Pique d'Estats : Par le refuge du Pinet
{{ '2012-03-15' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Pique d'Estats : Par le refuge du Pinet
{{ '2012-03-15' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: quiet

condition_rating: good

quality: medium

Rating

AD

heights

elevation_max: 3143 m

elevation_access: 1180 m

height_diff: +2000 m / -2000 m

Access

access_condition: cleared

hut_status: open_non_guarded

snow

elevation_up_snow: 1180 m

elevation_down_snow: 1180 m

participants

Aimery

personal comments

Après le port de l'Artigue il y a quelques jours, je suis de retour dans la vallée du Vicdessos. Petite visite annuelle au Pinet, ça va chauffer ! Pour rester poli, je vais lui niquer la race à ce sommet de la Catalogne. La motivation, c'est la condition nécessaire pour réussir une course. Malheureusement, elle n'est pas suffisante...

Au départ un peu avant 7h, le parking est vide. Pas comme la dernière fois. Ce coup-ci, j'ai soigneusement sélectionné date et versant pour être tranquille. Ah tient, une autre voiture. Le chauffeur se gare, et vient me voir pour demander s'il a le droit de stationner là. Ai-je une tête d'agent de la force publique, avec mes chaussures de ski aux pieds, et un bonnet sur la tête ? Je le renseigne fort aimablement et nous discutons 5 minutes. C'est un pêcheur qui vient piller les ressources piscicoles de l'Artigue. Finalement, je suis comme lui, je viens exploiter à fond les ressources nivologiques du secteur. Et elles sont nombreuses !

Je démarre skis sur le dos, mais ce sac pour une journée me parait d'une légèreté indécente. Comme toujours, la 1ère difficulté se présente là où on ne l'aurait pas attendue. Et la 1ère surprise aussi, qui est de pouvoir chausser très rapidement sur ce versant boisé et exposé au nord. La trace surplombe le torrent, et sur une neige bien durcie, toute l'attention du skieur est requise pour ne pas aller taquiner la truite 10m plus bas dans une eau aux vertus sûrement thermales, mais d'une température de nature à décourager les baigneurs mâtutinaux. Oserais-je affirmer que ce fut le passage le plus engagé de la journée ?

Dans les bois, la neige bien regelée ne facilite pas la progression, mais il est tout de même plus qu'appréciable de se promener si bas skis aux pieds. Au sortir des bois, je contemple le pan de montagne sous le refuge, bien couvert d'une poudreuse compacte qui s'avère très agréable à gravir. Sous le soleil qui se lève ensuite, c'est même très proche du bonheur. La dernière rampe avant l'étang du Pinet, d'habitude un peu délicate, se passe ici avec une facilité déconcertante. Il est 10h quand je m'ouvre une boite de thon sur la terrasse du refuge.

La traversée du vallon jusqu'à l'étang du Montcalm est plus délicate, car la neige est toujours dure. Je dois même cramponner sur la dernière partie. Le couloir qui suit est raide mais pas du tout exposé, et je me retrouve rapidement à 2500m. C'est ensuite que mon rythme s'escargotise. Effet de l'altitude ou de la fatigue, les pauses se rapprochent dangeureusement, jusqu'à occuper un temps supérieur à celui de l'effort. Heureusement, j'aperçois la croix catalane au sommet, ce qui me donne le courage nécessaire pour ne pas me plonger dans une grosse sieste sous ce soleil printanier. Je termine à pied, dans un magnifique paysage de haute montagne.

Il est 14h30, mais les ombres s'allongent déjà. Terminée la contemplation, j'entame la descente. Aie, ces chaussures 3 boucles ne sont décidément pas le meilleur atout pour jouer au free rider de l'extrême. La neige est heureusement assez indulgente. Sans trainer, je parviens au refuge qui est déjà presque à l'ombre. La neige s'est un peu transformée bien sûr, elle m'accueille souplement à l'occasion d'une ou deux chutes. Et c'est très vite l'orée du bois ! Leur traversée se complique au fûr et à mesure de la raréfaction du tapis neigeux. Excellent exercice que d'éviter de percuter un tronc, de se faire empaler ou défigurer par une branche, tout en ménageant ses semelles car les cailloux ne sont pas loins... Au passage, j'aperçois 2 raquetteurs qui doivent aller passer la nuit au Pinet. Bon choix messieurs, la pluie annoncée pour dimanche et cette douceur persistante vont changer la donne. La saison hivernale est terminée, reste 3 mois pour le ski de printemps !

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de