Le Mont Blanc à vélo depuis Annecy et Lausanne
{{ '2010-08-02' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Le Mont Blanc à vélo depuis Annecy et Lausanne
{{ '2010-08-02' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: crowded

condition_rating: excellent

quality: medium

Rating

PD-     III 

heights

elevation_max: 4810 m

elevation_access: 3817 m

height_diff: +5000 m / -5000 m

Access

public_transport: yes

access_condition: cleared

hut_status: open_guarded

snow

glacier_rating: easy

participants

Nicolas Hairon, Cyril (FR), René, Sam, Fred (CH), Volkan, Mehmet, Samet, Fatih (TR)

weather and conditions


Dimanche 1er août

Journée : beau avec quelques nuages léchant les sommets.
Se dégradant à partir de 16 heures.
Orages de grêle vers 19h30 à tous les étages.


Le projet

Cela faisait un petit moment que l'idée nous trottait dans la tête : atteindre le sommet du Mont-Blanc depuis tout en bas en réalisant l'approche jusqu'au hammeau de Bionassay à vélo.

Une équipe internationale

"Nous", c'est un groupe franco-suisso-turque de neuf personnes. Nicolas et Cyril sont français. René, Sam et Fred sont suisses. Volkan, Mehmet, Samet, Fatih sont turques.
Tous sont entraînés et adeptes de ce que nous appelons les "polyathlons" : des challenges d'endurance mêlant plusieurs disciplines.

Plusieurs groupes convergeant vers le même objectif

Pour répondre aux objectifs et envies de chacun, nous avons imaginé une approche scindée en trois groupes.

Groupe 1. Cyril, Fred et les turques partiront de Lausanne pour une aventure en quatre jours et en semi-autonomie (acheminement du matériel d'alpinisme dans une voiture jusqu'à Bionassay).
Groupe 2. René et Sam partiront de Lausanne pour une ascension en non-stop et en autonomie logistique complète.
Groupe 3. Nicolas, originaire de Grenoble, fera seul l'approche en train jusque Annecy et le trajet à vélo jusque Bionassay.

Les groupes 2 et 3 feront la jonction à Bionassay, et enchaîneront sur la montée à pied à Tête Rousse où aura lieu la jonction avec le groupe 1. Tous poursuivront ensuite jusqu'au sommet du Mont Blanc.

Récit chronologique

Vendredi 30 juillet

07h00. Le groupe 1 quitte Lausanne à vélo. Un turque se dévoue en tant que chauffeur de la voiture logistique.
14h00. Arrivée à Bionassay.
20h00. Après la montée à Tête Rousse à pied, installation du bivouac.

Samedi 31 juillet

09h35. Nicolas (groupe 3) prend le train jusque Annecy.
11h30. Départ d'Annecy à vélo.
15h00. Le groupe 2 quitte Lausanne à vélo.
18h00. Nicolas arrive à Bionassay.
21h00. Le groupe 2 arrive à Bionassay.
23h00. Tous trois quittent Bionassay en direction de Tête Rousse où attend le groupe 1.

[url=http://picasaweb.google.com/nicolas.hairon.2009/VeloAlpinismeAnnecyBionassay#]Plus de photos[/url]

Dimanche 1er août

03h15. Les trois groupes opèrent la jonction au refuge de Tête Rousse.
05h30. Passage au refuge du Goûter.
08h00. Passage au Dôme du Goûter.
11h00. Les cordées montées en différé se retrouvent sous le sommet.
15h00. Les cordées descendues en différé se retrouvent au refuge du Goûter.
17h00. Nicolas et Fred décident de s'arrêter au refuge de Tête Rousse pour y passer la nuit. Le reste du groupe continue la descente jusqu'à l'auberge de Bionassay.
18h00. Un orage de grêle éclate dans la vallée et monte rapidement. Le groupe encore dans la descente se fait surprendre : les turques s'arrêtent bivouaquer sous un pan de toit au refuge du Nid d'Aigle, tandis que Cyril, René et Sam parviennent dans la douleur à rallier l'auberge.

[url=http://picasaweb.google.com/nicolas.hairon.2009/VeloAlpinismeBionassayMontBlancTeteRousse#]Plus de photos[/url]

Lundi 2 août

06h00. Sam quitte l'auberge de Bionassay à vélo : direction Lausanne pour retourner au travail !
09h00. René fait de même et bouclera ainsi Lausanne-Mont Blanc-Lausanne dans le temps honorable de 48 heures.
11h00. Le reste du groupe se retrouve à l'auberge de Bionassay.
13h00. Départ de l'auberge de Bionassay à vélo.
13h30. A St-Gervais, Nicolas se sépare du reste du groupe et retourne seul sur Megève puis Albertville où il prendra le train pour Grenoble.
19h00. Tout le monde est rentré à la maison, mais a encore la tête à 4808m...

[url=http://picasaweb.google.com/nicolas.hairon.2009/VeloAlpinismeTeteRousseBionassayAlbertville#]Plus de photos[/url]

Conditions

  • Grand couloir. Tirs nourris de rochers modèles téléviseurs lors de la montée de l'arête au lever du jour. Rien d'aussi sérieux dans l'après-midi à la descente.
  • Du refuge du Goûter au sommet. Bon regel, traçe bien tassée et portante.
  • Au sommet. Du vent mais sans grand froid.

timing

[i]Voir récit chronologique.[/i]

hut_comment

Refuge du Goûter

Pas d'arrêt prolongé.

Refuge de Tête Rousse

Partiellement rempli : il semble que la fermeture du dernier tronçon du tramway décourage une partie du monde. Jeunes aides-gardiens et aides-gardiennes sympas.

Auberge de Bionassay

Très bon accueil. Merci à Walter et toute son équipe pour son support dans le projet, et nos vélos rangés bien à l'abri dans la grange de l'auberge !

personal comments

Nicolas

Tout avait pourtant bien mal commencé. D'abord, dans le train pour Annecy, je me prends une prune de 14 euros à bord du train (pour un billet payé 8 euros), tout ça parce que ce samedi est exceptionnellement en période blanche. Ensuite, mon ami Brice qui devait m'accompagner m'annonce par SMS qu'il décline finalement le défi : je serai donc seul jusqu'à Bionassay. Et enfin, et c'est le plus grave, je me rend compte que j'ai oublié mon sirop d'agave. C'est quoi, le sirop d'agave ? Pour faire simple, c'est un produit totalement naturel et hyper énergétique qu'on trouve pour trois fois rien. Dramatiquement plus efficace selon moi que tous les produits énergisants industriels vendus à prix d'or... Mais je l'ai oublié chez moi, mince. Qu'à cela ne tienne, j'irai jusqu'au bout quand même...

Finalement, la route d'Annecy à Bionassay, même chargé, se fait plutôt bien. J'assiste à un beau coucher de soleil sur les crêtes où je m'apprête à monter. Mes amis suisses arrivent vers 21h00, et deux heures plus tard nous sommes en route.

Je ressents déjà la fatigue en arrivant à Tête Rousse, et je réalise que ce sera difficile pour moi. Mais la pause au chaud dans le refuge est réparatrice et je repars.

Le calvaire reprendra au Dôme du Goûter, mais avec tout le soutien de Fred, mon compagnon de cordée, je m'accroche. Passé devant, il tend la corde sur l'arrête des Bosses et m'emmène au sommet.

Ce fut une aventure hors-normes et hors du temps, qui m'a permis de trouver bien plus que les limites de mon endurance physique. Certes, on pourrait argumenter qu'en haute montagne il faut être en pleine possession de ses moyens, et qu'il n'était pas raisonnable de tenter une ascension en non-stop en dépensant déjà beaucoup d'énergie sur le vélo. C'est un point de vue qui se défend.

Mais parfois, il est très enrichissant de se fixer des objectifs de grande ampleur et de s'y lancer, en équipe. J'ai eu beaucoup de coups de fatigue durant l'ascension, et l'émotion au sommet lorsque mon compagnon de cordée et moi nous sommes tombés dans les bras était très forte. Sans doute une des plus fortes que j'aie jamais ressenti en montagne.

Comme d'habitude, l'approche en mobilité douce et en particulier à vélo apporte une autre dimension. C'est à Faverges que j'ai vu pour la première fois apparaître mon objectif, au loin. À Praz-sur-Arly s'est découvert tout l'itinéraire de l'arrête du Goûter jusqu'au sommet. Dans la descente vers St-Gervais, c'est un mur de 4000 mètres de haut qui se dressait devant moi, dont la perspective de son ascension m'a inspiré un profond sentiment de respect et d'humilité.

Nous avons réussi. Comme pour sept des neuf membres de l'équipe, c'était mon premier Mont Blanc.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • eu
  • it
  • ca
  • en