Rochers de Pierre Pointe - Sommet E : Face N - depuis le Chenal
{{ '2008-05-02' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Rochers de Pierre Pointe - Sommet E : Face N - depuis le Chenal
{{ '2008-05-02' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: quiet

condition_rating: excellent

quality: medium

Rating

5.3
TD

heights

elevation_access: 1880 m

height_diff: +1550 m / -1550 m

Access

access_condition: cleared

snow

elevation_up_snow: 1880 m

elevation_down_snow: 1880 m

weather and conditions


Beau, pas froid, passages nuageux la nuit, lenticulaires sur les hauts sommets le matin, puis des cumulus vers 14h.


[b]Itinéraire emprunté[/b]
Rampe, puis traversée de 2 couloirs vers la droite, puis retour dans le couloir sous le sommet, et sortie 100m à droite du sommet par un rocher enneigé non corniché (passage délicat).
Descente un peu partout...

[b]Conditions[/b]
La sortie de la rampe manque de sous couche (dalle rocheuse sous la fraiche). Le fond des couloirs était parfois lissé béton par les coulées, mais les contrepentes étaient toujours bonnes. Attention aux rochers sous la fraiche dans les parties les plus raides. Petites plaques par endroits sous la corniche (10cm de neige dense sur poudre).
A la descente, nous déclenchions des coulées de poudre en skiant les contrepentes les plus gavées.

location | altitude | orientations soft snow total snow comment
Route du Clou / 1900m >> 2200m / W / 7h 50 à 100 cm Transfo, bon regel le matin, collante à la descente. Ski moyen à bon.
Vallon du Clou / 2200m >> 2650m / N / 9h et 15h30 > 100 cm Transfo, moquette de 5cm à 15h30. Excellent ski.
Face N / 2650m >> 3420m / N / 9h50 >> 12h50 puis 14h >> 15h 30 à 50 cm Poudre sans cohésion, densité croissante sur l'épaisseur. Rochers affleurants ou sous la fraiche par endroit. Excellent ski.

timing

6h45 >> 13h >> 15h45
Descente à partir de 14h.

personal comments

Bubu
Après le repérage de la veille, nous espérions trouver de bonnes conditions : ce fut même meilleur que prévu.
Au pied de la face, nous constatons quand même un manque d'enneigement, et une sortie de rampe foireuse.
Mais en fait, nous nous sommes encore fait avoir par l'aspect fractal de la montagne : la face fait 800m de haut, la rampe 50m de large, la sortie 10m, les passages "étroits" entre les rochers 20m... et la corniche 3m :-)
Du coup, 3h de brassage dans la face, promettant une belle descente. Bonne bataille pour sortir sur la crête en brassant dans 60cm de poudre sur dalles fuyantes avec des crampons alu pour certains...

Au sommet de la face, je demande à Laurent : "Tu parles de tes sorties à tes gamins, ça les intéresse ?". Il doit en effet les récupérer à la sortie de l'école, mais il est déjà en retard (à cause de la face plus haute et plus gavée que prévue, pas de notre faute :-).
Début de la descente : Laurent envisage de descendre à pied ou à ski l'autre côté du rocher, à 50-55°/5m. Sur ces dalles, je lui conseille de passer à ski, en traversant vite fait de 5-10m vers une pente à 45°. Mais c'était sous-entendu "ou renoncer si tu ne le sens pas". Il commence à descendre en escalier sur 1m, ça glisse un peu, il se retient à son baton planté, il enlève son baton, descend de 20cm, et ziiip, il glisse sur les dalles. Il continue dans la pente à 45° en dessous, en déclenchant une petite coulée qui grossit. Heureusement, il arrive à déchausser un ski pour mieux freiner et s'échapper de la coulée. Il s'arrête 200m plus bas. Le matos perdu n'est pas loin, cool.
Belle frayeur, et bonne connerie de ma part de ne pas avoir pris la corde (avec le raisonnement : si on a la corde, on sera tenté de faire des conneries au lieu de renoncer...). Désormais, corde(lette) obligatoire dans le 5.3 (implication seulement, prendre la corde ne signifie pas que l'on descend du 5.3 :-).
Après ça, Lucio et moi sommes descendus par le passage facile 100m à l'W, en perdant qq virages en face N mais c'est pas grave.
Laurent descendra la face sans problème, mais je ne sais pas comment il racontera sa descente à ses gamins...

Laurent
La chute

Le haut de la face, enfin. Encore du brassage pour sortir l'ultime passage ou la neige inconsistente repose sur les rochers a la forme insoupconnable. Celui-ci me semble trop scabreux pour une descente a skis. Cinquante metres a l'ouest, un passage non corniche et facile donne acces a la face au prix d'une traversee et de quelques virages en moins. Oui mais trois metres a l'est, derriere les rochers, un autre passage, nettement plus raide lui, evite la corniche. Une traversee de cinq metres pour eviter deux cailloux, un virage et le tour est joue. J'entre dans la face, encourage par Bubu. La neige ne tient pas tres bien sous mes skis. Je songe un instant remonter et mettre les crampons pour ce passage. Bubu m'encourage encore et il est vrai que j'ai deja vu plus raide et que la traversee est courte. Je me lance et... pffuuuiiittt ... je pars vers le bas.

Dix metres, vingt metres, la pente est moins raide mais je ne m'arrete pas. Trente, quarante, la petite coulee que j'ai declenchee m'entraine lentement mais surement. Quelque pensee desagreable me traverse l'esprit, pas longtemps, il y a autre chose a faire. Je n'arrive pas a utiliser mes skis en vrac pour glisser a l'exterieur de la coulee. Glissant sur le flanc droit, je dechausse le ski droit a la main, et appuie au mieux sur le gauche. Apres une acceleration inquietante, je ralentis tout en glissant vers le bord droit de la coulee puis plante les mains dans la neige. Ca y est. Plus rien ne bouge.

L'etat des lieux est rapide. Rien de casse, les gants humides et de la neige dans les lunettes. C'eut pu etre legerement moins anodin. Je rassemble mes esprits, qui fort heureusement sont peu nombreux, puis mon materiel. J'ai garde un ski, un baton git la a cote de moi. L'autre ski est trente metres plus haut et Lucio me crie que l'autre baton est quelques metres plus bas. Le tout est en bon etat. Avant de rechausser, j'analyse ma chute, me rememore mes sensations et comprends l'origine technique du souci: bottage sous les semelles... Quant au contexte psychologique, plus delicat. Pourquoi n'ai je pas chausse les crampons ou decide de passer plus a l'ouest? En conclusion, j'en suis quitte pour rajouter du fart a froid et un cerveau sur ma liste de comissions.

Je rejoinds Bubu et Lucio, descendus sur la pente adjacente. Tranquille peinard, histoire de reprendre confiance. Ce qui est facile: les conditions sont tres bonnes, la neige excellente. Je me lache un peu plus sur la rampe, ou l'exposition est moins forte et l'ambiance magnifique. J'en termine avant les autres, presse tout de meme de sortir de la face. Il faut aussi que je telephone a Mireille, histoire que quelqu'un se trouve a la sortie de l'ecole pour accueillir les enfants. Ils ne sauront rien de l'aventure. Pas tout de suite en tous cas. L'histoire, a valeur pedagogique, sera racontee plus tard afin de les inciter a la prudence et de leur apprendre a inspecter le materiel.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • es
  • eu
  • it
  • ca
  • de
  • en