Grande Aiguille d'Ansabère : Dièdre nord-est
{{ '2009-08-12' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Grande Aiguille d'Ansabère : Dièdre nord-est
{{ '2009-08-12' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

quality: great

Rating

TD+     III 

heights

elevation_max: 2377 m

elevation_access: 2050 m

height_diff_up: 350 m

participants

François Baben, Pascal Degauque

weather and conditions


Grand beau, quelques cumulus en fin d'aprem'. Grimpe en T-shirt.


Approche : on a encore été emmerdés par les patous. Une fois, on rigole, Mais être obligés à chaque fois (aller [b]et[/b] retour) de faire un détour pour éviter le troupeau qui stationne en plein sur le chemin d'accès, ça saoule... A noter qu'en plus de ça Pascal, dans son détour, est tombé sur une vipère... Le pierrier qui monte à la grande aiguille est sacrément chiant, tout comme la cheminée d'accès, moins triviale qu'on ne le pensait (mauvais rocher).

Voie : se méfier du rocher dans la L2. Au-dessus, bon rocher dont la solidité se "lit" plus facilement. L8, rocher très médiocre; quant à celui de la L9, une pourriture en tout point conforme à sa légende.
Tous les relais sont en place, ainsi qu'un grand nombre de points dans les longueurs. Les pitons sont dans la plupart des cas vieux mais encore en bon état. Voie équipée selon des critères "montagne".

timing

Lever 4h45/Pont de Lamary à 5h45/départ de la voie 9h.
9h dans la voie.

hut_comment

Au camping de Lhers

personal comments

Une très, très belle voie !!

Une journée bien particulière...
Les aventures ont débuté dès l'approche par une attaque de patous (cf ci-dessus) et par une traversée de pierrier comme il y avait longtemps que je n'en avais plus subie d'aussi chiante. Le parcours de la cheminée d'accès a ensuite apporté son lot de péripéties puisqu'il a fallu que je redescende porter secours à mon Pascalou qui s'était fourvoyé dans des lieux où il ne fait vraiment pas bon se trouver sans casque, ni corde, ni chaussons.
Ses malheurs ne faisaient que débuter. Dans la première longueur, un coinceur en place depuis des temps immémoriaux (puisque cité dans le topo espagnol des années 90 que nous avions) a décidé de se suicider. Heureusement que le piton d'au-dessous était bon... Changement de leader et découverte que nous nous sommes fourvoyés dans le mauvais dièdre. On corrige le tir au prix d'une traversée aérienne durant laquelle je produis quelques litres d'huile.
La L2 me cueille donc dans des dispositions d'esprit pas totalement tournées vers un parcours dans le plus pur style "libre engagé". J'ai ressorti ma vieille panoplie de sanglier des fissures, ma "pédale de libre" (arme carousienne magique) et j'ai ainsi pu atteindre le relais suivant. J'ai malgré tout été forcé de faire quelques bonds de libre entre les pitons. Mais le stress était déjà en train de passer et j'ai regretté une fois au relais de ne pas m'être davantage battu pour passer plus proprement.
Pascal a ensuite fait joujou avec son étrier, très précautionneusement, dans le célébrissime toit (cf photos). Ça passe très bien en A0, avec un ou deux points d'A1 avant la traversée, puis dans celle-ci selon le degré de confiance dans la solidité des pitons en place. Pour ma part, en second, j'ai azeroté tout ça, sans trop me préoccuper de savoir si ça allait tenir. Ça a tenu.
Les longueurs d'au-dessus sont les plus belles, en particulier la L6 dans laquelle je me suis régalé. Il faut dire que Pascal a eu la gentillesse de me laisser les longueurs les plus sympas, pour se charger de celles plus quelconques.
La sortie au-dessus de l'épaule mérite toute sa réputation. Pascal y a testé pour la deuxième fois de la journée les effets de l'attraction terrestre, avec toujours autant de réussite. Il était heureusement cette fois-ci en second. Nous étions pourtant prévenu de la qualité du rocher pour cette sortie... Il semblerait qu'il soit possible de passer directement au-dessus de l'épaule par la droite, en suivant la fissure avec un piton de réchappe (ou que j'ai pris pour tel) que j'évoque dans le topo... C'est le cas dans ce topo : https://photos.google.com/share/AF1QipOj9pTwRpBhaBBxlt9Ul-wnmNKc845vy6yk2kMhLjj7RJdsIAPtttoM8WbZROYTdA/photo/AF1QipPU-OrBUsJH4zY9rv8Vnjjj7oWCvhrsDYzDiOKX?key=SWN5aktuajdIT2ZIbWFHbGhYOFdacDZqRDFKbFp3
Avant de pouvoir redescendre, il restait un dernier épisode, de la nature de ceux qui font disparaître le sourire. La remontée dans la cheminée finale, post rappel, nous a renvoyés au départ : non pas géographiquement, mais stylistiquement puisque nous étions à nouveau en tennis dans une cheminée en rocher pourri.

Bref, une bien belle journée dans une bien belle voie.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca