J2 : Piz Boè : Boucle Forcella del Pordoi >> Piz Boè >> L'Antersass >> Plan de Roces >> Forcella del Pordoi
{{ '2010-09-14' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

J2 : Piz Boè : Boucle Forcella del Pordoi >> Piz Boè >> L'Antersass >> Plan de Roces >> Forcella del Pordoi
{{ '2010-09-14' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: crowded

condition_rating: average

quality: medium

Rating

T3 

heights

elevation_max: 3152 m

elevation_access: 2239 m

height_diff: +1410 m / -1410 m

length_total: 10.0 km

Access

access_condition: cleared

lift_status: open

hut_status: open_guarded

weather and conditions


Après la journée pluvio-neigeuse de la veille (limite pluie-neige vers 2000m, neige qui tenait dès 2200m), le matin tout était couvert de neige sur cet itinéraire, soit 1cm à 2200m, 5-10cm à 3000m, avec des accumulations jusqu'à 50-60cm alors qu'on n'avait pas l'impression qu'il y avait eu du vent... A 17h00, après une journée très ensoleillée et douce, la brèche Forcella était déjà complètement déneigée, seuls les versants N au-dessus de 2500m avaient encore un peu de neige...

timing

départ à 8h55 / durée 7 heures et 45 minutes

access_comment

Téléphérique ouvert de 9h00 à 17h00. Une benne toutes les 10 minutes. Nous sommes redescendus par celle de 16h45, pour 6,40€ / personne pour la descente seule.
NB : pointe de vitesse de la benne à -323 m/s... Impressionnant! Surtout quand les deux bennes se croisent!

hut_comment

  • Cabane Fassa au sommet du Piz Boè à 12h00 : fréquentée, accueil sympa, conditions données pour l'iti s'étant révélé justes, délicieux et copieux minestrone (7€ l'assiette)
  • Refuge Boè à 13h00 : fréquenté. Nous n'y avons pas fait d'arrêt. J'ai demandé comment était le Valon del Fos, on m'a répondu que personne n'y passait jamais, que c'était peu intéressant. Dommage, c'était sauvage, peu fréquenté, et très beau...
  • Refuge Forcella à 16h15 : non fréquenté, accueil plutôt froid. Intérieur sympa, refait à neuf apparemment. Thé chaud à 2€.

personal comments

ThomasR

Après la journée pluvieuse et neigeuse de la veille qui nous a poussés vers la belle ville de Bolzano (à recommander pour une visite de 24 heures), au réveil de notre troisième journée dans les Dolomites, c'est le soleil brillant et le ciel dégagé qui nous accueillent. Avec uplâtre de neige fraîche au-dessus de 2200m. Pas de Marmolada que nous avions pourtant initialement projetée de gravir par la VN de la face N (jusqu'à la Punta Penia). La veille au Bureau des Guides de Campitello, le "piquet de service" nous l'avait déconseillée après moult palabres, surtout sans guide, business oblige... "Sensa guida, non dico niente"... Nous avons alors demandé des infos sur la via de la face S du Piz Boè : "Molto difficile", sûrement très facile avec un guide... Bien bien, il fallait nous débrouiller nous-mêmes.

Après inspection précise de la carte au 1:25000 la veille dans la chambre d'hôtel, nous avions donc choisi un itinéraire élégant pour parvenir au Piz Boè. Partir du Passo Pordoi, monter sous la Forcella, tirer vers le NE sous les faces S, dépasser l'attaque de la via ferrata, poursuivre en direction du refuge Kostner sur plus d'un kilomètre pour gagner une dépression nommée Gran Valacia, la remonter par un sentiero alpinistico, le 638, et gagner ainsi le Piz Boè par une croupe SE. Redescendre en versant N sur le refuge Boè, descendre vers l'W sur Plan de Roces, puis remonter plein S vers la Forcella. Et descendre élégamment avec la benne, pour se mêler discrètement à la foule, car élégance peut rimer avec discrétion.

9h35 (il est tôt pour nous, je sais). Nous sommes partis depuis 40 minutes et marchons dans une neige humide. Sous la brèche dite Forcella del Pordoi, nous nous arrêtons à 2500m, là où les chemins se séparent. A main droite, en longeant les faces S déjà baignées de soleil, part le chemin balisé n°626 qui mène à la ferrata Cesare Piazetta et au Refuge Kostner ; tout droit dans la pente se dessinent les lacets qui conduisent à la brèche. La quantité de neige nous fait définitivement abandonné (j'ai du mal à accepter quand même, on est proches du but, non?) l'idée de notre itinéraire de départ. Nous vaincrons le Piz Boè par la voie classique, parmi la foule des prétendants descendus de la benne qui les aura déposés au Sass Pordoi après 5 minutes de téléportation... C'est important l'élégance en montagne, celle de la tenue et celle de l'itinéraire, comme celle du vocabulaire utilisé pour s'adresser à son partenaire. Mais dans les faits, en montagne comme en plaine, l'inclination de l'humain vers la trivialité est si forte que les revirements sont aisés.

11h55. Trois heures après notre départ, nous voici postés sur la terrasse de la Cabane Fassa, sise au sommet du Piz Boè. Nonobstant l'immonde large panneau qui s'y trouve, ce sommet est un superbe belvédère sur les massifs avoisinants : Marmolada puis Pale di San Martino au sud, que semble regarder une vierge de marbre rose, Catinaccio au SW, Sassolungo à l'W, plateaux du Sella au N, Tofane à l'E et face W de la mythique Civetta au SE... Les Dolomites, quel amoureux de la montagne n'en n'a pas rêvées. Ces sommets emblématiques sont là sous nos yeux, à peine escamotés par quelque petit nuage cotonneux. Un minestrone, dégusté sous un poster de la face N du Gran Vernel parcouru de tracés de ski extrême, nous revigore. La cabane est sympa, l'accueil très gentil. Les sommiteux (summiters) arrivent toujours plus nombreux, nous descendons vers le refuge Boè posé plus bas.

Un passage de marches de bois verglacées heureusement accompagnées d'un câble métallique enfoui sous la neige ou coincé par des stalactites de glace nous pose peu de problèmes. Une courte pause au refuge Boè particulièrement achalandé nous permet de demander les conditions pour la suite de l'itinéraire. Le Valon del Fos nous est déconseillé, peu intéressant, peu parcouru ; l'aurait-il si nous avions consommé? Un peu dépités et surpris, nous décidons de poursuivre tout de même selon notre plan déjà une fois modifié. L'Antersas est avalé, les pieds dans des flaques de neige déjà fondue. Nous obliquons plein W, en restant bien sur le chemin, pour éviter fissures et dolines qui apparaissent sous le mince tapis neigeux. La descente vers le Val Lasties débute ; nous croisons 3 bouquetins broutant de minces touffes herbeuses. Méfiants tout de même, ils ne se laissent pas approcher de plus de 7-8 mètres. Après quelques vires débonnaires où nous dépassons quatre personnes, c'est à Plan de Roces que nous faisons une pause repas adossés à un bloc tiédi par le soleil du début d'après-midi.

Nos regards scrutent au SE le Valon del Fos. En rive G, une trace nette de pas le parcourt. Il a donc été visité aujourd'hui même. Nous avons deux heures avant la dernière benne qui descend sur le Passo Pordoi, c'est parfait. Le vallon est calme, un torrent agrémenté de quelques cascades et vasques y creuse son lit. Nous le remontons efficacement, le soleil à peine voilé nous éblouissant presque. Le bonheur est là, dans le calme de la montagne juste blanchie. Sous le refuge de la brèche Pordoi, une randonneuse sans sac descend et nous croise.

Du Sass Pordoi, le vue est belle aussi, malgré la présence de la gare d'arrivée du téléphérique. Des tables d'orientation nous dévoilent les noms des sommets élancés qui de toute part sont visibles. A 16h45, nous montons dans la benne. Nos genoux nos remercient. La journée aura été belle.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • ca
  • de
  • it
  • en
  • es
  • eu