Pic du Clapier du Peyron : Traversée E >> W en grande boucle
{{ '2018-08-12' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Pic du Clapier du Peyron : Traversée E >> W en grande boucle
{{ '2018-08-12' | amDateFormat:"dddd Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

frequentation: quiet

condition_rating: excellent

quality: great

Location

Rating

PD     II 
T3 

heights

elevation min/max : 900 m / 3169 m

height_diff: +2500 m / -3450 m

length_total: 36.0 km

participants

participant_count: 1

JulBont

route_description

Refuge de la Muzelle → Col de la Muzelle → Pic du Clapier du Peyron, Traversée E >> W → Face SW → Vallon de Valsenestre → Pas de l'Aiguille → Vallon de Pisse Rousse → sommet point 2544 m → Col de la Romeïou → Cabane de la Selle → Brèche du Perier → Lac de Plan Vianney → Le Lauvitel → La Danchère → Bourg d'Arud → Plan du Lac

weather and conditions


Temps radieux, petites rafales de SW rafraîchissantes.


  • Terrain sec en toutes orientations
  • Pic du Clapier du Peryron : cheminée ENE en gradins herbeux avec quelques ressauts en rocher compact et quelques terrasses herbeuses. L’arête Est puis NE est en rocher très délité en sa partie médiane, sinon en gneiss plutôt compact et de bonne tenue en son premier et son dernier tiers. L’arête W jusqu’à l’antécime W est en rocher correct en se tenant sur le fil, très délité dès qu’on s’en écarte. L’arête s’élargie ensuite après l’antécime W, sur un terrain relativement stable.
  • Pic du Clapier du Peyron : descente SW depuis le collu 2871m : éboulis puis gradins herbeux puis bandes herbeuses en pente très raide (entre 40 et 15°). Heureusement l’accroche est bonne même en baskets. À proscrire absolument avec un risque de terrain humide. Un piolet n’est pas superflu et peut même rassurer. La vire herbeuse à main gauche en descendant vers 2500m est déversante et très exposée. La recherche d’itinéraire est complexe. Si cela devient trop scabreux, c’est que l’on a quitté le bon itinéraire. Aller jusqu’au bout de la vire puis descendre en oblique en revirant complètement à droite. Passer un pierrier et une brèche tout en visant le gros névé en bas de la face. Franchir le névé par sa rive gauche le séparant des rochers et franchir aisément le « tunnel » neigeux.
  • Traversée vallon de Valsenestre >> Col de la Romeïou : sente pour le Pas de l’Aiguille puis traces de moutons de niveau avant de parcourir les pentes herbeuses hors sentier.
  • Traversée Romeïou >> Plan du lac par GR54 : sentier superbement aménagé, très roulant, très agréable même si la fin est interminable…

timing

  • Départ du Refuge de la Muzelle 7h
  • Approche + Pic du Clapier du Peyron E >> W + descente Face SW 4h30 (+1h perdue au départ)
  • Boucle par GR54 7h30

personal comments

Malgré le caractère sportif de la veille et surtout après une bonne nuit réparatrice, les jambes ont retrouvé leur légèreté et leur souplesse. C'est d'un bon pas que je me dirige vers le Pic du Clapier du Perron pour en tenter la traversée de ses arêtes. Du Col de la Muzelle, la voie encore dans l'ombre et les rafales de vent sont assez rebutants. Sans parler de l'engagement presque déraisonnable dans cette première longueur exposée pour le modeste soliste que je suis.
À la recherche d'une autre voie d'accès à l'arête Est, je traverse la base des contreforts ENE. Plusieurs dièdres en rocher compact attirent mon regard mais cela reste trop vertical, trop exposé, bref d'un autre niveau!
Sur le point de jeter l'éponge, je finis de traverser au pied de la facette jusqu'à son extrémité Nord. C'est alors que je découvre une cheminée tortueuse constituée de gradins herbeux. Il s’agit plus d’un terrain à chamois que d’une véritable escalade mais cela se grimpe plutôt bien! Les terrasses limitant l'exposition rassurent. Pas de cairns ni de traces de passages, tant pis, je poursuis... La dernière section NE non visible du bas se termine par un petit pas pour déboucher enfin sur le replat de l'arête Est. Bingo! L'aventure continue malgré une heure de perdue au départ.
Pour ce qui est de l'ascension de l'arête jusqu'au sommet, on reste dans du "classique Oisans ". La progression n'est jamais compliquée, l'ambiance parfois gazeuse et le gneiss de qualité hétérogène, délité en section médiane, assez compact et de bonne tenue pour le reste du moment que l'on se tient sur le fil.
En atteignant le cairn marquant le sommet du Pic du Clapier du Peyron, j'imagine naïvement que la partie est gagnée... Que nenni! L'arête me séparant de l'antécime W est d'une ampleur certaine. Sa traversée se fait rapidement tout en demandant une concentration de tous les instants, la faute au rocher branlant voir détritique par endroits. L'ambiance résolument haute montagne rattrape le coup!
Je poursuis ensuite par l'arête W jusqu'au collu 2871 m avant d'entamer la fameuse descente de face SE. D'une raideur impressionnante et constituées d'un terrain assez malcommode, ses pentes se descendent d'un pas très délicat, les bâtons bien encrés au sol. La découverte de la vire déversante permettant de sortir de la face n'est pas non plus des plus rassurantes! Aucun cairns, de vagues sentes tracées par la faune locale, un cheminement exposé au dessus des barres loin d'être évident. Après quelques fourvoyages je trouve avec soulagement la porte de sortie. Le passage du névé au pied de la face clôt magnifiquement cette descente mémorable. Fin de la partie alpi, encore une bien belle aventure solo.

De retour sur le plancher des moutons, la partie randonnée peut commencer. Le but sera de couper plein W au plus efficace par une traversée "de niveau " et hors sentier. L'occasion de franchir le pittoresque Pas de l'Aiguille et de découvrir le très sauvage vallon de Pisse Rousse. Du sommet de la butte dominant le Lac Labarre, la suite, ambitieuse, sera de parcourir le GR54 depuis le Col de la Romeïou jusqu'au Bourg d'Arud, sans oublier la dernière remontée au Plan du Lac, mon point de départ samedi matin.
Pour faire court, on peut dire que cette traversée par le GR se fait sur des sentiers roulants superbement aménagés et offre des paysages grandioses et variés.
Autant dire qu'après la soixantaine de Kms parcourus ce WE la foulée n'est plus aussi fluide sur la fin du parcours... Fatigué mais heureux de ce périple... Quelle belle échappée dans ces "Écrins" d’authenticité et de sauvagerie.

Associated routes

Associated articles

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • ca
  • de
  • it
  • en
  • es
  • eu