Abruzzes J6 : Monte Amaro, en traversée Rava del Ferro - Rava della Giumenta bianca
{{ '2012-03-01' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Abruzzes J6 : Monte Amaro, en traversée Rava del Ferro - Rava della Giumenta bianca
{{ '2012-03-01' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Elevation profile

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: quiet

condition_rating: good

quality: medium

Download track as

Rating

AD+

heights

elevation min/max : 4801 m / 6318 m

elevation_access: 1140 m

height_diff: +1700 m / -1700 m

length_total: 14.391 km

snow

elevation_up_snow: 1140 m

elevation_down_snow: 1140 m

participants

BertrandSemelet, Agnès et son frère Francis

weather and conditions


Nuage résiduel sur le Monte Amaro le matin une nouvelle fois, mais qui s'en est vite allé. Passages de bancs de brouillard ponctuels mais inoffensifs sur le Pescofalcone, ramenés par un vent de NE fort et froid sur le haut.


Gros enneigement sur le Maïella, couverture continue dès 700m (!) en versant N, plus d'1m dès 1000m. On trouvait encore des plaques de neige sur les bords de l'autoroute cotière vers Pescara...Manteau bien tassé, neige de printemps dans les endroits qui voient le soleil, restant dure ou un peu soufflée ailleurs, sommet un peu pelé (mais on garde les skis aux pieds sans souci). Risque 2 annoncé, aucun signe suspect, aucune avalanche de fond. Skiabilité : béton ou cassant à la montée, délicat, crampons nécessaire par moments. Idéalement décaillé à la descente, devenant un peu trop mou sur la partie inférieure et dans la forêt l'après-midi, mais rien de tragique.

timing

8h départ, 13h15/13h45 au sommet, 15h45 en bas.

hut_comment

Hotel Ede à Caramanico Terme, le CB incontournable de la Maiella qui vit par et pour le ski de rando tout l'hiver (cela est donc possible...). P'dèj matinal, buffets gargantuesques, ski-room, patron qui pratique et a toujours les bonnes infos sur les conditions, TV passant en boucle des films de ski et montagne, vente de topos, etc...Évidemment ne pas s'attendre à beaucoup de couleur locale, c'est trusté toute la saison par les guides bavarois, autrichiens, suisse et autre (français bien plus rares...), mais cela permet des échanges intéressants sur les bons tuyaux du moment dans la Maïella et les Abruzzes (pour peu de parler allemand, bien sûr !). 52 EUR pp en 1/2 pension

personal comments

Toujours pas rassasiés après les 1800m de la veille au Pescofalcone, il s'agit d'enfoncer le clou pour profiter des conditions exceptionnelles rencontrés lors de cette semaine abruzzienne, sachant aussi que c'est déjà l'avant dernier jours (sigh...) avant le retour sur Rome. A défaut de Gran Sasso que nous avions remplacé par l'Intermessoli, il s'agit aussi de mettre dans l'escarcelle le 2ème sommet des Appenins (laisser le point culminant en friche sera un excellent prétexte pour revenir dans ce coin béni des divinités podfokesques).

L'Amaro se gravit sur quasiment tous ses versants, c'est en général long à très long, merveilleusement paysager, avec beaucoup de plat (c'est habituellement ce qu'on aime...), le versant W fait exception avec ses célèbres "rave", une série d'immenses toboggans dévalant souvent tout droit sur plus de 1000m de dénivelé entre la croupe sommitale et la forêt bordant la route du Passo San Leonardo. La combinaison Ferro / Giumenta permet d'en goûter deux pour le prix d'un avec un retour finalement moins laborieux que prévu au point de départ. On avait hésité à prendre crampons-piolet, le patron de l'Hotel Ede nous les avait quand même conseillés, autant dire qu'on ne les a pas regrettés...si le bas du couloir passait encore en couteaux (assez anxiogène quand même, bon on est plutôt du genre trouillards...) grâce à une alternance de passages bétons et de croûte cassante bienvenue, la sortie au dessus de 2300m (37°) était littéralement vitrée, qui plus est avec un bon vent de face qui sifflait dans les skis, et nous n'aurions pas été loin sans !

Nous avons parcouru le dôme sommital poussé par un vent de dos à 80kmh, les photos de l'Adriatique qui scintillait sous nos pieds ou presque ont donc été assez rapides et nous avons apprécié le bivouac pour retirer les peaux et casse-croûter sereinement avant la magnifique descente de la Giumenta Bianca. Pas rencontré souvent de pareils dévaloirs dans les Alpes : 1000m de toboggan droit dans l'axe, on aperçoit depuis l'entrée à 2680m le bas à l'orée de la forêt vers 1700m, il n'y a plus qu'à aligner les virages, la pente s'adoucit progressivement des 38° du haut vers 25° en venant buter sur les premiers hêtres. Assez incroyable. La forêt est un peu sanglière au départ, nous avons utilisé le GPS pour nous diriger (bien tirer à D qui à remonter de tps à autre en escalier), mais la suite est plus facile avec de grands arbres qui se slaloment plus aisément jusqu'à retomber sur la piste empruntée à la montée (dans le pire des cas on débouche sur la route 1 ou 2 km en amont de la voiture).

Nous avons mis le cap le soir même sur le village perdu de Castel del Monte au pied du Monte Camicia, grande et belle classique abruzienne qui viendra clore notre séjour. Le Monte Amaro scintillait magnifiquement dans la lumière du soir depuis la fenêtre de la chambre d’hôtel, c'est donc emplis d'une puissante nostalgie que nous sommes descendus nous empiffrer une dernière fois de la roborative gastronomie locale à l'Albergo Gran Sasso.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca