Ben Nevis : Ledge Route
{{ '2008-03-09' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Ben Nevis : Ledge Route
{{ '2008-03-09' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

condition_rating: excellent

quality: medium

Location

Rating

F+     II 

Access

hut_status: open_non_guarded

participants

Rozenn, Le Nanard de PdeC à Manivelle, Pascal, Le guide et le fantôme de Mr Courteroche

timing

Départ : 12h
Retour refuge : 16h

personal comments

Nous avions à peine quitté la France que, déjà, nous nous dérobions à la compagnie de Mr Courteroche. Cet alpiniste était en effet atteint de maux troublant davantage son entourage que lui-même. Il souffrait d'une dysenterie verbale de premier ordre, associée à une exhalaison fétide au potentiel d'évolution préoccupant. Contrairement à ce qu'un raccourci logique pourrait laisser penser, les deux affections n'entretenaient pas de rapport causal direct. Le fumet pestilentiel qui émanait de Mr Courteroche résultait plutôt d'une confusion au sein d'un vocabulaire trop au raz des lave-linges pour entrer dans le champ de son érudition. Les étiquettes de ses vêtements en fibres modernes lui ayant stipulé de ne pas utiliser d'adoucissant, il s'était tout bonnement abstenu de lessive. C'est sur cette base fâcheuse que se profilaient quelques jours de promiscuité montagnarde sans hygiène corporelle. Mr Courteroche ignorait qu'à l'âge de la retraite un nouveau destin s'offrait à lui: celui d'arme olfactive de destruction massive.

Chargés lourdement de notre matériel et de nos vivres, nous nous mîmes en route pour le refuge du Ben Nevis. Si Mr Courteroche était pour l'instant parvenu à défier les lois de la pesanteur, il n'en allait pas de même de son sac à dos. Ce dernier prenait irrémédiablement de la gîte. Les soubresauts répétés de son propriétaire révélaient combien le processus entravait son déplacement. Mr Courteroche ne semblait cependant guère chercher à y remédier. Derrière lui, nous avions la preuve que le mal de mer peut survenir en montagne. Chéri-chéri allongea alors le pas pour lui porter charitablement secours. Il opéra ce geste ô combien technique que seul le montagnard aguerri maîtrise : il tira sur la bretelle droite du sac à dos de Mr Courteroche pour le rééquilibrer.

Nous fêtâmes l’emménagement dans notre loft écossais d'altitude en immolant du bacon et quelques uns des trente œufs charriés jusque là sans encombre. L'en-cas, arrosé de thé noir, fut complété par du pain de mie grillé au cheddar fondu. Peu avant midi, horaire conforme aux mœurs alpines autochtones, nous étions en partance pour une petite course d'initiation au Ben Nevis : Ledge Route.

Pendant que nous nous équipions dans le sas du refuge, le guide proposa que nous nous encordions ensemble, lui et moi. La conséquence pour Chéri-chéri et Nanard – former une cordée avec Mr Courteroche – les subjugua. Nanard alla dénouer la crispation soudaine de son grand zygomatique droit dans l'ouverture nerveuse de notre procession.

Passée une demi-heure de marche d'approche, Mr Courteroche était déjà nettement distancé. Inattentif au relief, il trébuchait fréquemment et provoquait l'effondrement de la trace - quand il ne parvenait pas à en sortir sans même s'en rendre compte. Fort de ce constat, le guide modifia les cordées : Mr Courteroche viendrait finalement avec lui et moi – à la grande joie de Nanard et aux dépends, cette fois, de mon petit zygomatique gauche. En effet, l'idée de longer une vire dalleuse recouverte de neige roulée et inclinée au dessus de barres, reliée à ce compagnon malhabile et atteignant le quintal m'alarmait quelque peu. Car cet alpiniste, en supplément de quarante années de pratique traînait derrière lui une surcharge pondérale que mes impressions liminaires avaient reléguée au second plan.

Pourtant ce bon vieux René l'avait écrit et répété en plusieurs milliers d'exemplaires. "Le véritable handicap de Mr Courteroche se situait beaucoup plus bas que sa bouche: à la hauteur de son nombril, là où s'arrondissait une importance protubérance graisseuse. Mr Courteroche était affligé d'un abdomen hors gabarit pour un alpiniste de sa condition (…) Mais encore une fois, tout cela n'eût rien été si notre ami s'était trouvé équipé de longs bras allant au-delà de son abdomen et d'une musculature soigneusement entretenue pour soulever allègrement vers le haut la partie centrale de con organisme. Hélas, il n'en était rien". L'inquiétude me gagnait donc.

[...]

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca