Mont McKinley (Denali) : West Buttress
{{ '2008-05-20' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Mont McKinley (Denali) : West Buttress
{{ '2008-05-20' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: crowded

condition_rating: good

quality: medium

Location

Rating

AD+     VI 

heights

elevation_max: 6193 m

elevation_access: 2000 m

height_diff_up: 4193 m

snow

glacier_rating: easy

participants

duo, Fred, Jean-Yves, Jean, Kiné et Jean-Marie

weather and conditions


Voyage acheté chez « stages et expé » B. Muller.
5 touristes – 1 guide.
Ça fait mal au portefeuille, en revanche pour l’organisation, c’est plus cool.

[b]Talkeetna-Glacier[/b]
Attente 1 jour à Talkeetna pour les bonnes conditions météo. 2 vols échoués à cause des nuages le troisième a été le bon. Les vols sont agités mais fabuleux. Prévoir donc du rab dans le timing car il peut y avoir du décalage (valable aussi au retour pour la reprise sur le glacier).

[b]Camp d’atterissage à C3 = J1 à J3/3 jours.[/b]
Récupération des luges et Kérosène sur le glacier.
Prévoir cordelettes de traction des luges et qq mètres de gros élastiques (sandows) pour arrimer le chargement sur les luges.
Montée sur un glacier peu pentu mais parfois très crevassé (selon époque)
Utilisation des skis de rando + Diamir (pour fixer des chaussures d’alpi). Les raquettes, ça le fait aussi mais c’est moins rapide et moins confort, en particulier pour le retour en descente.
Il y a intérêt à charger au maximum la luge pour porter le moins possible. Prévoir 15 jours d’autonomie au minimum.
Les camps se font dans des endroits prévus à cet effet. C’est bien organisé avec un (des) « pipi hole ». Les grosses commissions se font dans des sacs en plastiques que l’on jette ensuite dans une crevasse balisée par les rangers. Les camps sont très très propres, ce qui ne gâche rien. Ne pas oublier qu’il y a quand même plus de 1000 personnes qui circulent sur la montagne entre mai et juin. Dans les Alpes on souille en 2 jours les abords d’un refuge parce que les gens pissent devant la porte…

[b]C3 à C4= J4 à J5/2 jours.[/b]
J4 : portage de bouffe et acclimatation. Sans skis car le terrain est plus raide. Passage avec glace, donc plus efficace à pied. Passage du célèbre « Windy Corner » : tout est dans le titre : attacher tout ce qui vole. Retour à C3 pour dormir.
J5 : montée et installation au C4.
Abandon des skis au C3 ainsi qu’une réserve de bouffe pour le retour.

[b]C4 (4300m) – sommet. [/b]
Ce camp est « gardé » par les rangers pendant la saison « d’été ». Qq bulletins météo ?. Assistance médicale et radio en cas de besoin.
De C4 pour rejoindre le sommet, l’itinéraire est à peu près le suivant :
- rejoindre un mur raide équipé de cordes fixes par les rangers. Une ligne de montée et une ligne de descente. Se munir d’un jumar et d’un prusik (pour la descente)
- Poursuivre sur une arête (assez large) parsemée de rochers. Facile techniquement et magnifique. A mon goût, la plus belle partie de l’ascension. On atteint le C5.
- Traverser vers Denali Pass. Un des passages clef selon les conditions de neige.
- Ensuite terrain monotone jusqu’au pied de l’arête finale.
- Arête finale également très esthétique et cornichée.

J6=repos et acclimatation au C4
J7=Projet de portage de bouffe et kérosène au C5.
En réalité, je me suis sentit plutôt en forme en quittant la tente et la météo était belle : un peu nuageux mais surtout pas de vent. J’avais à l’esprit que les fenêtres météo étaient rares et courtes sur le Dénali. En rattrapant notre guide, partit un peu plus tôt avec d’autres membres de l’équipe, je lui demande si je peux tenter ma chance ? Feu vert ! Excité comme une puce je file vers les cordes fixes, les passe avant l’embouteillage et rejoint l’arête en mixte. Le temps est toujours nuageux mais il ne fait pas froid. Très léger (2litres de kérosène et 4kg de bouffe dans le sac) je me régale à parcourir cette arête magnifique. La plupart des cordées sont très lentes et souffrent sous leurs grosses charges. Je me retrouve au C5 très rapidement. Je cache la bouffe et l’essence destinées à un futur C5, me désaltère et décide de continuer.
Le sac est vide (1 thermos de 75cl). Je me sens en pleine forme, Je suis très excité de découvrir la suite, ce qui se cache derrière Denali pass que j’aperçois. Je devine la trace. Elle semble bonne. Cette ascension me fait vibrer. Mon corps est parcouru de frissons d’émotions. L’ambiance est très excitante. Le paysage est grandiose. En traversant vers Dénali pass, je croise un guide et ses clients qui redescendent du sommet. Ils sont partis ce matin de C5. La neige est excellente et le cramponnage confortable. J’avance toujours à bon rythme. Je suis impatient de rejoindre ce col car je sais que c’est la porte d’entrée vers le sommet : si il y a du vent c’est foutu. Miracle ! Au col, calme plat (ou presque !). En revanche pas mal de nuages mais on dirait qu’il fait beau au dessus. Après Dénali pass, le terrain devient monotone, le temps est toujours brumeux, mon manque d’acclimatation se fait sentir, je ne vois plus personne. La cadence baisse. Je suis les fanions de repérage posés par ci par là. C’est long… Vers « Football field » j’aperçois de nouveau des alpinistes. Je retrouve du courage et les rattrape. Le temps s’éclaircit. Au pied de l’arête sommitale je pose tout ce qui me reste à poser : un sac vide et un thermos toujours plein. Je n’ai ni faim ni soif ! Le manque d’acclimatation se fait maintenant cruellement sentir (100m de D+/h, en poussant à fond ! une misère je vous dit !) mais cette arête cornichée est splendide et le sommet est là… à 2 pas…j’y suis. Il est 19h ce 20 mai 2008. Soit 10h pour faire les 1900m depuis C4.
Le temps se dégage. Pas de vent. Tour d’horizon magnifique. Tour des pensées… Verse une larme d’émotions puis descente. Ca va beaucoup mieux dans ce sens et l’énergie revient en perdant de l’altitude. Je retrouve C5 où tout le monde est blottit dans sa tente. L’idée de squatter une tente pour m’y reposer m’effleure. Je continu sur l’arête en direction de C4. Je suis seul sur cette portion de l’itinéraire. Le ciel est maintenant parfaitement dégagé. Je prends mon temps pour admirer les sommets qui m’entourent éclairés par une lumière splendide. Il est 22h. Sous ces latitudes, la nuit ne vient pas. Encore un peu de concentration avant de me laisser glisser sur les cordes fixes. J’entre dans notre tente vers 23h30, où Fred me tend une tasse de thé. Merci, merci de m’avoir fait confiance. Un jour rare.

J8 à J11=Les conditions météo se dégradent. Le vent est très fort. Le froid empêche toute tentative sur le sommet.
J12 à J13 Retour au camp de dépose des avions. Retour Talkeetna.

[b]Equipement (pièces principales):[/b]
1 tente ve25 pour 2. Sac de couchage valandré Odin, veste valandré Bering, pantalon Duvet Triple Zero (pas utilisé), chaussures La Sportiva Olympus Mons. Mouffles duvet (2 paires).

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de