Loška stena

General

activities
categories: topoguide_supplements

article_type: collab

quality: great

Licence

Loška stena est un ensemble, une chaîne de sommets, au centre même des Alpes Juliennes.

La caractéristique du Loška stena (stena = mur) est l'énormité des parois septentrionales dans la vallée Koritnica.
Ce mur "infranchissable" est long d’env. 6 km, les parois rocheuses dépassant aussi 1000 m de hauteur.

Loška stena, littéralement « mur de Log », doit son nom au village de Log (alt. 650 m) qui est à son pied dans la vallée Koritnica.

Le point culminant est le Briceljk (2346 m) et le point le plus bas le long de la ligne de crête est la brèche Konjska škrbina (2040 m), à l'W du Bedinji vrh. Le Loška stena est entouré de deux vallées : Koritnica et Bala (Bavšica).

Sommets

(NE à SW - vers l’aval)

Plešivec (2184 m) - Bavh (2188 m) - Bedinji vrh (2196 m) - Votli vrh (2197 m) - Morež (2251 m) - Briceljk (2346 m) - Oltarji (2308 m) - Vrh Rup (2245 m) - Oblica (2246 m) - Vrh Krnice (2234 m).

Vallée Koritnica

Plus de quatre-vingt-dix voies ont été ouvertes sur les faces NW et N du Loška stena, variantes et cascades de glace comprises.

Les premiers à escalader au Loška stena furent les gens du coin, surtout des rabatteurs, dans les siècles passés. Ils trouvèrent des passages au Vrh Rup et au Briceljk et ont même réussi au Bedinji vrh ou au Plešivec - et ils utilisaient bien sûr le chemin du col Čez Brežice.

Le premier touriste à atteindre la crête sommitale du Loška stena à partir du village de Log fut l’alpiniste slovène Dr Henrik Tuma en 1909, accompagné par des villageois. Il atteint le sommet du Vrh Rup. Tuma rend aussi compte de la traversée intégrale des sommets du Loška stena. Henrik Tuma est remarquable par sa plume, par ex. « Imenoslovje Julijskih Alp » (Onomastique des Alpes Juliennes) et « Pomen in razvoj alpinizma » (Sens et développement de l’alpinisme).

Par la suite, dans les années 1930, deux grandes ouvertures ont été réalisées. Emilio Comici et Jože Cesar (tous deux de Trieste, Italie) ont inauguré les 1100 m de la paroi principale du Briceljk en 1930. En 1935, l’arête NW du Votli vrh est ouverte par des alpinistes italiens, d’où le nom : « voie italienne ».

Durant les années 1950, 60 et 70, neuf nouvelles voies ont été ajoutées, au Vrh Rup, au Briceljk et à la face W du Votli vrh. L’Oltarji a été ouvert au milieu des années 1970.

La vraie explosion a eu lieu dans les années 1980. Entre 1981 et 1985, quinze itinéraires ont été ouverts, et les parois de tous les sommets du Loška stena sont conquises. Les parois impressionnantes de l’amont du Loška stena sont inaugurées : Igor Škamperle empoche le Plešivec, le Bavh et la face N du Votli vrh (l’entreprise la plus difficile), et il glane aussi le Vrh Krnice parmi les parois en aval. En 1985, Igor Škamperle et Edo Kozorog publient un guide pour les vallées Koritnica et Možnica. L’ouverture des parois de l’Oblica et du V Gradu tombent aux mains de grimpeurs locaux, de la vallée Koritnica. C’est aussi dans les années 1980 qu’apparaît la première hivernale, avec un parcours au Bedinji vrh (toutefois, la première traversée de crête intégrale hivernale avait été réalisée en 1974). La fièvre des cascades de glace commence au début des années 80, les frères Podgornik ouvrant une ligne de glace sous l’Oblica en 1981 (la même année que leur Novogoriška au Briceljk). Noter que Peter Podgornik est aujourd’hui l’auteur de la meilleure source de Beta en ligne pour la région : primorskestene.com.

Depuis les années 1990, Tadej Golob a su se démarquer - avec plus de vingt ouvertures de très haute qualité - en visitant toutes les parois du Loška stena. Maintenant un romancier à plein temps, Tadej Golob a notamment enrichi la littérature slovène d'un roman d’aventures pour la jeunesse qui se déroule au Loška stena : Zlati zob (dent en or).

Noter que les socles dont semblent émerger les parois rocheuses sont souvent hauts et toujours raides, offrant certainement un échauffement à l’approche.
Grâce à l’orientation NW et N en vallée Koritnica, les amateurs de cascade de glace trouvent en hiver un beau choix de lignes sur ces socles et parmi les précollines.

Localités

  • Strmec, un village haut perché sur la rive droite, juste en dessous (côté slovène) du col frontalier Predel / Predil.
  • Log pod Mangartom (alt. 650 m), la principale localité de la vallée Koritnica. Le nom officiel du village est Log pod Mangatom (Log sous le Mangart) dû au Mangart situé sur la rive droite de la vallée Koritnica, en face du Loška stena.
  • Quelques fermes isolées le long du cours supérieur de la Koritnica, juste en dessous des parois.
  • Le fort de Kluže, ainsi qu’un hameau plus en aval.

Vallée Bala

L’orientation essentiellement SE donne sa classe méridionale au côté vallée Bala du Loška stena. Bala est une vallée douce et ensoleillée. L’inconvénient est qu’à part à l’accès, la seule source d’eau fiable est à 1300 m, à la cabane de chasseur, le long du chemin de randonnée qui suit le lit de la vallée.

La vallée s’appelle Bala dans sa partie supérieure et Bavšica dans sa partie inférieure. Quelques fermes sont actives dans la vallée Bavšica en aval du parking, mais le pré Bala et le hameau Logje sont inactifs.
L’accès est le hameau Bavšica, à altitude 700 m.
La vallée Bavšica (le cours d’eau sappelle le Šumnik) est un affluent gauche de la Koritnica dans laquelle elle se jette là où se trouve maintenant le fort de Kluže (532 m).

Dans la vallée Bala, le Loška stena n’a pas de telles parois que dans la vallée Koritnica, mais les flancs sont immenses ainsi qu’abrupts, formant un tout, de la même manière que le mur côté Koritnica forme un tout. Les parties sommitales des pics se distinguent clairement, mais le reste est un chaos. Jusqu’à une altitude de 1500 m à 1600 m, le Loška stena est couvert de forêts (et de vernes), et du fond de la vallée, la vue est souvent bloquée. Le fond de vallée et les flancs sont riches en flore alpine, apparemment aussi en flore endémique, et avec une diversité de champignons inhabituelle. Les versants S du Morež sont officiellement une réserve naturelle.

Il n’y a pas de sentiers balisés et sécurisés menant aux sommets, et souvent pas de chemins humains du tout. Certains randonneurs - crapahuteurs trouvent néanmoins des chemins, par exemple au Plešivec, le sommet le plus facile, juste au-dessus du col Čez Brežice. Ensuite il y a le Briceljk, le plus haut sommet du Loška stena, que l'on rejoint le long d’un chemin de chasseur, au départ de la cabane de chasseur. La voie normale au Vrh Krnice commence au fort de Kluže le long d’un sentier de chasseur, mais les derniers 500 m de dénivelé ne passent pas au jugé, et l’on aura besoin de Beta. Les chemins pour le Plešivec et pour le Briceljk peuvent être trouvés sur des cartes (1 : 25000), ainsi que des parties de l’itinéraire au Vrh Krnice.
Morež : la voie normale au Morež est considérée du point de vue « randonnée sans encordement » comme l’un des plus beaux scores dans les Alpes Juliennes.

Il y en a qui disent qu’il n’y a rien de mal, en été, à avoir un piolet et des crampons dans le sac; les pentes raides et exposées, les chopes d’herbe souvent instables... tout cela peut être un vrai problème, et plus, humidité faisant. Un autre phénomène est la nature expressément karstique du terrain (trous, aussi gouffres) dans la région au-dessous de la ligne Briceljk - Morež - Bedinji vrh - Bavh, mais le phénomène karstique est probablement présent le long de toute la haute terrasse créée par le premier recul des glaciers.

Les alpinistes visitent le côté Bala principalement à la descente - après une voie du côté N (vallée Koritnica). En vrac quelques idées alpi côté Bala : le Briceljk à ski ; goulotte hivernale à l’Oltarji (ouverte par les gens du coin dans les années 1970) ; le Stador (2025 m), la plus grande tour du versant Bala, en deçà du Briceljk (voir le Beta sur primorskestene.com en entrant Stador) ; enfin, en aval du parking de l’accès Bavšica, on remarque de belles dalles qui ont déjà attiré plus que seulement les regards.

FAQ

Le Loška stena et les deux vallées environnantes font partie du parc national du Triglav (TNP). Il n’y a pas de frais d’entrée et pas de restrictions majeures. Cependant, l’administration du TNP propose quelques règles de conduite.

Le camping est interdit dans le parc. Les alpinistes peuvent discrètement bivouaquer sous les parois (ou dans les parois !) si nécessaire. En hiver, si on plante la tente et que l'on passe son chemin le matin - par exemple lors d’une traversée de Loška stena - personne ne dira rien non plus. Dormir dans la voiture au parking de l’accès est probablement toléré. On trouve des campings à Bovec, et dans la vallée Trenta (à noter que certains de ces campings peuvent être pleins, dû aux rafteurs et kayakeurs).

Chasse et pêche réglementées.

Associated waypoints

Associated routes

Associated articles

Associated books

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca