Crête de Brouffier : Versant W - depuis la Morte
{{ '2009-12-20' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Crête de Brouffier : Versant W - depuis la Morte
{{ '2009-12-20' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: overcrowded

condition_rating: average

quality: medium

Rating

2.1
F

heights

elevation_max: 2400 m

elevation_access: 1350 m

height_diff: +1400 m / -1400 m

Access

public_transport: yes

access_condition: snowy

lift_status: open

snow

elevation_up_snow: 1350 m

elevation_down_snow: 1350 m

weather and conditions


Beau jusqu'à 13h, puis des nuages cachait le soleil rasant, mais c'est resté dégagé jusque vers 14h au-dessus de nous. 2ème montée en partie au soleil, à 14h.
Bien froid, mais ça s'est réchauffé dans la journée.
Bien ventée au dessus de la forêt, encore plus sur la crête bien sûr. 50km/h au sommet.


Itinéraire emprunté

Accès en bus VFD, donc départ du pied des remontée. Du coup, 500m de plat gratos :-)
Montée à la Crête de Brouffier par l'itinéraire normal, arrêt au cairn 2400m.
Descente par le même itinéraire jusqu'à 1800m.
Remontée à 2100m.
Descente en versant NW de la Côte Sallière jusqu'à la route du Poursollet, que nous avons suivie jusqu'au lacet 1450m au dessus de la Morte, puis retour par les près.

Conditions.

Très soufflée au dessus de 2100m.
Très bon entre 1700m et 2000m, mais bien tracé sur l'itinéraire normal.
Difficilement skiable en forêt sous 1600m hors route. Assez bon au dessus.
Du côté du Taillfer, c'est tout soufflé, des rochers et crêtes à nu un peu partout.

Fréquentation

Pas la foule des grands jours, mais bien une quarantaine de personne sur la journée (grand jour : 200 personnes).

location | altitude | orientations soft snow total snow comment
Prés de la Morte / 1350m >> 1450m / SW / 16h 30 cm 30 cm Poudre légère sans sous couche, qui commence à se tasser.
Bas de la forêt / 1450m >> 1600m / W / 10h30 20 à 40 cm 20 à 40 cm Poudre légère sans sous couche. Skis cailloux obligatoires.
Haut de la Forêt / 1600m >> 1850m / W / 11h 30 à 40 cm 40 à 60 cm Poudre légère sur dure. Border-cross assez bon, peu de touchettes a la vue des descendeurs matinaux.
Côte des Sallières / 1800m >> 2000m / W à NW / 11h30 et 14h30 0 à 40 cm 10 à 60 cm 20 à 40cm de poudre légère sur sous couche dure : très bon ski, le seul défaut est la sous couche bosselée car trop fine donc reflètant les irrégularités du terrain. Très tracée en W, vierge avant notre passage en NW.
Crête de Brouffier / 2000m >> 2400m / W / 12h30 0 à 10 cm Soufflée : sous couche à nue, poudre tassée, tâches de carton, congères.

timing

10h >> 16h
Sommet à 12h20

access_comment

Route dégagée mais enneigée dès Séchilienne. Dans le même état le soir.

personal comments

Bubu

RDV à 7h45 à la gare routière... OK donc j'y vais en vélo... Bordel ça n'avance pas avec la neige brassée dans les rues et mes pneus sous-gonflés à cause du -5°C...
Arrivée à 8h à la gare, heureusement nous étions les seuls clients, le bus a attendu... Le temps de ranger le vélo, les skis, les tendeurs pour accrocher les skis sur le vélo, il y a eu qq personnes en plus dans le bus. Ah ben voilà mon retard fut utile :o)
Soleil à la Morte, départ à 10h à ski. Il faudrait prévoir un arrêt rando 500m avant le pied des remontées :-)
La trace est faite, d'ailleurs nous croisons les premiers qui descendent peu après. Dans la forêt, les arbres se donnent le mot pour confectionner délicatement un bonnet à Agnès.
Des gars nous rattrapent : ce sont 2 kiteurs, suivi de Jip & co.
Pause en rejoignant la route à 1660m.
Loïc : - Agnès, tu n'ouvres pas ses chaussures comme à la Tête du Vallon ?
Agnès : - Ben non, Bubu ne m'a toujours pas donné les élastiques !
Bubu : - Ah oui, oups, complètement oublié...
Loïc : - Pas grave, tu peux utiliser les tendeurs de Bubu.
Agnès : - Ah ah ah, non non non, je monte comme ça, ça va très bien.
Bubu : - Bonne idée les tendeurs ! Mieux que sur les chaussures, je peux te tracter :-))
Agnès : - Même pas cap ! (ou un truc du genre)

Je l'ai donc tractée jusqu'au sommet. Enfin tractée, c'est plutôt pour donner le rythme, car elle me talonnait souvent, je n'allais pas assez vite :-).
Mais c'est super efficace : 700m/h de moyenne, 850m/h max, pour qqun qui tourne à 450-600m/h d'habitude. C'est bien ce que je dis tout le temps: on en est capable, c'est juste qu'on ne le sait pas et/ou qu'on n'a pas envie de le faire.

On ne reste pas au sommet, on redescend à la lisière de la forêt pour manger.
Puis on remonte bien sûr, il est à peine 13h30, le bus est à 17h25, on ne va pas passer 3h au bar !
Go, juste 200m... ouais 300m... mais au soleil :-)
Descente en NW, bien soufflée au début, pas top... puis de mieux en mieux... jusqu'au gavage final :-))
Plus qu'un peu de pousse bâton sur la route... euh, ou en peaux, car ça monte pas mal et longtemps ! Je reste en pousse bâtons : la trace est faite par des raquetteurs, et j'ai des bâtons magiques normalement... un peu cassés quand même, et pas trop de bras... je me fait rapidement dépassé par Agnès et Loïc, en loupant la perche à chaque fois ! Faut que je trouve un truc pour pouvoir m'accrocher à n'importe qui rapidement, même de loin.
Descente sur la route en mini-godilles sur la largeur de la trace, histoire de se tétaniser les muscles à godilles.

16h à la Morte, on a le temps de récupérer au bar... et on peut se lacher, on ne conduit pas.... C'est l'avantage des sorties TC :-))

Loïc

Désolé ça fait un peu redite, mais j'ai pas envie de poubelliser tout ça. C'est ça de travailler en parallèle et sans concertation ;-))
Ca commençait mal cette sortie TC : une queue monstre dans et devant la gare routière à 7h40. Tout plein de djeuns qui vont skier en station. Je fais la queue jusqu'à 8h, mais le chauffeur dit aux collègues qu'il va partir et qu'il peut nous faire les billets. Ouf !
Arrivée vers 9h20 à l'Alpe du Grand Serre. Le temps de chausser, planquer le sac à chaussures, il est déjà 10h quand on décolle.
Au début on fait un peu mumuse à faire tomber la neige des arbres sur les copains. Quel chouette décor !
Et puis [s]la princesse[/s] Agnes découvre le Bubu-ski. C'est un poil moins rapide qu'un téléski (800m/h quand même), mais nettement moins bruyant et moins casse-gueule. Derrière c'est un peu la débandade. Encore la faute à ces foutus skis-cailloux !
Vent en baston en haut (glagla), donc on traine pas. Bonne poudre dans la combe et en forêt. Du coup après un pique-nique un peu arrosé (mais pas de neige), on remonte pour aller tester une descente versant Nord. Bien aussi, mais faut que je réapprenne à skier (ou plutôt que je remise ces skis-cailloux de m... qui déchaussent au moindre virage trop appuyé).
Petite remontée sur la route. La méthode repeautage semble plus efficace. Bubu rate de peu le Loïc-ski, pas facile à prendre en marche, y a rien pour s'accrocher.
Enfin descente par la route et par les prés pour rejoindre le 1er bar de la station.
Mais 1h30 pour s'enfiler bières, crêpes, vin chaud, re-bières, en fait c'est un peu juste. On a dû courir retenir le bus pour pas le rater !
C'est sympa les TC, mais faut pas en abuser, sinon on finit alcoolique ;-)

Princesse de la Meije!

Je voudrais qu'il n'y ait aucune confusion sur certains évènements de cette épique journée! Moi, Princesse de la Meije j'étais bien à cette sortie mais me suis tenue sage tout au long de la journée!! Par contre, il y avait en effet une autre fille, Agnès, que je rencontrais pour la première fois, qui par fainéantise sans doute s'est faite tracter par Bubu! Toute ressemblance entre la dite Agnès et moi-même sur les photos est pur hasard!!!

Des vrais photos sympas que l'on peut voir (entre ceux qui oublient l'appareil, ceux qui ont des problèmes de batterie et ceux qui, malgré leur métier d'informaticien, ont du mal à mettre en ligne leurs photos que l'on peut parfois espérer voir au bout d'un délai minimum de 2 ans....).

Simon

Le voyage de classe.

Il y en a toujours la veille du départ qui se demandent si ça va être si bien que ça cette sortie pédagogique. Certains arrivent quand même à se faire excuser : qui invoquant un reste de grippe (A, B ou C, on ne sait plus trop), qui prétendant aller rider les flancs déneigés de la Quarlie (quelle drôle d'idée !), qui préférant monter à Chamrousse pour chaîner avec les Lyonnais...
Dans l'ambiance frigorifique et matutinale de la gare routière de Grenoble, les yeux ont du mal à se dessiller alors que nous attendons l'inévitable retardataire qui, sautant de son vélocipède, arrivera tout de même à monter in-extremis dans le bus. Mais une fois le voyage commencé, c'est à peine si nous ne chantons pas à tue-tête : "Chauffeur si t'es champion, appuie sur le champignon !" (enfin non pas vraiment car la route est bien trop blanche pour qu'on l'encourage à se la jouer Keanu Reeves dans Speed).
Débarqués à l'Alpe du Grand Serre, nous disons au revoir au chauffeur pour quelques heures et préparons laborieusement nos affaires. Forcément les taquins profitent des premiers arbres enneigés pour rafraîchir leurs copains. Malheureusement la matière première est trop peu dense pour démarrer une véritable bataille de boules de neiges.
Au bout d'à peine une heure de montée, c'est au tour de la Princesse de réclamer son carrosse. Ben oui, une Princesse , ça a un standing à assurer. "Fouette cocher" s'exclame-t-elle, appliquant ici la technique de coaching mise au point par sa copine Force Roz pour booster les performances verticales de Monsieur P. ! Vu le rythme de montée du peloton digne d'un Tour de France de la grande époque, autant dire que les discussions sont réduites au minimum; surtout quand le ventilateur réglé sur "Blizzard nordique" nous cueille sur la crête. La Princesse libère enfin son destrier qui file en 3 grandes courbes à la lisière de la forêt, nous attendant pour un [s]frugal et sobre[/s] pique-nique mérité.
Pour digérer rien de mieux qu'une petite remontée de quelques centaines de mètres, dépeautage et début de la dernière descente sur une neige glacée qui fera douter les moins confiants ("Pfff, c'était bien la peine de descendre par là alors que l'autre versant était tout bon !!!"). Heureusement la fin de la combe nous offre une neige douce et légère (beaucoup trop pour les petits joueurs équipés en ski-allumettes).
Un peu de ski de fond/skating (avec ou sans peaux suivant les goûts) nous ramène sans encombre sur un itinéraire enfin légèrement descendant. P. De La M. décide derechef qu'il est tout à fait approprié de garder ses peaux en descente mais elle s'adjoint quand même les services du Bubu-ski okazou (faut dire qu'elle avait pris le forfait journée, ça aurait été dommage de gâcher). 2 passages de barbelé plus loin, nous sommes de retour dans le riant village de l'Alpe du Grand Serre.
Histoire de tuer le temps et d'encourager le petit commerce, nous nous attablons dans le seul bar ouvert de la station. Seul point noir de la journée : le four est éteint et nous ne pourrons pas, au grand dam de [s]Popeye[/s] Laurent, déguster la pizza raclette/ravioles/3 fromages espérée toute la journée. Pour noyer son chagrin, Laurent commandera donc un demi Pelforth et une Duval (la prochaine fois il tente les 2 Duval, sans la crêpe pour éponger). Digérant confortablement bières, vins chauds et crêpes, nous sommes tout près de louper le bus qui nous ramène en douceur à Grenoble... Bilan de la course : heureusement qu'on a pris le bus aujourd'hui sinon le pôvre chauffeur aurait terminé sa soirée tout seul !

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • eu
  • de
  • en
  • ca
  • es
  • it