Raid Oberland 5J: Grunhorn,Fiescherhorn,Monch,Jungfrau,Mittaghorn
{{ '2008-05-11' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Raid Oberland 5J: Grunhorn,Fiescherhorn,Monch,Jungfrau,Mittaghorn
{{ '2008-05-11' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Elevation profile

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: some

condition_rating: excellent

quality: medium

Download track as

Rating

4.3
D+

heights

elevation min/max : 1772 m / 29999 m

elevation_access: 1770 m

height_diff: +7100 m / -7100 m

length_total: 79.295 km

Access

access_condition: cleared

hut_status: open_guarded

snow

elevation_up_snow: 1770 m

elevation_down_snow: 1770 m

glacier_rating: easy

participants

José Picheral, dm.gosset, Pascal Cordier, GUMS-Paris, sortie du [b][url=http://www.gumsparis.asso.fr/]GUMS-Paris[/url][/b] avec Charlotte, Dominique, Pascal

weather and conditions


J1 à J3 : grand beau sans vent ou presque.
J4 : grand beau au lever, puis sommet dans les nuages à partir de 9h. Ca se découvre un peu vers 13h puis les nuages font du yoyo entre les glaciers et les sommets
J5 : Couvert au matin avec mer de nuage sur konkordiaplatz. Grand beau au dessus jusque vers 11h ensuite les sommets se couvrent.


[b]Conditions générales :[/b]
- Neige de printemps avec une importante croute de regel à toutes altitudes sauf en plein nord à l'abri au dessus de 3600m où on trouve encore un peu de neige meuble ou légèrement croutée.
- Enneigement abondant, les glaciers sont généralement très bien bouchés.

[b]J1 (08/05) : Fafleralp > Konkordiahute par Lotchenluke.[/b]
On skie depuis le parking de Fafleralp environ 50cm de neige ! Très bonne croute de regel permettant de glisser sans trop de problème dans la descente sur Konkordia en début d'après-midi

[b]J2 (09/05) : Grunhorn en boucle par le Grunegghorn depuis Konkordiahute.[/b]
Très bonnes conditions, tout en neige de printemps.
Bonne trace dans le couloir pour accéder à l'arête SW du Grunegghorn (ca passe à ski).
Très bonne trace aussi pour la traversé à pied sur l'arête du Gunegghorn.
A la descente du Grunegghorn, il y a 4m en glace dure à 35° au dessus de la rimaye.
Bonne trace sur l'arête du Grunhorn.
Descente vers 13h sur le versant W avec de la moquette à point (ne pas descendre avant car le soleil arrive tard). Plus bas en skiant les contrepentes W, la neige reste bonne. Les énormes crevasses de l'itinéraire de descente sont plutôt bien bouchées.

[b]J3 (10/05) : Traversée Konkordiahute > Monchjochhute par le Fiescherhorn.[/b]
Très bonnes conditions, tout en neige de printemps.
Grace au très bon enneigement les rochers de la sortie au col sont recouverts et ca passe sans problème.
Charlotte et Dominique ont skié la pente au dessus de la rimaye légèrement revenu en rive droite vers 13h.
J'ai skié le petit couloir qui part du premier gendarme (env. 4000m) sur l'arrête en SW du Gross Fieschorn neige dure en haut puis légèrement revenu plus bas.
On a pris le "raccourci" en rive droite du glacier pour rejoindre l'Ewigschneefald, ca passe bien les crevasses sont bien bouchées et du velours rien que pour nous car personne ne semble oser s'y aventurer ! :)

[b]J4 (11/05) : Traversée Monchjochhute > Konkordiahute par Monch et Jungfrau.[/b]
Très bonnes conditions.
On a fait le Monch à pied, super trace sur l'arête SE du Monch, pas de glace.
Les faces, S, E et NE sont toutes en condition et avec des traces de skis! un peu de glace dans la face NE.
Descente en neige dure jusque vers 3300m, on est passé par la variante qui monte directement au Rottalsattel. Ca passe entièrement à ski (mauvaise trace sur neige rapée par les passages) un peu de neige meuble en haut. L'itinéraire est un peu exposé à la chute de séracs : à la réflexion, mieux vaut l'éviter à la monté.
Très bonne trace à pied sur l'arête de la Jungfrau (pas de glace, traces de ski)
Descente sur la Konkordiahute : crevasses bien bouchées mais ca commence à s'ouvrir, ca glisse encore pas trop mal malgré l'heure tardive (15h) et la température.

[b]J5 (12/05) : Traversée du Mittaghorn depuis Konkordiahute.[/b]
Bonnes conditions. Bonne trace sur l'arête S du Mittaghorn.
Un peu de glace dans la face W du Mittaghorn dans la partie la moins raide ce qui oblige à passer dans du plus raide sur la droite, mais c'est pas expo. Neige encore dure vers 12h à cause de la couverture nuageuse.
Passage entre 3600 et 3400m : on est passé rive droite au dessus des séracs, dans la grande pente la neige était pourrie sur 10cm en raison du mauvais regel de la nuit, il n'aurait pas fallu passé plus tard... Ca avait l'air de bien passer aussi au centre du glacier (c'est moins raide et prend le soleil plus tard)
Suite de la descente sur moquette déjà bien revenue à condition de rester sur les contrepentes W, sinon c'était "ski sous-marin" !
Toujours environ 50cm de neige à Fafleralp malgré un peu de fonte!

timing

J1: dep. 8h / Tot. 6h
J2: dep. 6h / Sommet 6h / Tot. 8h
J3: dep. 5h / Sommet 6h / Tot. 11h
J4: dep. 5h / Monch 2h / Jungfrau 6h / Tot. 10h
J5: dep. 5h30 / Sommet 6h / Tot. 8h30h

access_comment

route dégagée jusqu'à Fafleralp (le parking est partiellement déneigé)

hut_comment

Refuges chers 40€ la nuit ! Eau minérale à 8€ la bouteille... pensez à prendre vos sachets de thé pour commander de l'eau chaude. A part ça c'est plutôt confortable avec couettes.

Petit dej particulier au Monchjochhutte sous le regard d'un cerbère les bras croisés qui compte vos tartines et cuillères de muesli... Ne vous avisez surtout pas de glisser une bout de fromage dans votre poche pour le midi sinon il s'approchera de vous et tout tremblant vous devrez payer ou manger tout de suite le malheureux bout de fromage! Ne tentez pas non plus de faire diluer votre thé de route abominablement sucré : c'est lui qui l'a fait, il l'a gouté, il sait qu'il est bon !
A puis aussi faut sortir la carte bleu pour avoir le droit de voir son dortoir, bon sinon c'est très bien...

personal comments

J-1 : Départ de Massy-pal 17h, arrivée sans encombre vers 1h du mat dans la Lotchental, recherche d'un emplacement de bivouac à la lueur des phares -> dodo !

J1 : (tient y a pas de J0 ?), 6h petit dej dans un vert pâturage suisse (comme dans les histoires), je lève les yeux de mon bol pour appercevoir la caractéristique et non moins redoutable Lotchluke qui vu d'ici semble si proche et d'inoffensive... mais l'expérience de ma première rencontre avec cette derniere me fait trembler... vague souvenir des interminables kilomètres qui nous séparent d'elle et de la descente-qui-descend-pas qu'elle cache derrière elle.
8h c'est parti, c'est plat et long, ça on le savait, on dirait qu'elle est là 300m plus haut quand en fait il reste encore 1000m
12h : nous y voilà ! au miracle ca descend tout seul cette année, soit que le glacier ait modifié son inclinaison, soit que la gravité ait localement augmentée, soit que la fine couche de givre soit plus glissante... bref moyennant un peu de patinage nous voilà au pieds de la Konkordiahute. Il ne reste plus qu'a gravir ses 130m d'escaliers (paraitrait que ca fait 470marches dixit une randonneuse qui les aurait compté, mais moi je dirais qu'il y en a plus!) , et dire qu'à ce qu'il parait, à l'époque de la construction en 1877 il y a avait que 50m à monter depuis le glacier...
Bref tout ca pour dire que cet accès quoi que n'étant peut-être pas le plus court présente l'avantage de passer loin de toutes les remontées mécaniques et autres trains, tout en offrant une entrée en matière grandiose pour prendre la mesure des dimensions uniques de l'Oberland!

J2 : ben mince alors nous voilà seuls sur l'itinéraire, elle est où la foule promise du grand we ? ah ben voilà ce qui arrive quand on joue aux originaux... on peut pas se sociabiliser... Tres bel itinéraire en boucle super varié avec 2 petits parcours d'arête aériens et une descente dans un cadre glaciaire grandiose au milieu de séracs gigantesques. Pascal arrache la fix de son ski en montée... mais rien ne l'arrête ! il plante ses skis dans la neige et continue en crampons jusqu'au Grunegghorn, puis redescend tranquillou par le même itinéraire... Au refuge réparation à base de "colle qui gonfle"... a suivre...
Quant à moi j'ai fait mon boulet, en tentant à nouveau de faire don d'un piolet à la montagne (lire en italien le recit précédent) mais cette fois ci le CAF de Cannes veillait et m'a gentiment redescendu le piolet oublié à la rimaye!

J3: toujours grand beau, ça commence à devenir lassant, heureusement qu'une petite brise vient mettre un peu de piquant en nous congelant pendant les premières heures de la montée. Un peu plus de monde cette fois ci, en plus ils osent nous doubler ! oh les vilains ! bah on s'en fiche... faut laisser le temps à la neige de dégeler pour la descente... en plus du coup on se retrouve quasi seuls au sommet ! Le ski de Pascal lâche à nouveau, Dominique alias MacGiver des glaciers sort son fil de fer, sa vrille, perce et ligature la pauvre fix ! Pascal n'osera quand même pas affronter la pente à 40° au dessus de la rimaye par contre ca tient nickel le reste de la descente... Pendant ce temps là Charlotte joue les cascadeuses après avoir enchainé de beaux virages en toute légèreté voilà que 20m au dessus de la rimaye elle part en glissade sur le ventre, saute la rimaye avec un style inimitable et s'arrête un peu plus bas... à l'inquiète question "Ca va charlotte?" nous avons en réponse un laconique "oui!" Le temps de récupérer le matériel et la voilà qui nous raconte dans un grand éclat de rire qu'elle n'a absolument rien !
Mieux vaut ne pas parler de la platitude de la remontée au Monchjochhute sous un soleil de plomb... (il y a des mystère comme ca en Oberland : les montées et les descentes plates)

J4: ahhhh le petit dej de la monchjchhute... mais bon c'est raconté plus bas (cf champ refuge)... ahhh la solitude complète sur l'aérienne arête du Monch avec le jour qui se lève, de quoi oublier le monsieur de la Monchjochhute (ou presque...) ! Aller-retour express en moins de 3h, c'est pas tout après le Moine, attaquons nous à la Jeune Fille... Le ciel se couvre de cumulus un peu trop décoratifs (selon la formule consacrée) "il fait chaud! j'ai faim! ca dérape!" tout y passe, sans compter le ski de Pascal qui nécessite une nouvelle opération chirurgicale au fil de fer de la part de Dominique. Et enfin Charlotte qui poursuit sa tentative de visite des entrailles des glaciers (cf J3), cette fois ci en rompant un pont de neige pour se retrouver avec justes les bras et la tête qui dépassent... Malgré tout nous voilà au sommet de la JungFrau. Les nuages daigneront s'entrouvrir un petit moment. Descente en neige un peu pourrie par moment... un peu d'orientation sur le glacier lorsqu'on traverse un nuage, et y a plus qu'à se laisser glisser jusqu'à Konkordia avec une reconnaissance infinie pour l'inventeur du ski (et du fart!), on croise une cordée d'alpiniste à pied : quel courage sur cet immensité plate!

J5: nous voilà dans la purée de poids au petit matin: grosse démotivation... exit le projet d'enchainer Abeniflu et Mittaghorn... peu à peu il devient clair qu'il ne s'agit que d'une mer de nuage qui a envahi la konkordiaplatz, et la voilà qui se met en mouvement qui joue avec les rayons du soleil et les sommets pour nous occuper pendant la longue "montée" (c'est la réciproque de la descente qui descend pas du J1...) en direction de la Hollandiahutte...
Au sommet du Mittaghorn, petit hésitation avant de se lancer dans la face à moitié en glace qui joue à cache cache avec les nuages... hum le topo ne recommande-t-il pas de s'aventurer dans cette descente que par bonne conditions de visi ??? Petit dérapage pour éviter la glace, et hop descente grandiose dans ce vallon caché sur une neige déjà bien revenue (mauvais regel) et nous revoilà à la voiture ski au pied!

Pour le choc des images :
- les photos de Pascal,
- les photos de Dominique,
- et les miennes

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • en
  • it
  • es
  • eu
  • ca
  • de