Cima della Madonna : Spigolo del Velo
{{ '2014-07-04' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Cima della Madonna : Spigolo del Velo
{{ '2014-07-04' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: some

condition_rating: good

quality: medium

Rating

TD-     II 

heights

elevation_max: 2733 m

height_diff_up: 400 m

participants

BertrandSemelet, Agnès, Michel W, Daniel M (guide). Une autre cordée d'Allemands derrière nous...sans crampons/piolet, on ne les a plus jamais vus !

weather and conditions


Jeudi 3 (voyage + montée en cabane) grand beau lumineux du matin au soir, chose bien rare dans les Dolos en été ! Vendredi 4 météo plus classique, beau le matin puis pas mal de cumulus (jamais menaçants) en alternance avec des éclaircies. Très doux (iso 0° à 4000m, bien agréable car on grimpe tout le temps à l'ombre !) mais fort vent de SW dans les zones exposées.


Encore de gros névés dans les couloirs de descente, crampons-piolet (alu) indispensables ! Sinon les rares spits ont été démontés, protection uniquement sur (vieux) pitons + lunules / coinceurs. Relais sont parfois à renforcer...on a été un peu surpris de voir que même dans cette immense classique des Dolomites, le terrain d'aventure garde toute sa signification.

Plutôt que de remonter le fil du 1er pilier, nous avons emprunté la voie originale par la cheminée de droite qui débouche à la brèche. Pas forcément l'idée du siècle : la cotation est apparemment la même (V+), mais c'est du V+ à l'ancienne en coincement dans un boyau lisse et déversant exigeant de grimper sans sac. Bref 1h30 de gros baston, dont 45mn à tenter d'aider Agnès pendue dans le vide, qui tentait en vain de nous expliquer comment l'aider en hurlant pour couvrir les rafales de vent...heureusement que Michel avait de solides notions de mouflage...Le tout n'était pas entièrement de sa faute d'ailleurs, la corde clippée à l'intérieur de la cheminée s'était vrillée au point de coincer dans la dégaine, l'autre corde clippée sur le point suivant la tirait vers le vide à l'extérieur de la cheminée...moralité il vaut parfois mieux clipper les 2 brins ensemble même sur des pitons douteux ! J'ai grelotté au relais (stratégiquement situé dans une brèche étroite canalisant le vent) comme rarement dans ma vie...Moralité bis : cette variante originale (que personne ne semble plus emprunter) est vraiment à déconseiller sauf aux amateurs de renfougne teigneuse et exposée.

timing

Dep refuge 7h40, attaque 8h30, sommet 14h, retour refuge 16h45/17h, parking 18h30.

access_comment

7h de route de Berne à San Martino di Castrozza. La piste d'accès au parking sous le refuge a été très abimée par l'hiver incroyablement neigeux ayant sévi dans les Dolos, elle est complètement défoncée et limite à parcourir avec un véhicule normal.

hut_comment

Accueil adorable, gastronomie gouteuse et roborative, gardien compétent, confort douillet, 40 EUR pp en 1/2 pension, que demander de plus...ah oui, d'avoir des refuges comme ça chez nous ?

personal comments

Démarrage en fanfare de notre brève campagne Dolomites 2014. Plus on y va plus cette région nous aimante malgré les 7h de route pour y accéder. Tous les séjours précédents étaient cela dit restés axés sur le ski de rando ou la montagne en famille et on n'y avait au final plus grimpé depuis une éternité. J'avais eu l'occasion dans une vie antérieure d'arpenter un grand nombre de classiques dolomitiques (que je serais d'ailleurs bien incapable de refaire aujourd'hui !), mais le massif des Pale di San Martino était pour moi la dernière tâche blanche des Dolos. Les Pale sont réputées autant pour leur rocher exceptionnel que pour leur climat capricieux - c'est la zone la plus proche de l'Adriatique et la nebbia a vite fait d'envelopper les sommets dès que le soleil monte un peu.

Selon notre guide Daniel, immense connaisseur des lieux, les 3 plus belles voies des Pale dans un registre accessible sont la Fissure Buhl à la Cima Canali (un peu indigeste quand même pour nous), la Wiessner Kees sur l'éperon W du Sass d'Ortiga (que nous gravirons le lendemain) et bien sûr le légendaire Spigolo del Velo. Difficile d'être déçu : excepté l'horrible variante de la cheminée (cf conditions), 12 longueurs d'un rocher incroyablement sculpté où on se promène en plein vide en attrappant une poignée de valise après l'autre, le grip est parfait, quasiment pas une once de patine malgré la fréquentation, rien ne bouge. Seul gros bémol ; l'exposition NNW fait qu'on grimpe toute le temps à l'ombre (dès que le soleil pointe son nez vers midi, les cumulus ponctuels au RV se chargent rapidement de calmer ses ardeurs...).

Nuit suivante à Fiera di Primiero avant une autre longue journée le lendemain sur le Sass d'Ortiga, plus facile, au rocher presque encore plus sculpté, mais toujours autant à l'ombre !

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • en
  • it
  • ca
  • es
  • eu