Lances de Malissard : Traversée E >> W >> E par l'Aulp du Seuil
{{ '2010-02-20' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Lances de Malissard : Traversée E >> W >> E par l'Aulp du Seuil
{{ '2010-02-20' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: crowded

condition_rating: average

quality: fine

Rating

4.1
D-

heights

elevation_max: 2045 m

elevation_access: 1065 m

height_diff: +2200 m / -2200 m

Access

public_transport: yes

access_condition: cleared

snow

elevation_up_snow: 1065 m

elevation_down_snow: 1065 m

weather and conditions


Couvert le matin, soleil à travers les nuage par moment, puis chute de neige faible après 15h.
Peu de vent, mais froid.


Itinéraire emprunté

Col de Marcieu >> bosse 1864m au dessus du Passage de l'Aulp du Seuil (tracé par 2 personnes avant nous)
Descente jusqu'à 1700m (vallon vierge).
Montée à la crête 100m au N de la Lance S, par un couloir NE au N d'un éperon/triangle rocheux (tracé par nos soins).
Descente par le couloir/pente E au S du triangle.
Montée à la Lance S.
Descente par le 1er couloir W au S de la Lance S (à gauche en montant versant W), puis la pente WSW jusqu'à la lisière de la forêt (1550m).
Remontée au sommet du même couloir W.
Descente par un couloir E juste au S de la pente E descendue le matin.
Remontée au Passage de l'Aulp du Seuil.
Descente par le couloir en virgule puis la forêt et les piste jusqu'au Col de Marcieu
Ouf ! (on a failli loupé le bus)

Conditions

Ce n'est pas gavé, mais ça skie partout en évitant les bombés et contrepentes raides.
Les pentes non boisées ont été soufflées durant la chute : congères sur les obstacles, accumulations dans les couloirs.
Vu d'en face, les faces E des Lances ne faisaient pas trop envie, mais nous avons trouvé un dépôt de purge qui montait haut, ça passait bien. Ce n'est pas la même chose si on tâte les pentes non purgées.

Activité avalancheuse

Pas mal de pentes ont purgé durant la chute, comme le couloir NE utilisé à la montée. Mais les pentes restantes étaient instables dès que ça dépassait 30-35°.

Pente E au S du triangle

A la montée, Lutin déclenche 10m[sup]2[/sup] dans un petit bombé 20m sous la crête : petite coulée se déposant dans le creux en rive gauche de la pente.
A la descente, il passe sur le haut d'un autre bombée juste sous la crête, que j'avais évité par crainte de rocher affleurant. Il déclenche un petite plaque de 50m[sup]2[/sup]. La coulée passe sur un bombée 30m plus bas, et déclenche 1ha sur la partie N de la pente. La coulée qui en est issu descend au fond du vallon, avec un bon dépôt.
Après notre remontée à la Lance S, 2 personnes nous rejoignent. En repassant sur la crête dans l'après midi, nous avons vu qu'elles sont descendues en rive droite de la pente : après 2 virages, ce qui restait de neige vierge dans la pente est parti en plaque.

Pente WSW sous le couloir W

Vers 1900m, 50m sous le bas du couloir, Lutin aborde une rupture de pente un peu trop rapidement : il déclenche une plaque de 30m de large sur 60m de long, cassure 2m au-dessus de lui, il est emporté. Il s'arrête au bout de 20m de glissade sur la neige dure. La coulée est descendue jusqu'à 1700m environ.

Couloir E encore plus au S

Nicolas a déclenché une plaque de 50m[sup]2[/sup] sous la crête, en descendant trop près du bord d'un bombé, pour éviter un rocher affleurant.
Dans le couloir, des fissures se créaient systématiquement sur toute la largeur, mais rien n'a glissé.

location | altitude | orientations soft snow total snow comment
Pistes / 1065m >> 1300m / E / 16h50 2 cm > 30 cm Enneigement : 3/5 - Qualité : 3/5 - Damée sèche le matin. Damée sans bosses le soir, mais elle semble avoir pris le soleil.
Forêt / 1300m >> 1570m / SE / 16h45 20 à 30 cm 40 à 60 cm Enneigement : 3/5 - Qualité : 3/5 - Poudre légère (neige roulée + particules fines), sur dure. Pas assez de fraiche : ça va vite ! Bon ski en zones vierges. Chemin damé.
Couloir en virgule / 1570m >> 1830m / E / 16h40 30 à 40 cm Enneigement : 2/5 - Qualité : 2/5 - Damée avec mauvaises bosses (mais pas dures) au centre, trafollée sur les rives. Pas mal de rochers apparents sur les rives et parfois au fond du couloir. Moyen à bon ski.
Versant NW de la bosse 1864m / 1864m >> 1700m / NW / 9h30 30 à 40 cm 5cm de légères sur 10cm un peu soufflée avec assez de cohésion, sur fraiche sans cohésion (mélange flocons/neige roulée de 1-2mm), sur dure. Bon à très bon ski en fats, moins bon en non fats.
Couloir NE au N du triangle / 1750m >> 2030m / NE à E / 10h30 10 à 50 cm Enneigement : 3/5 - Qualité : 3/5 - Tout le couloir/pente a purgé sous 1950m : dépot de sèche réparti tout le long. Au dessus de 1950m, 5-20cm avec cohésion sur 10-20cm sans cohésion (neige roulée), mais ça se couche puis se croupise.
Pente E au S du triangle / 1800m >> 2040m / E / 11h30 30 à 40 cm Enneigement : 3/5 - Qualité : 3/5 - Pente non purgée avant que nous la touchions. Plaques déclenchées sur la moitié N, puis sur la moitié S (voir plus bas). Bon à très bon ski dans le dépot de fraiche et dans la fraiche intacte après la 1ère plaque.
Couloir W de gauche / 1950m >> 2020m / W / 12h30 30 à 50 cm Enneigement : 3/5 - Qualité : 4/5 - Même neige qu'en E. Couloir skiable intégralement, moyennant un tout-droit de 3m. Mais lorsque nous l'avons remonté, nous avons dû nettoyé l'étroiture pour pouvoir grimper... Il y a donc un saut d'1,50m au milieu du tout-droit désormais :-)
Pente sous le couloir W / 1550m >> 1950m / WSW / 12h45 20 à 50 cm Enneigement : 3/5 - Qualité : 3/5 - Même neige qu'en E, et mêmes plaques...
Couloir E encore plus au S / 2020m >> 1800m / E / 15h30 30 à 50 cm Enneigement : 4/5 - Qualité : 3/5 - Même neige que dans les autres pentes E. ski moyen à cause des précautions nécessaires (ski trop découpé).

timing

8h10 : Col de Marcieu
9h30 : bosse 1864m
...
16h20 : Passage de l'Aulp du Seuil
16h52 : Col de Marcieu

access_comment

Départ en bus de la gare de Grenoble à 6h55.
Arrivée au Col de Marcieu à 7h55 (au lieu de 8h12 de prévu).
Retour en partant à 17h, arrivée à 18h20

personal comments

Le film de la sortie, intitulé Malissard Express.

[video 640,360]http://vimeo.com/9716907[/video]

Bubu

[i]Promenons-nous en Cartusia
Pendant que Moon n'y est pas
Car si Moon y était
Elle nous purgerait[/i]

Ah ben non, même sans Moon, nous avons purgé quand même.
Objectivement, c'est du vandalisme (si nous n'avions pas touché à ces pentes, dans 2 jours on aurait pu y passer sans que rien ne bouge), mais bon c'est la Chartreuse, pas grave :-))

Je précise mon avis par rapport à tous ces déclenchements de plaques, pour qu'on ne croit pas que je sois une tête brulé.

Face E des Lances

Au départ j'avais en tête un tricotage du style que nous avons fait : que des descentes skiantes + la liaison à plat sur le fond du synclinal, en peaux (donc de la montée, ça ne compte pas en descente :-))
Bien sûr, pas de scrupule à renoncer si la nivo ne veut pas, je m'en fout complètement d'aller aux Lances ou non : je préfère revenir avec une nivo saine que d'insister avec une nivo foireuse en descendant sur des oeufs en se protégeant tout les 20m, sans pouvoir me lacher.
Une fois au Passage de L'Aulp du Seuil, on voit que les 4km de face E des Lances sont bien soufflées, mais comme dans le versant NW où on se trouve, il y a surement une dernière couche de fraiche moins venté qui cache plein de choses... En fait on voit bien les congères/érosion près des petits pins et rochers.
Vu le risque de but et le plat qu'il faut traverser pour rejoindre la partie S de la face E, là où des éperons dessinent des pseudos couloirs susceptiblement moins soufflés, j'étais près à me contenter d'un tricotage en restant en versant W, puis 1 ou 2 descente en versant E de l'Aulp du Seuil (couloir en virgule, cirque, ...). Mais bon, on a le temps, allons voir ça de près (sans forcément y monter), ce sera au moins instructif sur le fonctionnement de cette face dans ces conditions.
Je ne suis jamais allé aux Lances en hiver, je sais qu'en été la traversée du plateau est bien vallonné, va-t-on errer pour le traverser ? Ben non, ça passe bien, nous n'avons pas trop fait de montagnes russes, c'est déjà ça.

Une fois au pied de la partie S de la face E, on en voit plus : au pied d'un pseudo-couloir NE, il y a un dépôt d'avalanche sèche recouvert d'un peu de fraiche, qui remonte sur au moins la moitié de la hauteur. Plus haut, on pourra peut être monter au fond du couloir en restant près de sa rive droite, car il est en diagonale, et donc son fond est moins raide que la pente moyenne de la face. Plus haut, le couloir se couche et se fond dans la face 50m sous la crête : on pourra s'arrêter là.
Allons-y. Une fois à la moitié de la face, le dépôt est toujours présent, juste recouvert d'un peu plus de fraiche. 50m plus haut, on ne sent plus le dépôt, on reste au fond du couloir, ça se couche, on sort à un collet au sommet d'un éperon/triangle, 50m sous la crête.
Je regarde de l'autre côté du triangle : c'est un couloir similaire, mais SE au début, par contre la pente en rive droite (qui est un bout de la face E) ne semble pas avoir purgé du tout. Le soleil est arrivé, c'est tentant de descendre là pour laisser le couloir NE aux suivants, mais bon c'est craignos si ça n'a pas purgé... d'un autre côté, en restant au fond du couloir et en rive gauche, sans toucher la pleine face, je pense que ça devrait tenir. Bien sûr, ça implique qu'il ne faut pas que chaque skieur se décale de 5m vers le S, la zone "moins craignos" fait 5-10m de large maxi. Du coup le dernier skie dans de la trafollée, et en moyenne sur les 4, la qualité de ski sera peut être meilleure dans le couloir NE, où l'on peut se lâcher sur les 2/3 (mais avec un fond irrégulier).

On verra bien, essayons de monter jusqu'à la crête, en évitant les accus, là c'est bon... et non Lutin déclenche une petite plaque, dont la coulée descend dans le fond du couloir : c'est déjà un test.
A la descente, en traversée sous la crête je vise les creux pour éviter les rochers, et ce sont aussi des zones moins raides. Derrière, Lutin passe 2m en dessous, et déclenche une petite plaque. Cette fois, la coulée descend vers le centre de la pente en rive droite du couloir. Occupé à éviter les éventuelle rochers affleurant en descendant vers le sommet du couloir, je n'ai pas vu qu'il a déclenché une plaque. Je me retourne : je vois 1ha en moins dans la pente ! Plus haut, une autre plaque, et sa coulée qui a déclenché la grosse plaque. Ah ben ouais, là ce sont les grands moyen, forcément le couloir est bien moins craignos désormais :-) Nous descendrons donc dans le couloir SE, dans la coulée sur le haut, puis aussi sur les bords non touchés lorsque la pente se calme (20-25)°.

Nous n'avons donc pas été dans des zones dangereuses dans ce bout de face E. Mais qu'aurions-nous fait si Lutin n'avais pas déclenché de plaques et que la pente n'aurait pas purgé ? Je pense que je serais descendu dans le couloir SE, en me protégeant en rive gauche. Mais les autres se seraient-ils contentés de skier dans ma trace ?
Le pire : la cassure de la grosse plaque a atteint la bande de 5-10m de large que j'estimais moins craignos. Aurais-je déclenché la plaque en passant sur la zone d'intersection de la plaque et de la bande ? Je pense que non (trop long à expliquer), il faudrait essayer... mais avant de trouver les mêmes conditions...
Malgré tout, après coup, je pense que ç'aurait été une mauvaise idée de descendre à 4 (un par un) dans ce couloir s'il n'avait pas été purgé, avec des personnes peu habituées à ce genre de nivo (j'ai remarqué plusieurs erreurs de comportement dans la journée).

Versant WSW des Lances

En descendant au sommet du couloir W, par une petite pente S suspendue, le 3 ou 4ème à descendre fait partir un paquet de fraiche (style intérieur de godille), qui tombe dans un petit couloir parallèle au couloir W. La coulée descend sur la pente sous le couloir, et me permet d'évaluer la hauteur du couloir, car je ne voyais pas le fond du couloir. Après plusieurs hésitations, et zyeutage dans le couloir suivant (qui n'arrive pas en bas, c'est encore plus au S que le vrai couloir W débouche), je descend dans le couloir on verra bien s'il faut tout remonter ou non... ça passe, avec un tout-droit :-)
Sous le couloir, pas de connerie, je vise les dépôts de coulée, car ça a bien dû purger dans ces falaises, non ? Ben non... ah si là... euh non, c'est juste la coulée issue de la pente suspendue, pas assez puissante (trop diffuse et 4-5m[sup]3[/sup] maxi) pour avoir testé la pente où elle est passé. Bon ben vive les fats pour descendre en 4s sur une bosse avec rocher affleurant.

Les 3 autres me rejoignent : en skiant sur ou à gauche de ma trace, au fond d'un talweg, ils sont garantis d'être en bordure de plaque si ça partait, car j'ai touché les fond dur dans les virages, tout en ne touchant pas la croupe qui me surplombe (mais qui est SW, contrairement au talweg qui est W). A vrai dire, ce n'est pas bien safe comme situation, mais c'est à 30-35°, et surtout l'épaisseur de fraiche varie beaucoup entre les bosses et les creux : peu de chance que tout parte au-dessus de nous, seule une partie peut partir en une fois.

Ensuite, il faut descendre de cette bosse... Et là, il y a du convexe obligatoirement où qu'on passe, avec du 35° sur 5-10m.
A gauche dans le talweg, convexe dans un seul sens (sur la hauteur), mais plus chargé, avec contre pentes plus raides.
A droite sur la croupe, convexe dans les 2 sens, mais moins chargé, au moins au début.
Lutin choisit à droite, bon. Pas le temps de lui dire d'y aller précautionneusement qui est déjà 3m plus bas, et qu'il déclenche une plaque. Il a cru que la pente au dessus de nous avait déjà purgé, avec juste 5-10cm de fraiche par dessus, comme dans le couloir NE en face E des Lances, alors que c'était juste un dépôt en surface suite à la coulée de la pente suspendue.

Sur ce coup là, je fut bien con de ne pas avoir fait clairement le point avec tout le monde : pour moi, il était évident qu'il fallait descendre en mode "test" (rester près des rochers si possible, bien ravagé là où on passe pour éviter d'avoir un bout de pente vierge au-dessus de soi, etc), et non qu'on pouvait se lâcher, et j'ai cru que tout le monde l'avait compris.
Autre erreur : juste avant que Lutin s'engage, je n'ai pas vérifié qu'aucun skieur ne se trouvait sur les 500m de pentes en-dessous. J'avais vérifié auparavant, aucune trace de montée ni de descente, mais en descente un skieur peut traverser dans la pente en 30s. J'ai vérifié de nouveau une fois que la coulée descendait, mais il y avait jour blanc et le petit aérosol cachait le bas de la pente. En descendant, j'ai pu vérifier qu'aucune trace menait à la coulée.

Divers

Gros brassage pour remonter l'étroiture du couloir W ! Je voyais l'heure tourner, il y avait de la marge, mais à 4 dans la descente E en se protégeant, ça a mis du temps, du coup un peu speed sur la fin. Et ces raquetteurs (ou surf-raquetteurs) qui remontent en dernier au Passage, et qui ne défoncent pas la trace, mais laissent quand même une trace de raquette qui dégrade la glisse en peaux... Encore un complot pour nous faire louper le bus !!!
Si on veut plus de sorties TC, il faut limiter les raquetteurs :-))

Nicolas

Deux choses à retenir de cette somme toute magnifique sortie en Chartreuse.
- Un bus vide à la montée le matin au col de Marcieu, c'est dommage. Pourtant, un départ du col laisse entrevoir des possibilités de traversées géniales, jusqu'à St-Pierre ou plus loin. Alors, remplissez les bus ! Et Renaud et Lutin confirmeront : le bus offre l'indéniable avantage de pouvoir piquer un somme au retour.
- Les purges que nous avons déclenchées. Faire descente un pan de montagne, c'est un beau mais dangereux spectacle. Et plutôt pédagogique...

Photos et film de la sortie à venir (qui sera vraisemblablement intitulé "Malissard Express").

Lutin

Non, Nicolas, je ne confirme pas : j'ai essayer de somnoler dans le bus au retour, mais sans y parvenir, ça tourne un peu trop, et ça cahote aussi un peu.
Bon, sinon, première sortie TC pour moi, un peu dur de se motiver quand le réveil sonne à 5h50… du coup, je me rendors à moitié en me disant que j'y vais pas… et puis quand finalement je me décide, histoire de pas céder à la facilité, ben ça fait que j'ai 10 bonnes minutes de retard sur un horaire déjà assez serré. Arrivée presque in-extremis à la gare routière, encore un atermoiement pour savoir si je laisse le vélo à la gare où si je le mets en soute, la proportions de vélos en piteux état me fait opter pour l'option soute à bagages.
Les plaques : pour les deux premières, je dirais presque que je m'y attendais, surtout pour la deuxième en continuité de la seconde. Par contre, la 3[sup]e[/sup], je l'ai pas vue venir, car justement il y avait la trace d'une ancienne coulée au même endroit, donc je me suis dit que c'était bon, que ça avait déjà purgé. Erreur, ça ne devait être que le bout d'une vieille coulée qui n'avait pas purgé cette plaque ; et je me suis donc retrouvé embarqué, dans une bonne position (couché sur le côté) mais sans parvenir à ancrer les carres sur le fond vraiment dur ; heureusement, j'arrivais quand même à me ralentir par rapport à la neige qui glissait, et donc petit à petit il y en avait moins qui me poussait et je me suis arrêté.
Côté ski, la troisième descente (couloir E) était la meilleure pour moi. Les autres, la neige était bien lourde… j'veux des skis plus larges !

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • es
  • ca
  • de
  • en
  • it
  • eu