Huayna Potosi : Voie normale
{{ '2003-08-10' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Huayna Potosi : Voie normale
{{ '2003-08-10' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: crowded

quality: medium

Location

Rating

PD+     III 

heights

elevation_max: 6088 m

elevation_access: 5220 m

height_diff_up: 900 m

snow

elevation_up_snow: 5220 m

elevation_down_snow: 5220 m

participants

ferdi, Alexia

weather and conditions


Grand beau !

timing

2h du matin / 4h30

personal comments

Je tiens à remercier Bruno Colombari, un ami avec qui je correspondais par mel durant notre voyage sud-américain de l'été 2003. A notre retour, Bruno et sa famille nous accueillaient à l'aéroport de Marignane. En cadeau, il nous offrait le recueil de notre correspondance estivale. C'est grâce à toi Bruno que je peux ici retranscrire cette expérience andine. Merci.

Le Paradis Blanc de la Cordillère Royale.

Parmi les sommets de celle-ci, le Huayna Potosi, 6088m.

Une nuit en refuge à 4750m, que l'on atteint en 4x4.
Jusqu'ici, pas trop de problèmes si ce n'est l'acclimatation à l'altitude. Et ce malgré le fait que depuis près d'un mois on navigue entre 3000 et 4000m... Le jour même, nous allons randonner sur un glacier pour tâter du crampon et du piolet.

Le lendemain, départ pour le campement de base situé à 5200m. On se couche à 20h pour se lever à 24h afin de partir pour 1h - 1h30 du matin. On dit bien on se couche parce qu'à cette altitude on n'a pas pu dormir.

Finalement, on attaque l'ascension du géant à 2h précise. A cette heure-là le ciel scintillait d'étoiles et la lune pleine à craquer. Après 2h d'une marche à couper le souffle tant par la beauté que par la difficulté, Alexia, douleurs au ventre et à la tête du fait de l'altitude-fatigue-manque de sommeil-d'entraînement..., décide après une lutte acharnée sur elle-même de redescendre au campement de base. Nous étions alors à 5600m. Moi je dis bravo. Chapeau bas pour ma belle des montagnes.

Quant à moi, ce fut très difficile de continuer sans ma douce. Je me retrouvais donc seul avec le guide, un andin dénommé Félix pour terminer l'ascension. Nous avons atteint la cumbre (le sommet) à 6h45.

La partie finale est un mur de glace recouvert de neige d'une hauteur de 240m, gravi en 45mn. Une épreuve à cette altitude.

Mais là-haut, là-haut, qu'est-ce que c'est extraordinaire, une expérience inoubliable, incroyable comme ce voyage d'ailleurs. Là-haut c'était...

De retour au campement de base, à 10h environ, je retrouve Alexia qui allait beaucoup mieux. Et l'on s'est calés dans notre tente, à 5200m sous un soleil à vous requinquer les plus piètres marseillo-varois voulant défier les Andes. Pour une deuxième ascension plus cosmique encore.

Le jour même retour à La Paz pour préparer notre départ vers Rurrenabaque.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de