Terrains pour grimper : L'escalade en terrain peu ou pas équipé

General

activities
categories: mountain_environment, technical

article_type: collab

quality: medium

Licence

Attention, le terrain peu équipé requiert une maîtrise et une autonomie totale de l'escalade en falaise.

Difficultés

Les problèmes sont de plusieurs ordres :

  • Assurer sa progression sur un équipement à la tenue aléatoire (notions d'engagement, de techniques particulières).
  • Rechercher l'itinéraire dans la voie, et l'itinéraire de descente.
  • Évaluer la qualité du rocher ainsi que les chutes de prises et de pierres qui suivent.

Assurage

Au niveau de l'assurage, il va falloir maîtriser parfaitement les concepts de :

  • Corde à double
  • Facteur de chute
  • Force de choc et assurage dynamique
  • Relai sur équipement aléatoire
  • Point de renvoi et effet poulie
  • Tirage

Matériel utilisé

Le matériel utilisé se situe entre celui de l'escalade libre et celui de l'escalade artificielle.
Ainsi le grimpeur prend avec lui :

  • 6 à 14 dégaines
  • 2 à 4 mousquetons à vis par personne
  • 2 à 4 sangles courtes, 2 à 4 sangles longues
  • un jeu de stoppers
  • un jeu de friends
  • un décroche coinceurs
  • 3 à 15 pitons et 1 marteau par personne
  • 1 ou 2 étriers peuvent être utilies
  • un porte matériel
  • casques
  • chaussons d'escalade
  • baudriers confortable
  • une corde à double

Le plus important dans ce genre d'entreprise est de savoir préparer son matériel, pour avoir ce qu'il faut dans la voie et être le plus léger possible.

Terrains de pratique

Il faut différencier les différents terrains de pratique : falaises verticales et courses de type arête non verticale.

Terrain Vertical

La chute

Sur terrain vertical, une personne qui chute prend tout de suite une vitesse importante, et génère donc un choc important au moment de l'arrêt par la corde. Dans les conditions de facteur 2, les pires conditions, cela va développer une force de choc considérable : la corde va s'allonger pour absorber l'énergie, et les points vont être particulièrement solicités.

Le choc

En terrain d'aventures, les points ont une résistance très aléatoire suivant la qualité de leur placement, et suivant leur résistance intrasèque. Un choc violent pourrait ne pas être absorbé. Il convient donc de limiter ce choc au maximum.

Réduire le choc

Pour cela il y a plusieurs techniques :

  • L'assurage dynamique : l'assureur accompagne d'un pas en avant, ou en laissant ses mains remonter jusqu'au huit (sans jamais laisser glisser la corde), afin de participer à l'absorption de l'énergie
  • Le point de renvoi : le principe est de réduire le facteur de chute, et donc de mettre le plus vite possible un premier point et une dégaine. Attention, le point de renvoi ne doit pas être posé sur le relais ... fragile.
  • Annulation du facteur 2 : l'opération est un peu compliquée. Le leader dépasse le relais, place la dégaine suivante et redescend sur le relais. Il a ainsi placé un premier point de renvoi pour la longueur suivante. Il n'est plus en condition de facteur 2. Les techniques de cascade de glace sont très enrichissante sur ce sujet (les broches à glace ont tendance à se "déboutonner" en cas de vol du leader), allez y jeter un oeil.
La descente

La descente peut s'effectuer par un chemin, et c'est souvent la solution la plus rapide et la moins dangereuse, ou par des rappels.
Les rappels sont normalement équipés (sauf si on se plante, ou que l'on suit des grimpeurs qui se sont perdus avant nous !). L'équipement est fait par 2 points (plaquettes, pitons). Ces 2 points doivent impérativement être reliés ensemble par une sangle ou une cordelette qu'on abandonnera sur place. Il ne faut jamais placer sa corde dans la plaquette ou dans un piton. Prévoir quelques maillons rapides à abandonner sur place.

Terrain incliné

C'est le terrain classique en montagne : un parcours d'arête, les courses rocheuses, ...

La chute

Ici les chutes sont plus rares, car le terrain est plus facile. Elle procède plutôt d'un déséquilibre ou d'une prise qui casse. Mais le terrain est aussi plus "dangereux". Ce n'est pas un vol, mais un long roulé-boulé sur les rochers, et ça fait mal !

Le choc

Pas ou peu de chocs sur la corde, on est souvent en condition de facteur 1, les chocs, c'est le grimpeur qui se les prend. Non il ne fait pas bon tomber sur terrain facile ...

L'assurage

Il se fera par des techniques très variables suivant la difficulté du terrain, le risque de chute, le danger d'une chute et le timing de la course :

  • Faire des longueurs : sécurité en terme d'arrêt de vol, mais progression très lente. Et comme on n'a pas de raison de voler ...
  • Partir corde tendu : On réduit un peu la longueur de corde pour limiter les frottements sur le rocher et le tirage (ceci ne réduit pas la longueur de corde utile qui absorbe le choc). Il faut beaucoup de matériel, avoir toujours des points d'accroché entre le leader et le second, mais ça va assez vite.
  • Faire des anneaux de corde : réservé aux terrains vraiment faciles. Le premier assure son second placé 2 m derrière lui. Il pare tout déséquilibre du second.
    Dans la pratique : C'est une combinaison de ces trois types d'assurage qu'on conjugue au fur et à mesure de la progression : c'est un chemin, je fais des anneaux de corde ; ça monte, on part corde tendu à 15-20 m ; un petit ressaut difficile, mon second m'assure, je grimpe et assure mon second.
La descente

La descente se fait généralement par un chemin, voire par un ou plusieurs rappels.

Associated waypoints

Associated routes

Associated articles

Associated books

Associated xreports

Comments

No thread yet?

Log in to post the first comment

No thread yet?

Log in to post the first comment

{{::post['created_at'] | amUtc | amLocal | amTimeAgo}}
  • de
  • es
  • en
  • eu
  • it
  • ca