Grand Astazou : Couloir Oublié
{{ '2014-04-19' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Grand Astazou : Couloir Oublié
{{ '2014-04-19' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

quality: medium

Rating

AD+     III 

heights

elevation_max: 3071 m

elevation_access: 2270 m

height_diff_up: 1100 m

participants

FMJ, Jean Noyès

weather and conditions


Effet de foehn le matin avec pas mal de vent sur les crêtes puis tempête de ciel bleu en cours de mâtinée.


Ce couloir me faisait de l'oeil depuis de nombreuses années, .... presque vingt ans ! Et ce n'est pas la paire de buts que j'y ai déjà pris (mauvaises conditions, départ trop tardif) qui risquait d'en atténuer l'attrait. Son éloignement, la muraille d'Estaubé, sa ligne, son nom mystérieux, sa faible fréquentation, tout concourt à l'entourer d'une aura particulière. Ce coup-ci, décision fut prise de s'y rendre pour ce printemps. Sur les indications de maître Eric (qui m'a envoyé une photo du couloir prise la veille, on peut difficilement faire mieux en terme d'info actualisée ...), nous prenons avec le père Jeannot le chemin du refuge des Espuguettes vers les 20h. Une fois de plus, j'ai fait une entorse à mon éthique "no-biouac" afin de privilégier une arrivée matinale au sommet (et éviter un lever à 2h du mat en plaine). Montée tout aussi agréable qu'express (je n'ai jamais compris comment on pouvait avaler ces 650m en moins d'une heure tout en ayant l'impression de monter tranquillou ????) où nous sommes accueillis par une superbe coucher de soleil sur les Astazous. Nous tombons également sur une bande de hooligans (dont je tairais ici la nationalité par peur de stigmatiser, voire de raviver des tensions frontalières) qui, non contents de s'être débrouillés à coincer la serrure de la porte d'entrée, se sont évertués à l'éventrer, tout en abimant une fenêtre au passage. Pour ne pas cautionner ces agissements, nous avons dormi à la belle étoile (et il y en avait une paquet !). La nuit fut aussi magique que peu propice au sommeil. En plus, quelqu'un avait oublié d'éteindre la lune qui rayonnait comme un phare.

Lever à 5h. Petit crainte car le ciel s'est voilé, mais non, malgré les 4°C le regel est bien là. Départ à 5h40 alors que 5 autres cordées sont déjà entrées en action (certaines dès 4h45). Ce qui ne fait pas grand monde pour ce grand pont espagnol. L'approche ne traîne pas (un peu trop à mon goût) et l'attaque est rejoint en 1h15. Nous abordons le couloir alors que le jour se lève. Le Jeannot est en pleine bourre et l'ascension ne traîne pas (45min pour lui, un peu plus pour moins qui paye mes lacunes foncières). Des nuages par effet de foehn embrument la moitié supérieure et lui confère une ambiance spéciale. Les difficultés étaient gommées par la neige. Tout au plus un passage glacé à 70° sur 3m dans le 1er tiers. Par contre, si la neige était dure, certaines sections en haut du couloir présente une neige non tassée (façon pénitents) qui témoigne de l'intensité de la chaleur en cours de journée : il faut mieux avoir franchir ses pentes avant que le soleil ne donne et les ramollisse. En avril, il est plus que recommandé d'arriver au sommet avant 9h. Coup de bol, une fois au sommet, les nuages se déchirent et nous laissent apprécier le panorama. Pas trop longtemps car à 0°, les rafales autour de 60-70km/h rendent le fond de l'air plutôt frais.

Redescente jusqu'au col de Swan où bizarrement nous ne croisons pas un chat à l'horizon (ça bouchonnait probablement dur dans le bas !). Initialement, nous avions envisagé de redescendre par ce couloir. Mais comme il est assez peu chargé cette année, deux rappels sont nécessaires. Nous optons plutôt pour la descente classique par Tuquerouye et la hourquette d'Alans qui commençait à bien décailler à 11h (et dont la trace sur les 100 dernières mettre fera tirer la lange à plus d'un !). Petit pincement au cours en passant à Tuquerouye où le refuge est dans un piètre état. Surtout sa toiture ....
Redescente enchanteresse jusqu'à Gavarnie avec une luminosité de cinéma et un secteur quasiment désertique.

personal comments

Très belle course. Un poil exigeante à cause du timing d'attaque mais surement plus intéressante à parcourir que son voisin hyper médiatisé du Swan.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de