Traversée de Belledonne : Chamrousse >> Gleyzin
{{ '2012-03-11' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Traversée de Belledonne : Chamrousse >> Gleyzin
{{ '2012-03-11' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: crowded

condition_rating: excellent

quality: medium

Rating

3.3
AD

heights

elevation_max: 2758 m

elevation_access: 1070 m

height_diff: +5400 m / -6565 m

Access

public_transport: yes

lift_status: open

snow

elevation_up_snow: 1070 m

elevation_down_snow: 1070 m

glacier_rating: easy

participants

Olivier Obert, Jeannet Bernard, Yann

weather and conditions


Grand Beau. Vent du N assez fort aux cols et sur les sommets.
Chaud sur les versants Sud et frais à l'ombre.


Traversée réalisée du 9 au 11 mars.
Excellentes conditions tout le long de la traversée. Pour ne pas dire idylliques.
Toutes les descentes en poudreuse de cinéma durant les 2 premiers jours. Neige plus lourde et pentes plus tracées pour le dernier jour, mais restant agréable à skier.
Tout passe à skis sauf les 200 m du début de combe Madame où il vaut mieux porter les skis aussi bien à la montée qu'à la descente.

timing

J1 : 10h00 - 18h00
J2 : 7h00 - 15h30
J3 : 7h00 - 15h30

access_comment

Nous avons utilisé les lignes Transisere Grenoble-Chamrousse et Allevard-Grenoble. Très pratique pour éviter des manipulations de voitures fastidieuses et plutôt économique (13 € par personne).
La solidarité montagnarde nous a permis de rejoindre Allevard depuis Gleyzin, bien confortablement, ce qui nous a évité une belle marche.

hut_comment

L'auberge du Rivier est très bien. La patronne est très sympathique et très attentionnée.
Le gîte de la Martinnette est également très bien. Le patron est super serviable. Evitez juste le pichet de rouge au repas du soir, il pique!

personal comments

Au mois de décembre, lorsque Jeannet me parle de la traversée de Belledonne à ski, je coche le projet dans ma tête.
La semaine dernière nous peaufinons l'itinéraire. Nous optons sur l'option 3 jours qui permet de modérer la longueur des étapes. Nous optons également pour l’hébergement en gîte tout confort en fond de vallée, ce qui permet de voyager léger.

Le premier jour a été physiquement le plus difficile. La montée à la Grande Lauziere est longue. Les derniers mètres en traversée face S entre le point 2694 et le sommet nous ont entamé physiquement: petit pas de mixte et traversée sur des pentes qui n'inspiraient pas confiance. Nous sommes arrivés au sommet vers 13h30 et avons marqué une bonne pause pour recharger les batteries. La descente de la face N sur le lac du grand Domenon est un régal dans une neige poudreuse très légère. Dommage qu'elle ne soit pas plus longue... On remet les peaux au lac pour remonter au col de Freydane sous un chaud soleil. La descente sous le Grand Pic de Belledonne est parfaite. Les virages s'enchaînent et le cuissot fume! Nous remettons les peaux au dessus du Lac Blanc. Initialement nous projetions de passer par l'épaule du rocher de l'Homme, mais compte tenu de l'horaire tardif et de la fatigue, Jeannet nous propose un raccourci par le col de Roche Noire. Bonne pioche! La descente est un vrai régal. Tout y est: la qualité de la neige, la longueur de la descente et la pente juste comme il faut. Nous arrivons au gîte du Rivier, pour ma part cuit à point, mais heureusement la bière fraîche fait oublier la fatigue.

Le lendemain la montée au Pic de la Belle Etoile est un peu pénible sur la fin. Le dernier couloir se fait skis sur le dos dans une neige profonde. Le vent violent au sommet ne nous incite pas à la pause contemplative. Pourtant le panorama le mériterait. Dépotage et nous filons dans la descente versant Est. Là encore la poudreuse fantastique est au rendez-vous. C'est presque lassant.. La pause du déjeuner en bas de la descente permet de souffler et de reposer les jambes. Là encore Jeannet nous propose un racourci pour éviter la montée au Rocher Blanc qui paraît bien longue. Certes l'enchaînement de 2 sommets est esthétique mais les jambes ont leur limites et nous ne sommes qu'à mi chemin de notre traversée. La descente du col de Mouchillon sur la Combe Madame est là encore un vrai régal de poudreuse. Jeannet caracole devant. Yann et moi essayons de suivre mais les cuisses nous supplient de nous arrêter. Nous arrivons à notre gîte à la Martinette et savourons une réhydratation au soleil sur la terrasse.

La dernière journée commence par un morceau de bravoure: la montée au col du Tepey. C'est looong! Les conversions dans les passages raides laisseront un souvenir émouvant à Yann (huile de noix extra vierge première pression à froid)... Le vent fort nous cueille au col et nous basculons rapidement dans la descente. Le ski est bon dans une neige plus lourde que les 2 jours précédents. Plaignons nous! Nous remettons les peaux pour attaquer la dernière montée de notre traversée vers la selle de Puy Gris. Il fait une chaleur terrible dans le bas de la combe. Au col gros contraste avec toujours ce vent froid. C'est parti pour la dernière descente. La combe de L'oule est splendide à skier, même si la neige est déjà pas mal tracée et plus lourde. Le border cross final est ludique. C'est fini!
De sympathiques skieurs et skieuses Claixois nous véhiculent jusqu'à Allevard ou nous savourons une boissons à base de Houblon en terrasse.

Quel beau voyage! Et dans des conditions de rêve. Des descentes magnifiques en poudreuse. Et le tout dans la bonne humeur. A faire absolument une fois dans sa vie de skieur!

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de