Tour de Trélatête sans prise de Têtes
20 - {{ '2018-06-24' | amDateFormat:"Do MMMM YYYY" }}

Tour de Trélatête sans prise de Têtes
20 - {{ '2018-06-24' | amDateFormat:"Do MMMM YYYY" }}

Application mobile

View and save your outputs directly on the field using the Camptocamp mobile application.

Licence

General

activities

quality: great

Rating

PD+     II 

heights

elevation min/max : 1700 m / 4052 m

participants

participant_count: 2

chirvette, duo

route_description

J1 : Val Vény (Visaille) – bivouac de l’Estelette (Hess)
J2 : Aiguille de la Lée Blanche – Dôme de neige de l’Aiguille des Glaciers – Refuge Robert Blanc
J3 : Col du Tondu – Tondu par arête Est en AR – Refuge des Conscrits
J4 : Dôme de Miage oriental – Refuge Durier
J5 : Aiguille de Bionnassay – Piton des Italiens – Val Vény via refuge Gonella

weather and conditions


estivale.


Lée Blanche:
Couloir d’accès à l’Estelette en neige molle de névé.
Traversée du Glacier de la Lée Blanche aisée : pas de regel mais neige de névé portante. Glacier bien bouché. Cheminement facile.
Pente de neige permettant d’atteindre l’arête E de la Lée Blanche en bonnes conditions : rimaye bouchée. Pente en neige non regelée, cramponnage cependant agréable.
Arête E en rochers secs. Pente de sortie en neige, sans corniche.

Traversée ver le dôme des Glaciers :
Croute cassante et gros sel dessous. Descente du glacier des Glaciers bouché de chez bouché. Neige molle et portante. Trace à peaufiner qui pourrait être plus confortable si la fréquentation augmentait.

Tondu :
Pour accéder au col du Tondu, une partie des ancrages des câbles ont été arraché par l’hiver.
Dépôt des sacs au col et AR au Tondu par l’arête E à pieds secs.
Descente sur le glacier de Trélatête en neige. Trace OK.

Miage E :
Accès au col des Dômes en neige dure suite au bon regel de la nuit. Glacier bien bouché.
Bonne trace en neige pour monter au Dôme E. Traversée principalement en rochers secs. Alternance de parties en neige et en rochers pour descendre vers Durier. Bonnes conditions.

Bionnassay :
Bonne trace et bon regel pour les parties neigeuses. Rochers secs et grimpe très agréable.
Bonne trace pour la descente à Gonella par le glacier du Dôme. La trace traverse de grosses crevasses (ponts OK) et un cône d’avalanche de séracs…

timing

10h / 98h (pauses comprises)

hut_comment

Estelette: Si simple et si efficace. On se croirait en montagne. 100% de l’espace est réservé aux hors sacs. Merci.

Robert Blanc : Accueil chaleureux et sympathique des gardiens. Il y un emplacement hors sacs. Nous avons pu cuisiner et manger dans la salle commune, un peu comme si nous étions dans un refuge.

Hotel des Conscrits: Des posters géants accrochés sur des murs trop petits illustrant des bateaux baignants dans l’écume des marées. Sans doute pour rappeler les sacs et ressacs qui trainent dans le couloir. Nous avons plus apprécié la carte ign affichée aux murs de Robert Blanc. Nous avons aussi supposés que les prières inscrites sur les drapeaux statiques suspendus en salle commune s’envoleraient grâce aux vents lâchés par les convives en fin de repas… Sinon il aussi un espace réservé à la cuisine hors sacs et l’accueil en salle commune est autorisé, un peu comme dans un refuge. Merci.

Durier:
Ha ! Qu’est-ce qu’on est serré, au fond de cette boite,
Chantent les sardines, chantent les sardines,
Ha ! Qu’est-ce qu’on est serré, au fond de cette boite,
Chantent les sardines entre l’huile et les aromates.
Heureusement, la boite était complète et la gardienne m’a motivé à dormir dehors. Merci.

personal comments

Chirvette vous livre le récit de la sortie... (bientôt)

Encore un tour surprenenchanteur concocté par Duo, histoire de donner conditions de terrain, menus des refuges et résultats des matchs de ouf.
Je me fais plais’ à revivre longuement ce voyage, zêtes pas obligés de lire.

J1 :
Coup de bol : la route du Val Vény, coupée jusqu’à la veille, rouvre au public quelques minutes avant notre arrivée. Toujours vérifier l’accès à cette route, je devrais le savoir ;)
Nous décollons de la Visaille, la fleur au fusil sac, ainsi que mangeaille, matelas et sac de couchage. Et en tête, quelques sommets. Sans savoir dans quelles conditions nous trouverons le terrain et les jambes. Donc incapables de réserver les nuitées. Inch Allah...
Longue et belle montée au bivouac. Nous prenons une sente à l’aplomb de l’Aiguille d’Estelette, puis neige de névé ramollie en surface à partir de 2600m environ.
Arrivés au col, lorsque les yeux quittent enfin la neige qu’ils fixent depuis 300m de déniv, quel spectacle unique que ce petit tonneau désormais vert pomme dans cette ambiance Cyclades !
Dans le carnet de bord, une visite la veille en AR. C’est tout depuis l’automne.
Coup de grisou : mince, j’ai laissé la frontale charger at home. La suite risque d’être complexe...
Coup de bol : nous sommes seuls (donc occupation à 50% dixit Duo). Seuls face au silence de l’immensité. Seuls face à la blancheur du Mt Blanc puis au brouillard du Brouillard : pluie à minuit, grisou au carré...

J2 :
coup de bol : ciel étoilé à 2h30. Feu, avec 1 frontale pour 2 (pas fun dans la grimpette de départ). Heureusement pour moi que les jours sont plutôt longs en ce 21 juin.
Le glacier s’atteint en douceur vers le point coté 3157m (IGN). Nous rejoignons l’arête Est de l’Aiguille de la Lée Blanche vers 3350. La raide pente neigeuse qui y mène est en excellentes conditions, la rimaye au pied passe bien, le lever de soleil également. Sur l’arête, la partie médiane en rocher sans les crampons. Duo est déçu en bien par la corniche finale, minuscule. Waouh, ça démarre plutôt bien! Et la belle crête neigeuse qui nous attend a l’air fameux. Mais nous déchantons vite : côté E/S, grosses corniches ramollo (ce qui me vaut une bonne grosse frayeur, bol sur grisou) ; côté W/N, petite croute cassante sur gros sel. Dégueu.
Nous quittons le Dôme juste avant l’arrivée des 3 cordées venues de Robert Blanc. Salut Brigitte ;)
Le glacier passe encore bien, neige de surface bien molle. Pour combien de temps encore ?
A Robert Blanc, excellent accueil d’Alicia & Olivier. Bonne dernière saison là-haut ! Un match de ping-pong ce soir-là. Vous en trouverez le résultat sur le net (à revoir dans 6 mois une fois les tests antidopage achevés).

J3 :
La météo annonçait beau au-dessus des nuées traînant vers 1800m, mais sans alti, elles se sont égarées jusqu’à 3000 semble-t-il. Grosses rafales de vent au refuge. Nous décollons tardivement à destination du col du Tondu, pour une journée récup. Même pas besoin de frontale ;)
AR au Tondu, les arêtes Est et Sommitale sont toujours aussi sympa.
Bol : les nuages se déchirent franchement lorsque nous arrivons au sommet. Et pas un souffle d’air !
Puis traversée sur les Conscrits. Cela fait plaisir de revoir Christine, Emile et l’équipe, tjs fidèles au poste. Mais où est passée toute la neige d’avril ??
Gigantesque coup de bol : un guidos me prête sa frontale ! Merci infiniment !!!

J4 :
Montée tranquillou au col des Dômes par le glacier, il s’agit de s’économiser pour le lendemain ! Et la traversée sur Durier est une vraie course en soi, je ne m’y attendais pas. Magnifique ! Plein de pensées pour vous, Pat, L & F. En bonnes condi, un peu de glace apparait. Manon nous accueille chaleureusement, tout en nous expliquant que le refuge est complet pour ce soir-là... grisou bien sûr, mais nous l’avons bien cherché. Nous installons notre bivouac au-dessus du refuge, puis occupons une partie de l’aprem à renforcer les murs. Quasi pas de vent, mais la météo annonce 40 à 50 km/h depuis 48h. Incroyable ambiance là-haut, chapeau l’artiste... Enorme coup de bol : une annulation libère 2 places ! Duo préfère tester le bivouac patiemment installé. Même pas mal. Bonne nuit pour les sardines également.

J5 :
Merci Manon et Duo de me rebooster au réveil, alors que la météo annonce sommets s’emmêlant dans les voiles déjà présents et versant valdotain se cumulonimbant. Et que le regel du bas du sacré glacier du Dôme est aléatoire.
Journée grandiose pour ma 1ère traversée de Bionnassay, en conditions top de top (mais ça, il parait que C2C le sait). Le regel est excellent, les crampons mordent bien. La grimpe du bastion est très sympa, où est le rocher pourri dont on parle tant ??? Le MB se bâche au loin lorsque nous arrivons au sommet, nous entamons donc la fameuse traversée sans prendre le temps d’une photo ni d’un snickers. Toujours aucun vent !
Ça y est, nous voilà funambules heureux, sur ce fil chargé de rêves et de drames, qui m’a angoissée, narguée, impressionnée, tentée, effrayée, pendant toutes ces années où il était devant mes yeux. Jubilation.
Le Dôme du Goûter est pris à son tour, qq flocons sous le piton des Italiens. Mais la météo est engageante plus bas. Le fameux glacier apparait. Bien bouché. Tout du moins dans sa partie visible d’ici... Nous mettons 1h au lieu des 2 imaginées pour rejoindre Gonella, tellement nous cavalons pour quitter cet amas de gouffres et de séracs... Vraiment terreur, une fois passées les débonnaires pentes du haut. Malgré la trace bien visible et le bon regel des ponts. Il faut + de 50m pour traverser certains trous...
Petite pause arabica/houblon, puis loooongue belle descente vers la Visaille.
Encore pas mal de névés bien expo à traverser avant/après le refuge, bonne trace ramollie pour nous.

Près de 100h plus tard, la boucle est bouclée !
Résultat des matches : les coups de bol l’emportent haut la main, permettant la réussite de ce magnifique périple.
MERCI..........

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • ca
  • es
  • en
  • de
  • eu
  • it