La Ruinette : Par le Col de Lire Rose
15 - {{ '2018-08-16' | amDateFormat:"Do MMMM YYYY" }}

La Ruinette : Par le Col de Lire Rose
15 - {{ '2018-08-16' | amDateFormat:"Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

condition_rating: excellent

quality: fine

Rating

PD+     III 

heights

elevation min/max : 1730 m / 3875 m

height_diff: +2150 m / -2150 m

participants

m.minary

route_description

Itinéraire classique à partir d'un bivouac aux lacs de Tsofeiret.

weather and conditions


Grand beau temps sur le Valais mais une couverture nuageuse du coté italien


Très bonnes conditions. Le petit glacier passe sans problème, il est encore bien fourni...

timing

J1 Parking via ferrata (1730 m) Bivouac lacs 2 h 45
J2 Départ bivouac à 5 heures, sommet à 10 h
Retour bivouac à 13 h
Parking de la Via à 15 h 30

access_comment

Pas de chance, le 15 août, il y a affluence à Mauvoisin pour cause de festival de musique. A 16 h, j'ai eu bien du mal à accéder au parking situé juste à l'entrée du village (parking desservant la via). Des navettes transportaient tous les volontaires sur place et un chauffeur de bus m'a invité à me garer à 7 km du barrage !!)

personal comments

D'après les récits de sorties rentrés sur C2C, cette course avait toutes les qualités recherchées par quelqu'un qui voulait remettre les pieds en altitude après une période assez longue, consacrée au vélo principalement, et qui, faute de partenaire, devait bourlinguer seul.
Depuis le parking de la via, la montée au bivouac, bien chargé, est déjà une belle virée...
Je ne connaissais pas Mauvoisin mais j'ai apprécié la montée sur le barrage par le tunnel et les expositions très didactiques sur la construction de cet ouvrage d'art.
Après une longue traversée en bordure puis sur les hauteurs de la retenue d'eau verte, le petit replat des lacs de Tsofeiret invite au repos et au bivouac. On y découvre d'ailleurs, le début de l'itinéraire qui bifurque vers la gauche au col, puis suit la ligne de crête pour rejoindre le col de la Lire Rose (invisible depuis les lacs). La Ruinette pointe le bout de son sommet en arrière plan au Nord nord-est, tandis que le Grand Combin ferme l'horizon à l'ouest.
J'installe ma tente pas loin de deux alsaciens qui ont le même projet que moi.
A 5 heures, je quitte le bivouac avec une mauvaise impression concernant ma frontale qui donne des signes de faiblesse... je l'ai pourtant bien rechargée avant de partir. Le cheminement dans le pierrier n'est pas toujours évident avec si peu de lumière mais heureusement le passage est court. Pour les autres parties le sentier est bien tracé et les premières lueurs de jour me permettent de continuer sans frontale. Je vois deux lampes derrière moi, à environ 10 minutes, et j'en déduis que mes voisins sont partis plus tôt que prévu.
Quelques photos au col de Lire Rose et j'attaque le début de l'arête sans encombre. La fameuse Tour rouge se contourne facilement par la gauche, pour le reste, c'est plutôt versant Chanrion. J'essaie de rester le plus possible sur le fil jusqu'au gros kairn qui marque le point de départ de la traversée du petit glacier vers l'arête terminale menant au sommet de la Ruinette.
Une petite pause ravitaillement et je chausse les crampons, histoire de ne pas les avoir transportés jusque là pour rien mais ils ne sont vraiment pas indispensables, d'ailleurs l'autre cordée ne les pas emportés.
L'arête est vite gagnée et, même s'il faut chercher parfois le bon itinéraire, la dernière partie déroule jusqu'à un petit pas assez aérien et qui me fait douter, ne sachant pas ce que j'allais trouver juste après le passage. Comme chaque fois que je sors seul, j'ai depuis longtemps intégré le fait que je ne prendrais pas de risque, quitte à faire demi-tour... Même si ce n'est pas si simple et que je ne partage pas totalement cette idée, un bon alpiniste est un alpiniste vivant !!
A environ 70 mètres du but, je décide donc, assis sur l'arête d'attendre l'arrivée des deux autres personnes et de leur proposer de s'encorder jusqu'au sommet, histoire de sortir ma corde de 40 m qui doit bien s'ennuyer au fond de mon sac. Nous cheminerons encordés jusqu'au sommet.
Le temps de faire quelques photos et je repars assez vite. Le but est de rentrer au plus tôt à la maison et me permettre de faire une visite en passant à ma vieille maman.
Un petit rappel pour sécuriser le premier passage repéré à la montée (cordelettes en place, rappel de 5 mètres) et je retraverse le glacier sans même chausser les crampons. Après le gros kairn, des traces sur le bord du glacier vont me faire aller trop versant Pigne d'Arolla et je me rends compte à un moment que je ne reconnais pas les passages clés, notamment la Tour rouge de la montée. En fait, j'étais en train de suivre une autre arête plus au sud est. J'entame alors une traversée pas toujours aisée, parfois merdique, pour retrouver la bonne voie plus au sud est.
Dans ce genre de situation, inédite en ce qui me concerne, on se dit qu'on a bien raison de toujours partir avec une corde et qu'il faut absolument prévoir une marge de sécurité quand on choisit une course... surtout en solo.
Du coup, j'ai évité le deuxième rappel, dommage. Un peu plus tard et plus bas, je me suis rendu compte qu'il y avait une sorte de sente peu marquée traversant d'une arête vers l'autre à environ 100 m du col... je ne dois être le premier à m'égarer de la sorte.
A partir du col, il suffit de savoir mettre un pied devant l'autre et d'être patient... comme d'autres l'ont déjà dit, c'est long...

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

Comments are disabled.

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca