Tour du Mont Blanc : Tour "classique" en VTT
{{ '2015-09-03' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Tour du Mont Blanc : Tour "classique" en VTT
{{ '2015-09-03' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Elevation profile

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: crowded

condition_rating: good

quality: medium

Download track as

heights

elevation min/max : 588 m / 2663 m

elevation_access: 580 m

height_diff: +9300 m / -9300 m

length_total: 170.897 km

Access

public_transport: yes

access_condition: cleared

hut_status: open_guarded

participants

Katana_74, JB 74, giloux, Lionel

route_description

TMB en VTT. Nous avons réaliser la boucle dans le sens anti-horaire. Habitant la vallée, nous avons rejoint le point de départ, le Fayet, par le train au départ de Cluses ou de Magland.

Jour 1 : Le Fayet - Refuge du Bonhomme

Via Saint Gervais, Les contamines, Notre Dame de la Gorge.

Distance = 28.2 km ; 2182 D+ / 295 D-

Jour 2 : Refuge du Bonhomme - Refuge Bonatti (It)

Via col des Fours, Col de la Seigne, Lac de Checroui, Courmayeur, Refuge Bertone.

Distance = 47.6 km ; 2630 D+ / 3045 D-

Jour 3 : Refuge Bonatti (It) - Trient (Ch)

Via grand col Ferret, Refuge Lechere, Praz de fort, Champex, Bovine.

Distance = 53 km ; 2413 D+ / 3165 D-

Jour 4 : Trient (Ch) - Le Fayet

Via col des Posettes, le Tour, Chamonix, Les Houches, col de la Forclaz

Distance = 52.8 km ; 2143 D+ / 2767 D-

weather and conditions


Jour 1 : Nuage bas et brouillard a partir de 2300 m. Pas de pluie.

Jour 2 : Grand beau temps.

Jour 3 : Pluie à partir de 9h puis neige et vent au grand col Ferret. Couvert mais sans précipitation dans le val Ferret suisse. Retour de la pluie à Champex jusqu'à la fin de l'étape.

Jour 4 : Grand beau temps. Se couvrant en fin d'étape.


Sentiers très fréquentés donc très propre. Les sentiers étaient encore sec de l'été malgré la pluie du 1er et 3ème jour.

timing

Départ par le train de 7h37 à Cluses le 03/09/2015
Retour par le train depuis le Fayet à 18h04 le 06/09/2015

Premier coup de pédale vers 8h30 tous les jours. Fin de journée à 15h pour la première étape. 18h30 pour les 2 suivantes et 17h30 pour la dernière.

access_comment

Pensez à demander au chef de gare où se situe le wagon avec l'emplacement pour les vélos.

Des trains entre la vallée et Le Fayet toutes les heures. Possibilité de partir depuis Annecy.

hut_comment

Refuge du Bonhomme :

Refuge archi-complet. Par chance, on nous propose de dormir dans la yourte. Une très bonne nuit au calme donc. Service et repas au top après une bonne journée d'effort. Douche froide et en nombre restreint mais on est quand même à 2500 m d'altitude.

Refuge Bonatti :

Refuge qui ressemble plus à un bon hôtel. Douche chaude, service au top, lit avec sommier. A recommander.

Auberge Mont-Blanc (Trient) :

Accueil froid mais fondue à la tomate vraiment excellente.

personal comments

Après une longue attente à peaufiner le TMB MTB 2015 (comprendre Tour du Mont-Blanc en Mountain Bike) le jour du 3 septembre est enfin arrivé. L'incertitude due aux conditions météo est levée et malgré le risque de quelques gouttes pendant la boucle nous partons. Départ de Thyez avec Gilles pour rejoindre Lionel qui nous attends à la gare de Cluses. Juste le temps de prendre nos billets et nous voila dans le train qui nous mènera au début de l'aventure. Guillaume nous retrouve à Magland pour terminer l'équipe. Nous sommes donc 4 pour 4 jours de vélo autour du Mont Blanc ; Gilles, Guillaume, Lionel et moi même, JB.

La première étape commence sur le quai de la gare du Fayet. Le but de la journée est de rejoindre le refuge du Bonhomme. Le projet initial était de descendre après le refuge mais les Chapieux et les Mottets étaient complet. Cela va donc faire une mise en jambes aujourd'hui et une grosse étape le lendemain. On prend notre temps car nous ne sommes pas pressés et que les averses ne sont annoncées qu'en fin d'après-midi. La remontée du val Montjoie se passe bien sur du bon sentier ou de la piste. Seuls quelques coups de cul demandent d'appuyer plus fort sur les pédales. Assez vite, nous sommes au pied de la voie romaine. Le terrain est sec et même si c'est raide, ça monte pas mal sur le vélo. Arrivée à Balme, on fait une pause casse-croute avant d'affronter le brouillard pour rejoindre le col de la croix du Bonhomme. A partir du Tumulus, le sentier est plus difficile à vélo et nous sommes souvent obligés de mettre le pied à terre pour continuer. On arrive au col et l'on prend une photo avant de continuer en direction du refuge. La traversée entre le col et le refuge n'est pas très agréable car très peu roulante. Le vélo se retrouve alors sur nos épaules. 45 min plus tard, c'est dans un brouillard à couper au couteau que l'on attaque la très courte descente sur le refuge. On va s'annoncer et on nous explique que c'est plus que plein donc que l'on dormira dans la yourte. Pas de problème pour nous, ça nous évite la cohue des dortoirs. Le reste de l'après-midi est occupé par des parties de Scrabbles, douche froide et massage afin d'être au top pour la journée du lendemain, d'autant qu'elle s'annonce longue.

Le lendemain, on débarque dans la salle à manger pour prendre le petit déjeuner. Il est 7h10 et le petit déj était annoncé à partir de 7h. Pourtant, tous les marcheurs sont déjà prêt à se lancer à l’assaut des sentiers. On ne comprends pas trop, mais on profite de l'espace disponible pour prendre des forces avant de retrouver nos vélos. 8h30, premiers coups de pédales direction le col des Fours. On profite du soleil au col car à l'ombre, l'herbe est encore gelée. Vient le temps de se lancer dans la première descente du tour. Ça reste assez raide et technique sur les 500 premiers mètres de dénivelé mais c'est un délice de doubler tous nos prédécesseurs à pied presque sans effort. Arrivée à la Ville des Glaciers, on fait une pause barres et on profite de la chaleur retrouvée pour enlever une ou deux couches. La suite passe par le col de la Seigne, frontière entre la France et l'Italie. Si vous avez des jambes, vous ferez peut-être comme notre "Marco Pantani", c'est à dire tout sur le vélo. Pour les autres, c'est un poussage facile d'une heure jusqu'au cairn frontière. La descente coté Italien est au top. Sentier joueur et propre puis piste jusqu'au refuge Elisabetta puis au lac Combal. Juste après le lac, on prend à droite pour rejoindre le lac Checrouit. Après une bonne grimpette, on retrouve un très bon sentier à flancs de coteaux jusqu'à Maison Vieille. La suite de la descente est moins drôle sur une piste de ski en cours de travaux avec des bulldozers et une piste poussiéreuse jusqu'à Courmayeur. A courmayeur, on hésite. Est-ce qu'on attend l'ouverture de la supérette ou est-ce qu'on continue ? Comme la route est encore longue et que l'heure tourne, on continue. La montée jusqu'au refuge Bertone est abo. D'abord c'est une route puis une piste très raide pour sortir de Courmayeur puis un sentier pas roulant du tout avec à la clé un portage d'une heure et demi. C'est rincé que l'on arrive au refuge. On se remet en selle et on profite du très bon sentier en balcons jusqu'au refuge Bonatti. Plutôt qu'un refuge, c'est un hôtel à 2000m d'altitude. Tout est au top : l’accueil, les douches chaudes, le repas, les lits. C'est un plaisir immense après une belle et grosse journée.

Au matin du 3ème jour, nous sommes toujours en retard sur les marcheurs au petit déj, mais l'étape doit être plus courte qu'hier. Le chemin du TMB reprend juste derrière le refuge et commence par une petite grimpette pour se réchauffer. Toujours sur le sentier en balcon, on évolue d'abord à flancs de coteaux puis une descente courte nous pose au pied de la piste qui monte au refuge Elena et aussi sous la pluie. Pour couronner le tout, on a le vent de face. Heureusement, les épingles nous permettent une fois sur deux d'avoir le vent dans le dos. Au niveau du refuge, on ne traine pas et on enchaine sur la suite de la montée dans le nuage car il fait plutôt froid. Sous le grand col Ferret, la pluie fait place à la neige. C'est frigorifiés que l'on rejoint le col et que l'on attaque la descente côté Suisse. Ce qui devait être une des plus belles descentes du tour se transforme en lutte contre le froid. On fait des pauses courtes mais nombreuses pour récupérer nos doigts si important pour freiner. A la Peule, on sort du nuage et la pluie est moins forte. Une longue traversée avec de nombreux passages non-roulables car très expo nous emmène jusqu'à Plampro d'où une descente part sur la Fouly. Au village, on fait une pause dans un resto histoire de se réchauffer. Après une bonne heure au chaud, il est d'autant plus difficile de repartir mais la pluie a cessée pour laisser place à un très timide soleil. Il nous accompagnera sur toute la descente du val Ferret Suisse. Dans la montée à Champex lac, la pluie fait son grand retour. La courte descente jusqu'au pied de la dernière bosse de la journée suffi à nous tremper jusqu'à l'os. La montée de Bovine est encore une belle épreuve car raide et très peu roulante. Heureusement, à l'arrivée dans les alpages, la pente est plus douce, la pluie cesse et l'idée de déguster une fondue à la tomate commandée par Petit Biquet qui nous a rejoint sur le tour nous motives pour finir. La descente de Portalo sur Trient est un grand moment de VTT, c'est technique, raide et vraiment au top. Alors on se fait plaisir car maintenant, la fin de l'étape et la douche chaude sont proche.

Ce matin, démarrage à 5 et sur la route mais seulement jusqu'à Tête noire. Petit biquet continue jusqu'à la frontière à Barberine pendant que l'équipe du TMB MTB 2015 prend de la hauteur en direction du col des Posettes. On se perd un peu malgré le GPS et on arrive au plan des Reines au dessus du col. On profite de la vue sur le massif du Mont Blanc qui est vraiment magnifique depuis notre observatoire et qui contraste tellement avec la minéralité du massif des Aiguilles Rouges. On attaque la descente en direction du col. L'idée était ensuite de prendre la crête des Posettes pour redescendre sur le Tour. Malheureusement, le sentier est interdit au vélo. Demi tour donc et direction les pistes de DH du Tour. C'est tout de même bien fun ces sentiers avec tous ces virages relevés. Au Tour, on rejoint les petits balcons nord jusqu'à Argentière. Lionel profite de la descente technique après le Planet pour tester les soleils dans les cailloux et les chutes sur la voie ferrée. A Argentière, on change de côté pour rejoindre les petits balcons sud. Arrivée à Chamonix, les estomacs crient famine. Arrêt obligatoire à l'Annexe pour déguster un bon Burger. La suite des petits balcons sud est tranquille et permet une digestion en douceur. Aux Houches, on traverse encore une fois l'Arve et on monte au col de la Forclaz. Au col, on regarde l'heure. Il est 17h. Un train vient donc de partir et le suivant est à 18h. Alors on ne traine pas et on attaque la descente à fond. Elle est d'abord douce puis devient raide à très raide sur une piste avec des petits cailloux. Les virages passent tout en glisse, les disques de frein chauffent. Il est nécessaire de faire des pauses régulières pour les refroidir. A chaque pause, une forte odeur de brulée nous prend les narines mais seulement 25 minutes plus tard, nous sommes 1000 m plus bas dans le hall de la gare du Fayet. La boucle est bouclée.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca