tassée de la rimaye à 3700m.
Croute cassante sur 30cm de poudre tassée de 3700m à 3300m.
De la vraie poudre sur une vraie pente (pas la traversée), il y en avait moins de 200m (rectificatif des autres sorties !).
Mais selon ses skis, et avec les nombreux passages, une pente croutée dont la majorité de la croute est cassée est finalement bien skiable :-)

Barre des Ecrins :
La rimaye est surplombante sur toute la largeur de la barre, l'accès le plus simple est par le Pic Lory.
La face N est composée d'un tiers de glace, d'un tiers de neige, d'un tiers de rochers, et d'un dernier petit tiers de mixte foireux, mélangez le tout, étallez le mélange sur 120m de dénivellé, portez le à près de 50°, et voilà de quoi passer quelques heures mémorables à plus de 4000m pour même pas 6 longueurs :-)

timing

6h le 1er jour, 7h30 le 2nd

access_comment

[u]Remontees mecaniques :[/u] Pas besoin pour que ce soit une piste !

personal comments

Montée dans le Vallon de Bonnepierre derrière 4-5 personnes parties pour la Brèche de la Somme, nous resterons entre nous vu notre rythme de poids lourd :-)
Arrivés au pied de la face NW du Dôme, nous ne sommes pas accueillis par une chute de séracs, c'est bon signe !
10h30, nous chaussons les crampons, bon, ya 250m, ça devrait être vite fait... et on pourra peut être s'offrir Barre Noire en guise de sieste :-)
2h plus tard, nous sommes toujours en train de tirer au cable et de grattonner le rocher en crampons, avec des sacs de 15kg (voire beaucoup plus pour certains :-) ce n'est pas des plus rapides...
Pffff... je préfère un couloir de neige AD que ce PD là !

Au col, l'altitude se fait un peu sentir, priorité à la fabrication d'eau avant la sieste...
Nous nous installons luxueusement avec table collective, bancs, cuisine, four solaire... Olivier et Benoit logent en igloo ***, c'est un peu le camps de base !
Il est déjà temps de préparer le repas du soir, pas de sieste en fin de compte.
Nous nous couchons, mais difficile de s'endormir avec cette vue sur le coucher de soleil sur la Barre.

Nuit assez reposante, mais le vent traversant le col se faisait entendre et laissait échapper quelques rafales qui venaient agiter les tentes: Christian et Denis ont ainsi reçu plusieurs pluies de givre qui s'était formé à l'intérieur. Par contre, à 4 dans notre tente de 3,5, il n'a pas gelé (même pas la pipette, c'est dire s'il faisait chaud !).

Le lendemain, départ 6h30, nous montons sur la congère de 5m qui nous cache le plat du glacier, d'où nous découvrons les 80 personnes parties du ou des refuges !! Le fantôme de Madame Carle n'est pas bien effrayant visiblement...
5 gars dans le couloir N de Barre Noire, ils vont vite: soit ils torchent, soit ils ne brassent pas, donc ce ne serait pas trop en poudre, ce qui se révèlera être le cas, nous ne regrettons pas d'avoir loupé la sieste la veille :-)
Bon, faut bien y aller, on fonce dans le tas. Un peu le bordel au début, puis ça s'étale. On rencontre des potes, dans tout ce monde ce n'est pas étonnant.
On déchausse pour la rimaye, 10m à pied les skis à la main puis on remet les skis pour le sommet. Dire qu'il y a moins d'un mois le dôme était entièrement en glace au dessus de la rimaye et l'itinéraire était tout juste enneigé, la glace dominait dans le reste du versant !

Descente sans problème sur la piste du Dôme... J'ai quand même réussi à faire ma trace sur quelques godilles en passant tout de suite sous les séracs après la traversée. Belle poudre au pied de belles tranches de séracs ! Expo a priori, mais je les avais conditionnés à la montée: "Bon, vous me laissez passer, je fais une trace de descente tranquille, et vous n'aurez plus qu'à attendre le groupe de douze qui suivra une heure plus tard, c'est plus nourrissant qu'un gars comme moi". Je ne sais pas s'ils ont pu se rassasier, mais j'ai pu passer sans encombre :-) (En fait la négociation est plus sommaire avec ces gros blocs pas toujours très fins: "Toi, tu bouges pas ou je t'e...... !").

Retour au col, on plie tout et c'est parti pour 2h de descente du col en style himalayen: cable, rappel, corde fixe dans la pente de neige... mais ça va quand même plus vite comme ça avec cette neige et ces sacs ! D'ailleurs nous n'avons fait que 100m sur corde, alors que la dizaine de militaires qui montaient au col ont tout équipé à la limite du rocher en rive droite sur 250m. Ce qui n'est pas plus mal pour traverser des pentes raides en neige foireuse et éviter ainsi de se balancer des blocs de croute sur la tête (et surtout sur les épaules et les bras !).
En récompense, une belle moquette sur le Glacier de Bonnepierre, déserté à cette heure.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de