Salbitschijen : Arête S
{{ '2013-07-22' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Salbitschijen : Arête S
{{ '2013-07-22' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: some

condition_rating: excellent

quality: medium

Rating

D+     III 

heights

elevation_max: 2981 m

elevation_access: 2105 m

height_diff: +950 m / -950 m

participants

BertrandSemelet, Agnès, Daniel M (guide). Une cordée devant, une derrière, tout le monde au même rythme, donc aucun souci.

weather and conditions


Grand beau tiède, cumulus vers midi mais pas d'évolution orageuse.


Accès à l'attaque quasiment sec, un petit névé de qques mètres sans souci. Descente par contre très enneigée, ça passe sans crampons/piolet mais bonnes chaussures (et evtl guêtres) de rigueur. Dans le couloir de descente, emprunter absolument la sente de droite (déneigée) et pas le névé - risque de passer dans le torrent en dessous (déjà 3 morts de la sorte au cours des 15 années passées selon le gardien). On trouve actuellement le soleil à l'attaque dès 6h30 et on ne le quitte plus.

timing

Refuge 4h50, attaque 6h30, sortie de l'arête 12h15, haut du l'aiguille sommitale 13h, cabane 14h45 / 15h30, en bas à 17h30 après une bonne baignade au petit étang du Seeli.

access_comment

Car postal sur demande depuis la gare de Göschenen (sur la ligne Zurich - Lugano, excellente desserte), une liaison par heure de 9h à 17h40.

hut_comment

Refuge des Salbit toujours très sympa, on y mange excellemment et le gardien Hans Berger, une légende de l'alpinisme suisse des années 70, connait son coin par coeur. Au retour, emprunter la descente alternative balisée "Seeli" pour piquer une tête dans l'idyllique petit étang éponyme à 1900m.

En vallée, le coin le plus sympa est l'auberge de [url=http://www.gasthaus-goescheneralp.ch/]Göscheneralp[/url] à Gwüest (35 CHF la nuit + Pdéj) dont le patriarche local, le célèbre Konrad Mättli, vous racontera toute l'histoire de la vallée (dans un dialecte uranais à couper au couteau...).

personal comments

De retour au Salbit 15 ans après, j'avais une petite revanche à prendre puisqu'à l'issue d'une journée éprouvante de 14 heures sur la "terrible" (pour moi !) arête ouest, nous n'avions pas eu le temps de gravir le spectaculaire bloc sommital (il est vrai qu'il était 19h45...). Les ambitions montagnardes sont désormais plus modestes, l'arête sud était donc le compromis idéal pour faire découvrir à Agnès le "caviar" que représente le granit du Salbit sans que l'ascension ne finisse en dispute conjugale.

Après un petit échauffement sur le calcaire jurassien de la Balmflue l'avant-veille (déjà en mode climb and swim), nous étions allés nous familiariser avec le caillou uranais la veille sur les 7 magnifiques longueurs d' Incredibile au Gemsplanggen. Pour qui croit maitriser le V en second après quelques séjours de style Orny, Aiguilles Rouges ou Cambon/Oisans, les cotations locales sont une bonne leçon d'humilité - même par rapport à Chamonix. Rarement vu du 4c aussi "dur" et soutenu que celui de l'arête sud, en tous cas ! Mais rarement vu ailleurs 18 longueurs d'affilée aussi belles et homogènes, sur un rocher invariablement exceptionnel, et c'est bien là l'essentiel.

Les 2 longueurs en 5a de la 1ère tour ne sont paradoxalement pas trop méchantes, juste un pas teigneux au milieu à chaque fois. La longueur clé (5c+) n'est en fait vraiment difficile que sur 3-4 mètres qui se font bien en tire-clou. Les lames en 4b / 4c qui suivent par contre se défendent becs et ongles de bas en haut. Bref la réputation de l'itinéraire (qualifié souvent de "plus belle arête rocheuse des Alpes"...de quoi animer bien des soirées de refuge à discuter...) n'est pas volée.

L'ascension - facultative - du bloc sommital (furieusement penché) est évidemment l'un des temps forts qu'il serait dommage de shunter. C'est un peu la réplique de la fameuse Fiamma du Val Bregaglia, en plus facile et en plus court, mais en tout aussi vertigineux...on ne tient qu'à deux (et encore !) en haut, nous nous sommes donc relayés pour faire les photos.

Le crux de la journée pour moi aura finalement été la baignade - obligatoire - dans l'eau à 17° du petit étang sous la cabane. Agnès et Daniel ayant rapidement piqué une tête dedans, mon honneur était évidemment en jeu. Ca a pris pas loin de 10 minutes (et pas mal de hurlements) mais j'ai fini par y parvenir. Difficile de critiquer désormais les cris d'Agnès dans les traversées !

Suite de la saison au Bietschhorn dès demain, ou comment passer du meilleur au pire en terme de rocher...

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • ca
  • es
  • en
  • de
  • eu
  • it