Lukla - phakding
{{ '2014-10-22' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Lukla - phakding
{{ '2014-10-22' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: some

condition_rating: excellent

quality: medium

Location

Rating

T2 

heights

elevation_max: 2800 m

elevation_access: 2610 m

participants

jpj21, lydie

weather and conditions


grand beau


chemins très bien tracés

timing

13h 15h

personal comments

Ça y est nous y sommes. Le 19 octobre 2014 est enfin arrivé. Nous prenons l’avions à Paris ce soir, direction le népal et plus particulièrement la vallée du kumbu
Après de nombreuses recherches sur internet, le parcours est arrêté. Ça sera les trois cols ( ranjo pass, chola pass et kongma la) et quelques sommets et variantes.
Nous suivons depuis quelques semaines la météo et le climat politique népalais. : les 2 peuvent se dégrader rapidement.
Nous apprenons quelques jours avant notre départ la tragédie du tour des annapurna. La liste des victimes ne cesse d’augmenter. J’ai fait ce tour il y a 2 ans et ça parait inimaginable qu’il puisse avoir autant de morts sur ce trek si fréquenté sans grande difficulté.
Tous les treks sont annulés ou stoppés dans cette région. Nous n’avons pas de renseignement concernant la région de l’éverest. Nous verrons bien mais nous nous posons plein de questions. Serons nous autorisé à partir faire notre trek. Nous partons en couple sans guide ni porteur.

Après une nuit dans l’avion agrémenté de sudoku, de micro sommeil, de films et de gesticulations pour éviter d’être complètement ankylosé, de 3 heures de transit à delhi, nous arrivons enfin à katmandou.
Les vols se sont bien passés malgré des plateaux repas typé ‘indien’. Nous n’avons pas vu grand-chose en arrivant sur katmandou depuis l’avion. La pollution et les nuages nous ont privés de la vue sur l’immalaya. Il ni a qu’à l’atterrissage que nous découvrons des rizières et cette ville aux petits immeubles de 3 ou 4 étages aux couleurs chatoyantes qui grignote la campagne. Nos sacs sont là. Il ne nous reste plus qu’à trouver un hôtel. Direction thamel, le quartier touristique et ces magasins de contrefaçon. Rien de bien original.
Nous montons dans un taxi après avoir négocié le prix. Coutume locale. Et dès la sortie de l’aéroport c’est le choc. La ville grouille et c’est un concert de klaxon qui nous emmène à thamel. Il y a de plus en plus de voiture à katmandou et la circulation est vraiment difficile et il ni a pas vraiment de code de la route. Tout le monde force le passage en klaxonnant mais pas d’accrochage. Nous arrivons sans encombre à notre hotel.

Pas de temps à perdre. Il nous faut des billets d’avions pour aller à lukla. Une personne de l’hotel s’en charge. il a soit disant un cousin ou un frère qui travaille à yéti airline. Il part avec 340 euros en nous disant « no problem, no problem  ». Ils sont tous frères ou cousins dans le business du trek.
Mais effectivement nous aurons nos billets aller-retour le mardi soir. Ouf. On s’inquiétait un peu. Nous pensions décoller le mercredi matin. Finalement « no problem »
Le temps de faire un ou deux achats de dernière minute et la nuit tombe. Une assiette de nouille et une bouteille de gorka(bière locale) et nous allons nous coucher. Le sommeil n’est pas au rdv malgré la fatigue. Le décalage horaire et l’excitation y sont surement pour quelque chose.

Mardi 21 octobre
Après une petite nuit et un petit dèj black tee et oeuf sur la plat ( ça ne sera pas le dernier) ils nous faut aller chercher nos permis de trek (TIMS – 2000 roupies) au ministère du tourisme et cela peut prendre plusieurs heures s’il y a du monde. Nous y allons à pieds ce qui nous fait découvrir un peu katmandou. nous rencontrons beaucoup de mendiant, de gens mutilés et de miséreux sur le chemin. Le népal est vraiment un des pays les plus pauvres du monde.
Nous obtenons rapidement nos permis. Il ni avait personne au ministère. La tragédie des annapurnas aurait elle fait fuir les trekeurs ?
Cela nous laisse le temps de trainer dans thamel, d’observer cette fourmilière. Un repas léger dans un bon petit resto et nous essayons de faire une petite sieste. Il faut qu’on soit en forme, car demain lever 5h30 pour un vol pour lukla( apparemment un des aéroports les plus dangereux du monde). La fin de journée se passe tranquillement. Nous sommes un peu déconnecté. Toujours pas remis du décalage horaire et de la nuit blanche dans l’avion.

Mercredi 22 octobre
C’est aujourd’hui que commence vraiment le trek. Peur de se rater, peur que l’avion ne décolle pas et excitation ont un peu perturbé la nuit. Petit déj rapide et on saute dans un taxi réservé la veille directement dans la rue. 30 mn de taxi klaxon et nous voilà à l’aéroport
Là, c’est un peu la guerre. Les groupes avec guide et agence passent en priorité, suivi de ceux qui n’ont pas pu décoller la veille pour cause d’orage. Il faut se frayer un passage jusqu’au guichet mais voyant que nous sommes seuls ils nous ignorent complètement. On finit par avoir un chiffre sur notre feuille d’envol puis quelqu’un passe, nous le raye pour nous en mettre un autre. On comprend pas trop mais nous sommes confiants. Finalement au bout de 2 heures quelqu’un crie «  twelve ». Ah c’est nous. no problem.
On embarque dans le coucou. Il ni a que douze place. 45mn de vol et un petit passage à + de 4000m et nous apercevons la piste de l’aéroport de lukla. Piste de bitume pas très large et surtout pas très longue inclinée à 15%.oups. Encore une fois. no problem. On récupère nos sacs et nous pouvons commencer le trek .quelques porteurs ou guides nous déconseillent de partir seul en nous rappelant ce qui est arrivé aux annapurnas . Qu’importe nous partons, nous tenons une forme d’escargot agonisant. Ça commence bien. La vue est tout de suite magnifique. Le sentier traverse lukla, possibilité de faire ces derniers achats, et s’enfonce dans la vallée. Nous croisons des marcheurs sur le retour plus ou moins vaillant, des colonnes de mulets et de yacks et de nombreux porteurs ; soit pour des agences de trecks ; ceux là portent 20 kg, soit pour gagner de quoi vivre ; ceux-ci portent jusqu’à 100kg. C’est impressionnant mais j’ai mal pour eux. Il fait frais, la montagne est belle, la météo est bonne. Nous traversons quelques villages fleuris et c’est l’arrivée à phading. 2h de marche auront suffis pour ce premier jour. Nous prenons le premier lodge qui se présente . Nous sommes pas jolis à voir. Fatigue et légère nausée nous coupe l’appétit. Nous ne tardons pas à aller nous coucher après un repas frugâle pris à la bougie.(panne de courant)

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca