Pointe de la Porte d'Église : Couloir N en boucle
{{ '2012-04-10' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Pointe de la Porte d'Église : Couloir N en boucle
{{ '2012-04-10' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: crowded

condition_rating: average

partial_trip: yes

quality: medium

Rating

4.2
D

heights

elevation_max: 2740 m

elevation_access: 1100 m

height_diff: +1650 m / -1650 m

Access

access_condition: cleared

hut_status: open_non_guarded

snow

elevation_up_snow: 1450 m

elevation_down_snow: 1470 m

participants

Frédéric Bunoz, Moon

weather and conditions


Beau le matin, se couvrant d'abord à haute altitude, puis nuages bouchant un peu les sommets vers 14h.
Vent de S assez fort en rafales mais ne rentrant pas de ce côté, t° élevées.
A 14h quelques flocons au dessus de 2500m, pluie en dessous (averses).


Itinéraire

La Bourgeat Noire >> Refuge de l'Oule >> couloir NE, arrêt 50m sous la crête >> couloir N

Conditions

  • Portage depuis le parking avec chaussage vers 1450m sous le couloir du Pertuis. Quelques passages commencent à être en terre dans la traversée vers le refuge.
  • Assez bon regel (portant même à pied à 1200m), mais pas bien froid, permettant une montée sans couteaux.
  • Jusqu'au refuge : névé sous le Pertuis, puis transfo (fraiche humidifiée 1 fois la veille), dure à la montée, collante à la descente.
  • Refuge > pied du couloir : poudre tassée et soufflée/croutée, décroutée à la descente (de plus en plus collante vers le bas). 5-6 traces dans la pente au-dessus du refuge, mais de la lpace sur la moraine au-dessus de 2100m. Moyen à très ski.
  • Cône du couloir NE : qq dépots de coulée de poudre ayant pris un peu le chaud la veille et donc durcies, mais à côté c'était carton léger sur 20 à 100cm de neige roulée qui coule dès qu'on casse le carton, impressionnant ! On se demande comment c'est possible dans du 35° : le carton doit se former en premier, puis les billes sont injectées ensuite ? Si certains sont motivés pour aller voir comment ça se forme, ce sera possible les jours qui viennent.
  • Couloir NE : 20 à 50cm de poudre tassée/soufflée en rive droite, ravagée par une coulée en rive gauche.
  • Couloir N : 20 à 50cm de poudre tassée/soufflée, parfois sur neige roulée, sur dure. Ski physique avec 80mm au patin, gros skis recommandés.

Fréquentation

  • 4 skitouriens avant nous sur le même itinéraire mais en sortant sur la crête.
  • 2 personnes sur le tour des Grandes Lanches (Col du Morétan >> Col du Pertuis).
  • 1 personne vers le Col du Gleyzin ou de Comberousse.

timing

9h15 >> 15h30

personal comments

Moon

Un peu lente et déjà passablement vidée au démarrage, en plus d'avoir merdouillé sur l'heure de départ et sous-estimé la chaleur, on arrive au pied du couloir quand d'autres [ font déjà une assez bonne descente dans la poudre [s]légère[/s]](http://www.skitour.fr/sorties/pointe-de-la-porte-d-eglise,41295.html) :-) Mais nous, on a un rdv un peu plus tard avec la colle (c'est qu'on a nos habitudes) et la pluie (pas fait encore cette saison).
Pas en avance donc, tandis que la perturbation, elle, a décidé de commencer les hostilités plus tôt que prévu, nous attaquons quand même la montée par le couloir NE qui chauffe... qui chauffe... avec régulièrement pas mal de doutes quant à une purge possible de la rive gauche, vu la coulée déclenchée par ceux qui nous ont précédé... on a bien failli abandonner à plusieurs reprises et avons retracé au maximum en rive droite. Montée peu sereine et hésitante donc, et puis on brasse dans une neige qui s'alourdit de plus en plus sous l'effet des t° décidément bien chaudes. On dépeaute 50m avant la fin car il commence à neiger, en haut, mais plus bas c'est pluie, il ne faut pas traîner davantage. Descente dans une poudre légèrement cartonnée et réchauffée (un peu physique à skier mais encore sympa) ensuite en poudre humidifiée agréable dans le cône et les pentes en dessous, puis collante (mais pas collante de compèt comme dans le vallon de la Lescherette qui reste la référence de la saison dans ce domaine), puis cailloux bonne glisse, boue fraîche et mousse bon grip, en baskets tout du moins, le tout sous l'averse (I hate Patagonia). Nous avons fait une partie de la descente avec un skieur qui en terminait également plus tôt que prévu.

Bubu

La recherche des derniers arpents de poudre non tracés le lundi et pas trop loin nous a indiqué que les couloirs des Portes d'Eglises étaient surement vierges.
Partis trop tard, on voit 4 personnes au-dessus du refuge, aïe... A 2100m, nous les voyons vers le sommet du couloir NE, et m....
Pas grave, de toute façon faut déjà voir si c'est bon, leur descente nous donnera des infos. Au pied du cône, nous les voyons descendre : ça à l'air pas trop mal, mais physique (ou alors ils skient tout le temps à cul, mais nous pourront juger que c'était bien la neige qui n'était pas facile, et nous descendront tout autant à cul qu'eux).
Ils nous rejoignent, et me reconnaissent : ce sont des skitouriens, je les connais mais ne les reconnais pas tout de suite sous leurs masques. Ils ont bien tracé le couloir N, mais le couloir NE est encore bon, juste une petite coulée de lourde en rive gauche d'après ce qu'ils on vu.
Bon, allons voir, ça devrait monter vite dans leur trace (bien tassée après 4 passages). Déjà, je ne rejoins pas leur trace à ski dans le cône, car ils ont arrivé par l'E sous le cône, ce que j'ai évité puisque des coulée avait déjà recouvert leur trace par endroit, puis monté rive droite dans un dépot moyennant moult conversions. Vu que pour arriver au pied du cône je suis monté assez rapidement en traçant en pleine pente de la moraine (20cm de fraiche qui tient bien sur sous-couche pas trop dure), ça devrait aller plus vite de retracer le cône en 2 conversions... Mais avant de rejoindre leur trace (pour la couper seulement :-), je brasse dans 50cm de billes. Bon, conversion. Un peu plus haut, rebelote, mais dans 1m de billes... Pfff, c'est quoi ce bins, dans du 35°. En sondant de près, en fait il y a des billes quasiment partout sous le petit carton, et même sous la majeure partie des dépôts de poudre, qui n'ont brassé que la surface. En gros c'est une grosse plaque, mais comme les coulées n'ont rien fait partir, ça va bien tenir 70kg 2j après la chute.
Plus haut, le cône se resserre, ça devient rentable de rejoindre leur trace. Sauf que la "petite coulée de lourde" qu'il ont fait ou vu partir en rive gauche sur le haut du couloir, a généré une bonne coulée de poudre/lourde de 10-15m de large qui a recouvert la moitié de leur trace. Le problème est que si c'est une petite coulée de 2m de large au départ qui a généré ça, ça signifie qu'il y a encore plein de lourde en rive gauche sur les 200m de long de la rive droite qui pourrait partir tout seul. Mais depuis le cône on ne peut pas voir le couloir NE, ou juste la rive droite.
Hésitations pour continuer ou non, en plus la descente du cône ne s'annonce pas très bonne, est-ce que ça vaut le coup de monter encore 50 ou 100m avant de buter, juste pour rajouter un peu de mauvais ski ?
Heureusement Moon me rappelle les éléments objectifs, et je fais le bilan : on est à l'iso ou au dessus, ça se voile, il y a plus de vent en haut ce qui limite l'humidification par le soleil, le soleil s'en va des pente E raides... OK, ça devrait rester stable aujourd'hui. On peut monter, mais dans ce cas c'est pour descendre dans le couloir N en espérant y trouver une meilleure neige.
Nous brassons pour rejoindre le haut du cône, où nous découvrons tout le couloir NE : ah OK, les 3/4 de la rive gauche sont partis en coulée de lourde, qui a bien ravagé le centre du couloir, "petite coulée" donc... Le point positif est qu'il y a moins de neige mobilisable en cas d'un départ naturel. Nous restons quand même en bordure de la coulée, ça brasse. Puis nous traversons le couloir pour rejoindre l'arête en rive gauche grâce aux traces encore intactes : ça va plus vite. Nous montons sur l'arête jusqu'au premier passage permettant de basculer dans le couloir N.
On se dépêche, ça se couvre, déjà qq flocons, go ! Les 4 traces présentes ne sont pas ce qui gêne le plus pour la descente, c'est la qualité de la neige, qui nécessite des fats et non des skis à moquette. Pas grave, faut descendre de toute façon. Le cône du couloir N est en poudre tassée décroutée en rive droite (ENE) : très bon, en grandes courbe dans le jour blanc complet :-)
Ensuite la moraine tracée à la montée : le large talweg peu marqué que j'avais repéré à la montée est vierge, très bon aussi.
Nous rejoignons un gars dans la pente au-dessus du refuge. Là c'est moins bon, ça colle de plus en plus, et nous finissons dans la colle sous le refuge. Traversée avec variante inférieure pas top car plein de rochers donc pas forcément mieux que les 2x5m de terre du sentier. Puis descente au mieux sur le dépôt d'avalanche du Pertuis, avant de retrouver après qq hésitations les baskets laissées à la montée.
Descente à pied sous la pluie en évitant de glisser sur les pierres licheneuses et dans la boue, mais en visant la mousse ça tient bien. Les crocus fermés à la montée sont à peine entrouvert, alors que le matin j'imaginais un retour au soleil sur un tapis de crocus, pour l'ambiance romantique on repassera...

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca