Traversée de l'Ötztal - J3 : traversée Langtalereck Hütte >> Martin-Busch-Hütte par le Schalfkogel Joch
{{ '2011-04-05' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Traversée de l'Ötztal - J3 : traversée Langtalereck Hütte >> Martin-Busch-Hütte par le Schalfkogel Joch
{{ '2011-04-05' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Elevation profile

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: some

condition_rating: good

quality: medium

Download track as

Rating

4.1
D-

heights

elevation min/max : 2209 m / 3384 m

elevation_access: 2230 m

height_diff: +1336 m / -1265 m

length_total: 16.916 km

Access

public_transport: yes

hut_status: open_guarded

snow

elevation_up_snow: 2230 m

elevation_down_snow: 2230 m

glacier_rating: easy

weather and conditions


Brouillard et neige éparse le matin. Se dégageant vers 11h. Grand beau ensuite.


Itinéraire emprunté

Traversée classique E >> W du Schalfkogel Joch, avec juste un petit aller-retour supplémentaire sur le Gurgler Ferner (recherche de la rampe dans le brouillard).

Conditions

  • Refuge >> passerelle 2230 et gorge : 10-15 cm de poudre sur pourrie (un [i]wrouf[/i])
  • Gurgler Ferner et Kleinleiten Ferner : poudreuse sur fond plus dur, de 15cm à 30cm un peu avant le col.
  • 50m raides en versant W sous le col : 10-15 cm de poudre sur fond dur au-dessus des rochers, puis neige dure avec plus ou moins de poudre selon l'ordre de passage dans la rampe à 45°.
  • Versant W > 3000m : 20cm de poudreuse sur fond dur. Excellent ski.
  • Versant W < 3000m : transfo de plus en plus molle
  • Schalfferner : transfo puis pourrie, avec enneigement faible en bas (cailloux).

Fréquentation

  • 2 autres personnes ont fait la traversée avec nous, sinon personne.

timing

Départ : 7h
Col : 13h30
Descente à ski : 15h15 >> 16h15
Refuge : 17h15

access_comment

Voir J1

hut_comment

Langtalereck Hütte : voir J1

[u]Martin Busch Hütte[/u] : refuge confortable, mais pas d'eau chaude au robinet. Douche chaude à 3 € (de 3 minutes).
Repas servi à l'assiette, donc un peu décevant en quantité pour les gros mangeurs.
L'Apfel Strudel à 3.50€ est monstrueux et excellent !

personal comments

3ème jour du raid Obergurgl-Mittelberg (jour 2 - jour 4)

271018
272439
271030

Loïc

Le départ sous la neige et dans le brouillard n'était pas très prometteur (je voyais le but se profiler), mais quelle belle journée au final ! Il fallait avoir confiance dans les prévisions météo du refuge :-)
La remontée de la gorge sous la neige met bien dans l'ambiance. Puis remontée du glacier tout plat dans le brouillard à la boussole. Petit-à-petit ça se lève et on a droit à un joli jeu de lumières en cherchant la rampe d'accès au Kleinleiten Ferner. Ne voyant pas encore ce qu'il y a au-dessus du glacier, on tente notre chance (pas tous convaincus) par une vague montée plus au S. Mais là paf ça se dégage, ce qui nous permet de voir qu'on est allé un peu trop loin (trop au S). On finit par trouver la fameuse rampe (il y en a pas 50).
La montée au col sous le soleil est alors très agréable (un peu chaude même).
Au col on décide de ne pas trainer pour le descente, mais la petite pente donne du fil à retordre pour certain(e)s et quelques émotions... Ensuite c'est que du bonheur : 300m de descente en peuf devant un paysage de rêve (c'est quoi cet espèce de Cervin en face ?). La fin est un peu moins marrante... Quoique Jérôme coincé dans un trou dans la pourrie (obligé de sortir les pelles !) nous aura fait rigoler. Autant dire qu'on a bien enlaidi la montagne sur la fin.
Les 200m de remontée au refuge pour finir (non comptabilisés dans le dénivelée prévu bien sûr !) passent finalement pas si mal après la pause casse-croute au soleil.

Rémi

Très jolie remontée de la gorge sous le Gurgler Ferner.
Au Schalfkogel Joch, la solution de descendre tout droit ne s'est pas révélée la meilleure : cailloux affleurants et expo.
En arrivant sur Martin-Busch-Hütte, j'ai préféré descendre directement dans la gorge et remonter dans l'herbe au refuge plutôt que de traverser vers la passerelle, ce qui m'a valu quelques réprimandes.

Jérome

En début de semaine certains annonçaient peu de motiv pour de la rando dans le brouillard... et tout le monde était bien devant la porte du refuge avec vent et neige ce matin, dans l'espoir que ça se dégage à 11h. Ambiance donc extra dans le canyon, on s'encorde ensuite car on ne voit tjs rien sur le glacier qu'on remonte en fait vraiment sur son bord en rive droite. Il y a des "collines" et rochers qui ne nous laissent pas entrevoir le glacier et l'iti de la carte en rive gauche. Pas grave on repère bien le refuge Hochwildehaus dans une brève éclaircie sous les nuages. On regarde assez souvent la carte, mais on se suit sans vraiment prendre un azimut W, et au final on se laisse envoûter par les sensations exquises de tracer sur ce glacier plat avec des rayons de soleil parfois éblouissants qui percent (ou déchirent pour parler jeun's) les nuages. Quelques belles photos que l'on aurait pas prises en allant droit vers notre but. La suite est très ensoleillée et ça faisait longtemps qu'on avait pas autant tracé dans de la poudreuse. On découvre au col que le topo "Alpine ski mountaineering in the Alps" donne des cotations plutôt alpi (PD max tout au long de la semaine !) que ski ; mais après la rampe expo tout le monde apprécie le haut de la descente 5*. J'ai un peu puisé dans les réserves auj (et pas le seul), demain sera repos en boucle depuis le refuge.

Sandrine

Ah oui alors, une journée magnifique ! Elles ne nous tentaient pourtant pas ces gorges encaissées, vues la veille du refuge. Et dans le brouillard en plus ! Finalement, ambiance ambiance ! Le cheminement dans la gorge est très joli, le ruisseau très mignon, puis le premier morceau de glace bleue ! Nous nous encordons dès que nous sommes sur le glacier, Lio devant ne voit absolument rien. Je le sens inquiet, il tate du baton avant chacun de ses pas. Nous qui le voyons devant , et qui suivons sa direction à la boussole, sommes attentifs mais plutot confiants. Les trois cordées se suivent à vue, prudemment, jusqu’à un replat où je décrète la pause pipi et où les nuages se déchirent un instant pour laisser entrevoir le col que nous prendrons comme objectif. Au fur et a mesure que l’épaisseur de brouillard désépaissit des lumières magnifiques nous innondent, sur un glacier dont nous ne distinguons pas les contours mais qui semble grandiose. Une fois que le soleil déchire suffisamment les nuages pour nous montrer la fameuse rampe de montée au SchalfkogelJoch, c’est que du bonheur.... Une poudre magnifique et vierge, dans laquelle nous traçons à tour de rôle (Lio et Jérome ayant des rôles fréquents). Juste au dessus de la rampe, une traversée que j’estime proche de 35° et bien chargée est un peu inquiétante, mais pas trop longue.... La montée est un peu longue et chaude, mais à l’arrivée au sommet, on n’a finalement pas envie de pique-niquer, en raison d’un vent assez fort et du froid. De plus, nous venons de découvrir la pente que nous allons devoir descendre, juste sous le col, 40-45°, bien exposée au dessus de rochers. Ai-je déjà passé des pentes comme celle-la ? NON ! Lio part devant, et hop un petit virage, suivi d’un autre, puis encore un, pas trop rapidement enchainés ceci dit, ca est inquiétant.... Puis il hésite : oh la la, ce qu’on ne voit pas du col, ca a l’air encore plus corsé.... Je devais partir derrière lui, finalement, je vais proposer à Monsieur P. de prendre ma place, afin de voir comment lui négocie la chose.... Et de la négociation, il va y en avoir ! Bon, quand faut y aller faut y aller.... Monsieur P. est passé plutôt en dérapant, je passerai tout en dérapant, .... lentement ! Heureusement, j’ai un casque ! si je rippe, je pars sur les rochers, mais j’ai le casque ! Après un temps certain, ouf ! je suis en bas, je pose les fesses sur mon sac, et j’attends les autres: que d’émotions !!! La plupart passent en ski (je devrais plutot dire « skis aux pieds », mais ne pas appeler ça du ski !), avec des styles différents. Princesse ne le sent pas, elle descendra en crampons.
La suite aurait du être bonne, mais avec la fatigue et les émotions, pour ce troisième jour je continuerai de skier comme une patate à la descente.....

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • es
  • ca
  • eu
  • it
  • en
  • de